RSS

Société : MIEL D’ABEILLES Attention à l’arnaque

7 décembre 2010

Non classé

Société : MIEL D’ABEILLES
Attention à l’arnaque

Dossier réalisé par Meriem Ouyahia
Remède de grand-mère par excellence et antibiotique naturel recommandé par les scientifiques, le miel a le don de guérir divers maux. En hiver, avec l’huile d’olive, il est le plus utilisé pour guérir certains petits bobos, tels que la grippe, l’angine ou encore le rhum.


Dans les magasins et autres supérettes, divers marques se disputent les étals. Mais comment s’y retrouver et acheter du miel de bonne qualité sans se faire arnaquer ? Comment reconnaître le vrai miel du frelaté ? Et comment le consommer ? Autant de questions qui nous mènent à plonger dans le monde gluant… du miel.
Les propriétés du miel
D’abord, il faut savoir que différentes qualités de miel sont produites en Algérie. Les abeilles butinent les fleurs et donnent la propriété du miel. Ainsi, les spécialistes en dénombrent dans notre pays pas moins de dix sortes différentes. Il s’agit du miel d’oranger, d’eucalyptus, de romarin, de lavande, de jujubier, de loubaina (cultivé dans le Sud), de mirtre, de l’arbousier, de la carotte sauvage et, enfin, de toutes les fleurs du printemps. Les effets bénéfiques du miel sur la santé ne sont plus à démontrer même si les scientifiques, de par le monde, n’en finissent pas d’explorer tous ses pouvoirs curatifs. Néanmoins, il faut savoir quoi choisir pour quels maux. Ainsi, le miel issu de la fleur d’oranger et des agrumes est préconisé contre le rhume, de même que le miel d’eucalyptus. Celui base de jujubier est recommandé pour soigner les hépatites virales, l’ulcère et même certaines formes de diabète. Mais ce n’est pas tout. Les produits annexes du miel ont, eux aussi, des vertus sur la santé. C’est le cas de la gelée royale conseillée pour les personnes souffrant de fatigue, d’amaigrissement, de vieillissement prématuré, d’anorexie, d’alcoolisme et autres maladies cardio-vasculaires. Quant au pollen, riche en nombreux éléments indispensables à la vie, il a des effets préventifs contre les maladies virales, tout en étant préconisé pour les personnes souffrant de chute de cheveux, de carences en vitamines, en sels minéraux, en acides aminés et de faiblesse. Tant de propriétés et bien plus qui font du miel l’un des biens marchands les moins sujets à la perte de valeur. Bien au contraire, tout un système spéculatif gravite autour, faisant grimper les prix.
Prix bas, arnaque haute
Qui n’a pas eu en face de lui un vendeur faisant du porte-à-porte, jurant qu’il vous propose du «miel d’abeille pur venant tout droit du terroir» ? Et en plus à un prix défiant toute concurrence ! Et pour faire vrai, il est proposé entre 600 et 800 DA le kilogramme avec en prime un petit rabais. Ou bien encore, un bocal de miel de 150 g à 150 DA ! Un prix défiant toute concurrence pour un miel réputé pur. A la recherche d’une bonne affaire, nombreux sont ceux qui tombent comme un fruit mûr dans le traquenard, en se faisant facilement abuser et en achetant du miel étendu de sirop de sucre. Selon les spécialistes, le prix moyen d’un litre de miel pur avoisine les 3 500 DA. Pour se procurer du miel pur, les Algériens préfèrent acheter directement auprès de l’apiculteur pour se prémunir de toute arnaque même si le prix reste élevé par rapport à ceux pratiqués sur la marché mondial. Les miels se vendent à des prix moyens gros/détail : 1 300 à 1 800 DA/kg. Les Algériens, notamment en hiver, se rabattent sur le miel importé et vendu à bas prix mais qui reste «impropre à la consommation», selon le Dr Mahmoud Lekhal, président de la Fédération nationale des apiculteurs. Il s’agit notamment du miel en provenance, semble-t-il, de Chine mais qui passe par l’Arabie saoudite qui le vend sous son label. Un miel interdit sur le territoire européen.
Faible production de miel en Algérie
Selon le président de l’Association des apiculteurs de la wilaya de Bouemrdès, la consommation de miel en Algérie reste très faible. Elle se situerait entre 200 et 300 g par an et par habitant alors qu’en Europe, elle est de 3,5 kg. En 2003, l’Algérie a importé 2 220 tonnes et la production nationale était de 1 966 tonnes, la consommation annuelle s’élève alors a 4 186 tonnes, ceci revient à environ 140 g par habitant et par an. La production nationale couvrait seulement 65 g par habitant et par an, ce qui est très faible par rapport aux autres pays. Actuellement, la production annuelle de miel se situerait à près de 30 000 tonnes, toutes qualités confondues. Ce qui est très peu par rapport à la demande et qui explique l’importation tous azimuts et l’étendue de l’arnaque au miel.
M. O.

INTERVIEW DU DOCTEUR MAHMOUD LEKHAL*
Pour l’installation de plus de laboratoires de contrôle


Le Soir d’Algérie : Pouvez-vous nous indiquer les vertus thérapeutiques du miel d’abeilles ?
Mahmoud Lekhal :
Il est dynamogénique, énergétique, calorique, antiseptique, laxatif (jeune miel), diurétique et cicatrisant puisqu’il est un excellent cicatrisant des plaies, même infectées. Le miel s’adresse en médecine à la cardiologie, la gastrologie, l’urologie, l’anémie et l’appareil respiratoire. II y aurait toutefois des spécificités aux miels unifloraux (récolté sur une seule fleur). Le jujubier, l’eucalyptus, l’oranger, l’inule visqueuse, le romarin, la lavandin, etc.
A quelle dose est-il conseillé d’en consommer ?

II est conseillé de consommer du miel tout en étant en bonne santé, pour se procurer une défense immunitaire. La quantité ne doit pas excéder les 100g/jour pour un adulte, l’équivalent d’une cuillère à soupe bien remplie, et c’est largement suffisant pour la journée. Pour un enfant, il est recommandé de consommer une cuillère à café remplie, soit 20 g/jour. Un adulte en bonne santé n’ayant pas de prédispositions diabétiques peut en consommer jusqu’à 1 kg/an. Pour un enfant, c’est la moitié.
Est-ce que le miel d’abeilles fabriqué par des abeilles «nourries» au sucre a les mêmes vertus que les autres miels d’abeilles ?
Nuance, le miel n’est pas fabriqué par les abeilles mais il est produit par elles. Ces dernières sont nourries avec du sucre, et cela n’a aucune influence sur le miel, car si l’apiculteur nourrit ses abeilles, cela doit se faire du mois d’octobre à février de l’année d’après, et à ce moment-là, l’abeille ne produit pas de miel. Le sirop de sucre est donné aux abeilles soit pour faire passer un traitement, soit durant un hiver rude. C’est exactement comme l’essence que l’on met dans une voiture en roulant, elle le consomme, il ne reste plus rien dans le réservoir !
Y a-t-il des allergies au miel ? Si oui, avez-vous des statistiques à ce sujet ?

Le miel d’abeilles est d’une innocuité totale. Aucune allergie n’a été signalée à l’ingestion du miel. L’allergie peut se déclarer par la présence de pollen contenu dans ce miel, surtout en forte quantité, et les personnes sont beaucoup plus allergiques au pollen qu’au miel. 3% de consommateurs sont allergiques au pollen.
Quels sont les risques potentiels de consommation de miel frelaté ?

II n’existe pas de risques potentiels liés à la consommation de miel frelaté. De toutes les façons, si l’on mélange un ou plusieurs produits en forte quantité dans du miel qui doit être commercialisé, cela se saura par l’odeur, le goût et même la couleur qui change. Mais si le frelateur rajoute un produit toxique ou non alimentaire dans le miel, il provoquera au consommateur une intoxication, voire même un empoisonnement.
Existe-t-il un laboratoire de contrôle de miel ?

Oui, il existe un ou des laboratoires qui peuvent faire des analyses sur le miel, mais leurs paramètres sont très limités (sucre, PH, centre, glucose, présence de grains de pollen) mais nous, professionnels, nous aimerions à travers les grains de pollen, déterminer l’origine du miel à partir de la plante sur laquelle les abeilles ont butiné, l’HMF, qui détermine l’âge du miel et sa valeur nutritive et thérapeutique, l’analyse physico-chimique, conductibilité d’électricité, etc. Actuellement, il n’y a que l’Institut technique des élevages de Baba-Ali, qui vient juste d’installer un laboratoire répondant aux doléances des apiculteurs professionnels.
Propos recueillis par M. O.
* Docteur Mahmoud Lekhal, épidémiologiste, président de la Fédération nationale des apiculteurs, ex-président de l’Union arabe des apiculteurs, président de l’Association algérienne d’apithérapie et chercheur indépendant.

Le miel d’abeilles ne se périme pas
Contrairement aux idées reçues, le miel d’abeilles ne se périme pas. Il peut être conservé pendant des années dans de bonnes conditions, à l’abri de l’humidité et de la lumière. Plus il vieillit, plus l’humidité diminue et elle peut atteindre les 7%, alors, que les miels de commerce sont à 15 -16% de taux d’humidité. Il est de coutume de dire qu’une bonne trousse médicale traditionnelle se compose de miel, d’huile d’olive et de beurre salé, cachés depuis des années, pour répondre à toute pathologie.
M. O.

Reconnaître le miel frelaté
Les arnaqueurs ne reculent devant rien pour faire un peu de bénéfices. Pour fabriquer du miel frelaté et le présenter en tant que vrai, ils peuvent mélanger du miel avec du sirop de sucre, ou bien encore le fabriquer avec le jus de figue de Barbarie macéré ou à base de glucose industriel. Malheureusement, il est difficile de distinguer au premier coup d’œil le miel frelaté du bon miel. Quelques procédés sont toutefois utilisés par les professionnels. Il s’agit de plonger la tête d’une allumette dans le miel et de la frotter contre la boîte d’allumette. Si elle s’allume, alors c’est du bon miel. Dans le cas contraire, vous avez à faire à du faux miel car il contient, sans aucun doute, de l’eau. Il faut savoir également que le bon miel, comme l’huile d’olive pure, est un aliment vivant qui réagit à la température ambiante. Donc pour vérifier la pureté de votre miel, vous pouvez prendre une petite quantité et la mettre dans le réfrigérateur, dans le cas où il se solidifie, c’est un miel pur. Idem dans un endroit chaud, il deviendra mou. Quelques petites astuces qui permettent de se prémunir de l’achat d’un miel de mauvaise qualité.
M. O.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/11/30/article.php?sid=109336&cid=36

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...