RSS

Ce que Bouteflika a vraiment dit sur le Maroc : L’intégralité des câbles diplomatiques

8 décembre 2010

Non classé


image

Alger 001219 CONFIDENTIEL

EO 12958: DECL: 01/07/2016
TAGS: PREL, PBTS, WI, MO, AG
OBJET: LE SAHARA OCCIDENTAL, Bouteflika, les relations avec
MAROC

Classé par: Richard Ambassadeur W. Erdman: Raisons 1,4 (b), (d)

1. (C) Le conseiller du Président pour la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, Frances Fragos Townsend, a rencontré

le Président Bouteflika pendant trois heures et demie le 18 Juin,  en présence de Senior NSC Directeur de lutte contre le terrorisme et Malvesti DCM Michele Townsend. Le c onseiller de la lutte contre le terrorisme de Bouteflika M. Rezzag Bara et un preneur de notes étaient également présents. Ce câble porte sur leur discussions à propos du Sahara occidental et des relations avec le Maroc.

2. (C / NF) Pendant une bonne partie de la réunion, Bouteflika a soulevé la question du
Sahara, soulignant que les visiteurs des États-Unis ont toujours voulu en discuter avec lui. Townsend a noté que les deux président Bush avaient demandé à Bouteflika et au roi Mohamed VI de trouver un moyen de regler l eur différend. M. Townsend a déclaré avoir apprécié le rôle de Bouteflika dans la libération l’été dernier, par le Polisario de 404 prisonniers marocains, notant Que «ce ne serait pas arrivé sans votre courage. »
Bouteflika a été Interrogé sur la résolution historique sur cette question. .

3. (C / NF) Bouteflika a répondu que le plus grand pays du monde , les USA, devraient respecter les décisions de l’ONU sur le Sahara occidental. Il rappelle que dans son premier entretien avec Le président Bush en 2001, le Président lui avait demandé de travailler avec James Baker . B »outeflika a noté qu’il avait soutenu le Plan Baker, même si sans la demande du président Bush, je ne l’aurai pas fait .?
Maintenant, dit-il , l’Algérie est bloquée  avec le Maroc; « Ils acceptent tout ce que nous rejetons et vice versa. »

Bouteflika a commenté cette impasse, en rappelant les deux décisions importantes de l’Algérie : « le Sahara occidental ne sera jamais une casus belli pour l’Algérie, » et il a rappelé « j’ai clairement dit au Marocains que l’Algérie n’avait pas de revendications sur le Sahara occidental, ni en Territoire ni en ressources.

4. (C / NF) «Ce problème, je le résoudrai si je pouvais », mais « Je ne peux pas parler au nom des Sahraouis. « Le Maroc et le Polisario doivent trouver une solution, avec l’aide américaine.
L’Algérie soutiendra un accord entre le Maroc et le Polisario. Mais, la solution ne peut pas être  Imposée à la population sahraouie. Dans ce cas, l’Algérie défendra le droit à l’autodétermination des sahraoui.

5. (C / NF) « Je ne veux pas de serrer la main du roi. « Toutefois, a ajouté Bouteflika
« j’ ai récemment rencontré le frère du roi, le prince Moulay Rachid, à
Séville, où ils étaient tous deux invités du roi Juan Carlos.
Bouteflika dit qu’il avait eu une longue discussion avec Moulay Rachid. « Nous avons plaisanté Nous avons bavardé et plaisanté avec bonheur, mais je ne peux pas faire la même chose avec le roi, car nous n’avons pas le même sens de l’humour  » Le Roi Mohamed, VI , «n’est pas ouvert, et il manque d’expérience. « Dans un rare moment d’auto-critique,
Bouteflika a dit qu ‘il avait un point faible: il croit qu’on doit résoudre les problèmes par le dialogue, Mais il ne croit pas au dialogue entre lui et Mohamed VI.

6. (C / NF) Townsend a dit que la question du Sahara occidental continuait d’être une question de grand intérêt pour le président Bush. Elle a ajouté que l’absence d’un règlement serait gênant la coopération régionale pour la  lutte contre le terrorisme et empêcher les pays du Maghreb de réaliser un niveau des relations économiques qui seraient profitables pour tous .
Bouteflika a suggéré que James Baker serait une bonne source de conseils au président, c’est un homme avec d’ »exceptionnelles qualités.  » Il s’est demandé si le Président pourrait convaincre Baker de reprendre son rôle précédent. Bouteflika a conclu que l’offre de concessions au Maroc équivaudrait « à donner un bonus au plus indiscipliné de la classe. « Les Etats-Unis » ne devraient pas accorder au Maroc un bonus pour mauvais comportement. « 

7. (U) Conseiller du Président pour la sécurité intérieure et de la Lutte contre le terrorisme Frances Fragos Townsend a autorisé ce message.
Erdman



C O N F I D E N T I A L ALGIERS 000733

SIPDIS

E.O. 12958: DECL: 06/25/2028
TAGS: PREL, MO, WI, AG
SUBJECT: BOUTEFLIKA ON WESTERN SAHARA: OUR BACKS ARE
AGAINST THE WALL – HELP US

1. l’ambassadeur Robert S. Ford,: classé par raisons 1,4 (b) et (d). 1. (C) le président Bouteflika a plaidé pour que les Etats Unis aident a trouver une percée sur l’impasse au Sahara occidental au cours de la visite d’adieu de l’ambassadeur le 24 Juin . Bouteflika a déclaré que les États-Unis avaient toujours soutenu l’autodétermination, et le changement apparent de sa politique de soutien à la position du Maroc est douloureuse et source de confusion pour les Algériens. Il a ajouté qu’il a fait très attention à ne pas laisser les relations bilatérales souffrir en raison du changement de la politique des États-Unis sur le Sahara occidental, mais avec les États-Unis et l’appui de la France au Maroc, « nous avons le dos au mur. « 

2. (C) l’ambassadeur a dit à Bouteflika que les Etats-Unis ont toujours soutenu l’idée d’autonomie comme moyen de surpasser les problèmes d’une manière pragmatique. Il a dit que si les deux parties n’adoptaient pas une attitude réaliste, l’impasse actuelle pourrait durer encore 30 ans ou même plus. L’Ambassadeur a dit qu’il serait mieux pour les réfugiés sahraouis de vivre sous une bonne autonomie plutôt que de continuer à vivre dans des camps de réfugiés. Il a ajouté que les États-Unis n’ont pas demandé au  Polisario  d’accepter le plan du Maroc, mais d’accepter la négociation sur l’autonomie et de mettre leur propre proposition sur la table. L’Ambassadeur a ensuite dit que les États-Unis seraient en faveur d’un large autonomie. Il a cité l’exemple des Kurdes en Irak qui acceptent de fonctionner au sein d’un Etat irakien uni.

3. (C) Bouteflika a répondu que l’Algérie ne fera pas de compromis sur le droit sahraoui de choisir l’indépendance, ajoutant que les Algériens examinaient cette question sur le plan du principe. Les Etats puissants ne devraient pas se permettre d’écraser les faibles. Bouteflika a déclaré que les États-Unis ont appuyé  l’indépendance du Timor oriental et, par conséquent devraient également soutenir les Sahraouis. Le Polisario a sa propre influence diplomatique sur le continent africain, at-il ajouté, qui est quelque chose que L’Algérie ne peut simplement pas ignorer. Bouteflika a déclaré que les Marocains avaient commis une erreur en liant la sécurité du trône au Sahara occidental. L’Algérie n’a pas cherché à déstabiliser le Maroc. La stabilité du Maroc, at-il insisté, est essentielle pour la stabilité en Algérie.

4. (C) Bouteflika a déclaré à l’ambassadeur qu’il appartenait aux Sahraouis de décider s’ils veulent ou non l’indépendance, même si le solution finale se fera par étapes sur plusieurs années. Il a ajouté que c’était la raison pour laquelle l’Algérie a accueilli avec entoushiasme le plan Baker. Après que l’ambassadeur ait souligné que le plan Baker n’avait pas généré un mouvement vers une solution, Bouteflika a  de nouveau plaidé pour que les États-Unis aident à sortir de l’impasse actuelle. 5. (C) Commentaire: Il est clair que Bouteflika ne fera pas des pressions fortes sur les Sahraouis pour qu’ils discutent seulement avec les marocains de l’autonomie; les Algériens nous ont dit la même chose au cours des neuf derniers mois. Cela dit, comme il l’a fait avec AEN Sous-Secrétaire Welch (ref), Bouteflika a indiqué qu’il voulait trouver un moyen de sortir de cette impasse. Il n’y a tout simplement de nouvelles idées sur la façon d’y arriver. FORD

Ce que Bouteflika a vraiment dit sur le Maroc (2ème partie) : L’Algérie ne sera pas la base arrière du Polisario

CONFIDENTIEL Section 01 de 03 ALGER 001753 

SIPDIS
EO 12958: DECL: 19/08/2015
TAGS: PREL, Phum, PBTS, WI, AG, MO, les relations Algérie-Maroc, le Polisario
OBJET: LUGAR SENATOR EXAMINE LE SAHARA OCCIDENTAL,
Relations algéro-marocaines avec Bouteflika

L’ambassadeur Richard W. Erdman, Reason 1.4 (b) (d): classé par

1. (C) Résumé. Comité sénatorial des relations étrangères Président Richard Lugar, accompagné de l’ambassadeur, suprême Allied Commander en Europe, le général James Jones, et les membres de sa délégation ont rencontré le Président Abdelaziz Bouteflika le matin du 18 août. Suite à la réunion, le sénateur Lugar et sa délégation ont quitté Tindouf pour superviser la libération des dernier prisonniers de guerre marocains (404) détenus par le Polisario.
Lugar a exprimé sa satisfaction pour les efforts de Bouteflika à créer un nouvel élan pour résoudre le conflit Sahara occidental. Bouteflika a rappelé son engagement auprès du Président Bush en 2001 pour soutenir James Baker, en notant qu’il avait fait et accepté le plan Baker, mais Baker avait quitté et laissé un vide qui n’avait pas été remplie. Bouteflika a réitéré l’assurance que le Sahara occidental ne serait pas un casus belli pour l’Algérie, mais a déclaré que le Polisario avait le droit de reprendre les combats « sur son propre territoire » s’il le décide. Bouteflika a insisté pour dire l’Algérie respectera les résultat d’un référendum, mais ne négocieras pas avec le Maroc au nom des Sahraouis. Bouteflika s’est fortement plaint de l’annulation par le Maroc de dernière minute d’une réunion prévue avec le roi Mohammed à Rabat en Juin par le Premier ministre Ouyahia, en disant: il ne pouvait pas accepter « sur les relations diplomatiques d’une manière aussi irresponsable. « Se référant à des conseils des présidents Bush et Chirac « il a gardé à l’esprit la jeunesse du roi a déclaré M. Bouteflika, « je ne suis pas Jésus-Christ, et je ne vais pas tendre l’autre joue. « L’Algérie est prête à discuter des «intérêts objectifs» avec le Maroc, mais seulement si les Marocains sont « sérieux ». Le sénateur Lugar a noté que le Président Bush lui avait demandé d’entreprendre cette mission humanitaire,ajoutant que les Etats-Unis voulaient que l’Algérie et le Maroc ouvrent les frontière terrestre et à renouent les discussions au plus haut niveau.
Bouteflika pense que les Marocains ont compris sa position sur un référendum? Bouteflika a déclaré que le Sahara occidental a été à l’ordre du jour de l’ONU depuis les années 1970. L’Algérie a favorisé le le droit international et a défendu le droit à l’autodétermination, mais ne pourrait pas accepter un processus de négociation sur le sort du Sahara occidental seulement avec la France, l’Espagne, Maroc.

LUGAR MISSION
————-

2. Richard (U) sénatoriale des affaires étrangères sénateur président Lugar et sa délégation, qui comprenait le commandant suprême en Europe des forces alliées, le général James Jones, a visité l’Algérie17 au 18 août dans le cadre d’une mission pour superviser la présidentielle, la libération des des derniers 404 prisonniers de guerre marocains détenus par le Polisario.
Front de Tindouf. Le sénateur Lugar, ambassadeur, général Jones, et les membres de la délégation Lugar ont rencontré le Président Abdelaziz Bouteflika à deux heures et demie du matin le 18 août avant de s’envoler pour Tindouf. AEN DAS Gray, EUCOM J-5 Général Gration, NSC livres directeur, et DCM a également assisté la réunion, à laquelle Bouteflika a été accompagné par le Chef d’état-major Saleh secrétaire générale de la défense, de larbi Belkheir, de Bensalah président du Conseil de la Nation, ainsi que du ministre Délégué à Affaires maghrébines et africaines Messahel. La discussion porte sur relations algéro-américaines et un certain nombre de questions régionales.

UNE MISSION HUMANITAIRE
———————-

3. (C) Le sénateur Lugar a commencé par transmettre les salutations du Le président Bush, qui soutient pleinement la mission humanitaire pour obtenir la libération des prisonniers de guerre marocains. L’initiative prises par Bouteflika devrait créer de nouvelles opportunités pour l’Algérie et le Maroc et créer une dynamique pour résoudre le Conflit du Sahara Occidental. Lugar a noté l’engagement du UNSYG de d’un nouvel envoyé personnel, M. van Walsum, comme un signe positif du soutien de l’ONU. Bouteflika a chaleureusement accueilli le sénateur Lugar et sa délégation, ajoutant qu’il était conscient que le sénateur voudrait de parvenir à un consensus. Bouteflika at-il dit était au courant qu’il y avait certaines préoccupations à Washington au sujet de la réunion prévue à Tindouf avec le leader du Polisario Abdelaziz, mais a ajouté qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter puisqu’il s’agissait d’une mission strictement humanitaire. Les Sahraouis, dit-il, parlent de leurs préoccupations, mais cela ne doit «offenser personne à Washington, terre de Wilson, lui même « chef d’une guerre pour l’indépendance et père fondateur de l’idée de l’autodétermination.

4. (C) Bouteflika a rappelé sa première rencontre avec le président Bush en 2001, au cours de laquelle le Président lui avait demandé s’il était prêts à travailler avec James Baker. Bouteflika a promis au Président, qu’il travaillerait en collaboration avec Baker et l’a fait si jusqu’à ce que Baker avait démissionné. La démission de Baker avait laissé un vide dans le processus de règlement et ce vide n’a pas encore été remplie. Bouteflika a salué Baker pour avoir eté capable de voir les besoins des deux parties, le Maroc et la Polisario. Baker « représenté les valeurs américaines, que nous admirons. »

SAHARA OCCIDENTAL PAS un casus belli,  MAIS Polisario ont le droit de lutter
————————————————————————————–

5. (C) Rappelant l’accord négocié par Houston Baker avec le Maroc et le Polisario, Bouteflika a dit qu’il été à l’époque hors de la politique alors. Mais à l’époque, il avait pensé que l’accord était viciée parce qu’il n’a pas fixé de date limite pour sa mise en œuvre. Il a dit que s’il avait été le Polisario, il aurait signé l’accord mais a insisté sur le droit à prendre les armes au bout de six mois ou un an si elle n’était pas mis en œuvre. Le Polisario était en train de payer le prix pour ne pas avoir insister sur une limite de temps.

6. (C) Bouteflika a dit que quand il est devenu président en 1999 il avait pris une position qui n’était pas complètement accepté à l’époque par l’armée et les services de renseignement, à savoir que les Sahara occidental ne sera jamais un casus belli pour l’Algérie. Le Polisario ne peut pas faire glisser l’Algérie dans la guerre, at-il souligné. Mais si ils ont décidé de se battre « sur leur propre territoire», ce serait leur décision. S’ils le faisaient, ils ne seraient pas autorisés à utiliser l’Algérie en tant que base arrière.

————————–

7. (C) Bouteflika a dit qu’il avait exhorté le Maroc à revenir dans le Cadre des Nations Unies. Quand l’Irak a envahi le Koweït, la communauté internationale la communauté s’est mobilisée, mais le Sahara occidental a été considéré comme un « simple question tribale », même si cela avait été un colonie espagnole. Bouteflika a critiqué l’Espagne, affirmant que le Socialistes espagnols n’avait pas été honnête avec les Sahraouis. De temps en temps, l’Espagne a approché Algérie sur les négociations avec la France, le Maroc et l’Espagne pour résoudre le conflit. L’Algérie, cependant, n’avait aucun droit sur le Sahara et de ne peux pas négocier au nom des Sahraouis.
Bouteflika a souligné qu’il préconiser seulement l’autodétermination, un principe consacré dans la Charte des Nations Unies.
Le Maroc voudrait améliorer les relations avec l’Algérie, mais l’Algérie ne répondrait pas jusqu’à ce que le Maroc accepte de revenir dans le cadre de l’ONU. La seule chose que l’Algérie a demandé du Maroc était d’accepter les résolutions du Conseil de sécurité et du droit international. C’est ce que j’espère sincèremen, a déclaré M. Bouteflika.

ALGÉRIE ACCEPTE résultat du référendum
———————————————-

8. (C) Bouteflika a dit qu’il était prêt à signer un document maintenant engageant l’Algérie à accepter le résultat d’un référendum, quelque soit le résultat. Il a dit qu’un référendum était une « boîte de Pandore», mais l’Algérie accepterait le résultat. L’Algérie défend le droit à l’autodétermination, même si elle devait être le dernier membre de l’ONU à le faire.

Je ne suis pas le Christ Jésus »
———————————–

9. (C) Selon Bouteflika, les relations bilatérales avec Le Maroc a commencé à prendre de l’ampleur au début de cette année. Le Premier ministre Ouyahia était prêt à se rendre à Rabat avec une grande délégation. Il y avait de nombreux accords bilatéraux avec Maroc datant des années 1960 et ils ont sérieusement besoin d’être d’exameninés. Les Marocains ont informé Bouteflika que le Roi Mohammed verrait Ouyahia et sa délégation. Puis, à seulement une heure de la visite les Marocains ont dit que « les circonstances n’étaient pas « Favorable pour la visite, même si elle avait été préparée plusieurs mois à l’avance. Bouteflika a souligné qu’il ne pouvait pas accepter que les relations diplomatiques soient « d’une telle manière irresponsable. Le « Maroc sera toujours le voisin de l’Algérie et aucun des deux pays ne se déplacera. Mais il est inacceptable de traiter des problèmes graves dans «de manière infantile. » Bouteflika a déclaré que, dans ses discussions avec les présidents Bush et Chirac, entre autres, dirigeants, il a été dit que le roi était jeune alors que lui était un diplomate chevronné. Mais, at-il dit, « je ne suis pas Jésus-Christ» et ne tendrait pas l’autre joue.

10. (C) Bouteflika a rappelé qu’il était né au Maroc et connaissait ce pays très bien. Le Maroc était cherchait à acquérir la réouverture de la frontière terrestre, parce que le nord-est du Maroc dépendait du commerce avec la région d’Oran, en Algérie. Même avec la frontière fermée, le Maroc gagne trois milliards d’euros par an avec la contrebande, at-il affirmé. Les deux pays ont des intérêts à avoir de meilleures relations, mais si les Marocains veulent discuter de la normalisation des relations, ils doivent être sérieux dans leur façon dont ils traitent l’Algérie.

11. (C) En ce qui concerne l’Union du Maghreb arabe, M. Bouteflika a déclaré que si les Libyens organisait un sommet, il assistera pour en faire un succès, pour n’embarrasser personne. Dès que le Maroc retournera au cadre des Nations unies pour la question du Sahara, l’Algérie s’engagera sur les relations bilatérales sur l’UMA.

Etats-Unis tente de faire LE BON CHOIX
——————————————–

12. (C) Le sénateur Lugar a dit que les Etats-Unis ont essayé d’agir d’une manière compatible avec les valeurs démocratiques des droits de l’homme et le respect du droit à l’autodétermination que Bouteflika a mentionné. Les États-Unis ont agi, même lorsque ses propres intérêts nationaux ne sont pas directement affectés quand il s’agit de faire des bonnes choses. C’est dans ce contexte que le Président Bush avait demandé que le sénateur entreprenne cette mission. Le Président respecté l’initiative de Bouteflika pour la libération des prisonniers et était à la recherche des moyens d’améliorer les relations algéro-marocaines. Les États-Unis croit que les deux les pays devraient rouvrir leurs frontières et se réengager au plus haut niveau. Les États-Unis voulaient travailler avec l’Algérie pour voir comment nous pourrions faire avancer les choses.

13. (C) Le sénateur Lugar a demandé si Bouteflika pense que la Gouvernement marocain a compris la position de l’Algérie qui appuierait les résultats d’un référendum, quelque soit le résultat? La question était de savoir qui aurait le droit de vote au référendum, un problème très important? Quels ont été les principales autres questions? Bouteflika a déclaré que le Sahara occidental n’était pas un nouveau problème pour l’ONU. Baker avait fait du très bon travail, et le UNSYG avait une liste complète des électeurs pour un référendum. L’Algérie acceptera les résultats d’un référendum, mais cela ne veut pas qu’elle « fermera les yeux sur les astuces marocaine. » Le Sahara occidental a été mis sur l’ordre du jour des Nations Unies depuis les années 1970, en même temps que Brunei, du Suriname et du Belize, qui sont tous, depuis longtemps indépendants. L’Algérie a appuyé le respect du droit international. L’Algérie n’acceptera des négociations sur le Sahara occidental avec seulement la France, l’Espagne, le Maroc ou les États-Unis mais l’Algérie saura défendre le droit à l’autodétermination.

Traduction : lematindz 

Ce que Bouteflika a vraiment dit sur le Maroc (3ème partie) : « Même avec la frontière fermée, le Maroc gagne trois milliards d’euros par an avec la contrebande »

7. (C) Bouteflika a dit qu’il avait exhorté le Maroc à revenir dans le Cadre des Nations Unies. Quand l’Irak a envahi le Koweït, la communauté internationale la communauté s’est mobilisée, mais le Sahara occidental a été considéré comme un « simple question tribale », même si cela avait été un colonie espagnole. Bouteflika a critiqué l’Espagne, affirmant que le Socialistes espagnols n’avait pas été honnête avec les Sahraouis. De temps en temps, l’Espagne a approché Algérie sur les négociations avec la France, le Maroc et l’Espagne pour résoudre le conflit. L’Algérie, cependant, n’avait aucun droit sur le  Sahara et de ne peux pas négocier au nom des Sahraouis.
Bouteflika a souligné qu’il préconiser seulement l’autodétermination, un principe consacré dans la Charte des Nations Unies.
Le Maroc voudrait améliorer les relations avec l’Algérie, mais l’Algérie ne répondrait pas jusqu’à ce que le Maroc accepte de revenir dans le cadre de l’ONU. La seule chose que l’Algérie a demandé du Maroc était d’accepter les résolutions du Conseil de sécurité et du droit international. C’est ce que j’espère sincèremen, a déclaré M. Bouteflika.

ALGÉRIE ACCEPTE résultat du référendum
—————————————-

8. (C) Bouteflika a dit qu’il était prêt à signer un document maintenant engageant l’Algérie à accepter le résultat d’un référendum, quelque soit le résultat. Il a dit qu’un référendum était une « boîte de Pandore», mais l’Algérie accepterait le résultat. L’Algérie défend le droit à l’autodétermination, même si elle devait être le dernier membre de l’ONU à le faire.

Je ne suis pas le Christ Jésus »
———————–

9. (C) Selon Bouteflika, les relations bilatérales avec Le Maroc a commencé à prendre de l’ampleur au début de cette année. Le Premier ministre Ouyahia était prêt à se rendre à Rabat avec une grande délégation. Il y avait de nombreux accords bilatéraux avec Maroc datant des années 1960 et ils ont sérieusement besoin d’être d’exameninés. Les Marocains ont informé Bouteflika que le Roi Mohammed verrait Ouyahia et sa délégation. Puis, à seulement une heure de la visite les Marocains ont dit que « les circonstances n’étaient pas Favorable pour la visite, même si elle avait été préparée plusieurs mois à l’avance. Bouteflika a souligné qu’il ne pouvait pas accepter que les relations diplomatiques soient « d’une telle manière irresponsable. Le « Maroc sera toujours le voisin de l’Algérie et aucun des deux pays ne se  déplacera. Mais il est inacceptable de traiter des problèmes graves dans «de manière infantile. » Bouteflika a déclaré que, dans ses discussions avec les présidents Bush et Chirac, entre autres, dirigeants, il a été dit que le roi était jeune alors que lui était un diplomate chevronné. Mais, at-il dit, « je ne suis pas Jésus-Christ» et ne tendrait pas l’autre joue.

10. (C) Bouteflika a rappelé qu’il était né au Maroc et connaissait ce pays très bien. Le Maroc était chrchait à acquérir la réouverture de la frontière terrestre, parce que le nord-est du Maroc dépendait du commerce avec la région d’Oran, en Algérie. Même avec la frontière fermée, le Maroc gagne trois milliards d’euros par an avec la contrebande, at-il affirmé. Les deux pays ont des intérêts à avoir de meilleures relations, mais si les Marocains veulent discuter de la normalisation des relations, ils doivent être sérieux dans leur façon dont ils traitent l’Algérie.

11. (C) En ce qui concerne l’Union du Maghreb arabe, M. Bouteflika a déclaré que si les Libyens organisait un sommet, il assistera pour en faire un succès, pour n’embarrasser personne. Dès que le Maroc retournera au cadre des Nations unies pour la question du Sahara, l’Algérie s’engagera sur les relations bilatérales sur l’UMA.

L’Algérie acceptera les résultats d’un référendum, mais cela ne veut pas qu’elle « fermera les yeux sur les astuces marocaine. »

Etats-Unis tente de faire LE BON CHOIX
——————————-

12. (C) Le sénateur Lugar a dit que les Etats-Unis ont essayé d’agir d’une manière compatible avec les valeurs démocratiques des droits de l’homme et le respect du droit à l’autodétermination que Bouteflika a mentionné. Les États-Unis ont agi, même lorsque ses propres intérêts nationaux ne sont pas directement affectés quand il s’agit de faire des bonnes choses. C’est dans ce contexte que le Président Bush avait demandé que le sénateur entreprenne cette mission. Le Président respecté l’initiative de Bouteflika pour la libération des prisonniers et était à la recherche des moyens d’améliorer lesrelations algéro-marocaines. Les États-Unis croit que les deux les pays devraient rouvrir leurs frontières et se réengager au plus haut niveau. Les États-Unis voulaient travailler avec l’Algérie pour voir comment nous pourrions faire avancer les choses.

13. (C) Le sénateur Lugar a demandé si Bouteflika pense que la Gouvernement marocain a compris la position de l’Algérie qui appuierait les résultats d’un référendum, quelqu’n soit le résultat? La question était de savoir qui aurait le droit de vote au référendum, un problème très important? Quels ont été les principalesautres questions? Bouteflika a déclaré que le Sahara occidental n’était pas un nouveau problème pour l’ONU. Baker avait fait du très bon travail, et le UNSYG avait une liste complète des électeurs pour un référendum. L’Algérie acceptera les résultats d’un référendum, mais cela ne veut pas qu’elle « fermera les yeux sur les astuces marocaine. » Le Sahara occidental a été mis sur l’ordre du jour des Nations Unies depuis les années 1970, en même temps que Brunei, du Suriname et du Belize, qui sont tous, depuis longtemps indépendants. L’Algérie a appuyé le respect du droit international.
L’Algérie n’acceptera des négociations sur le Sahara occidental avec seulement la France, l’Espagne, le Maroc ou les États-Unis mais l’Algérie saura défendre le droit à l’autodétermination.

14. (U) Le sénateur Lugar n’a pas eu l’occasion de dissiper ce message.

15. (U) Réduire au minimum considéré.

Traduction : lematindz

 


 


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...