RSS

Chronique du jour : ICI MIEUX QUE LA-BAS Cette chose qui a pour nom clarté Par Arezki Metref arezkimetref@free.fr

7 décembre 2010

Contributions

Dimanche 28 novembre : La brillance, politesse du quartz !
Passé la journée à nettoyer les verres de mes lunettes, les vitres de la voiture, celles du bureau, etc. Faire reluire tout ça afin de mieux voir ! La moindre petite poussière, ça déforme ce que tu vises ! Bref, j’ai passé des plombes à courir après la clarté, la limpidité, cette chose que l’on appelle la transparence.
C’est un peu comme si j’avais pressenti, à l’instar d’un voyant, la nécessité par les temps qui courent d’avoir de bons yeux, de bons binocles, une bonne lumière. Avec tout ce qu’il y a à reluquer, ça vaut le coup d’œil ! «La clarté de la lune dépend de l’ombre des pins.» (Koan Zen)


Lundi 29 novembre : Transparence, trois fois transparence !
Et déjà me voilà servi. L’affaire Wikileaks ! Plus de 250 000 télégrammes diplomatiques qui se baladent sur la toile. Un feu d’artifice de propos parfois limite graveleux censés être confidentiels qui baguenaudent dans la virtualité. C’est la corne d’abondance, c’est Byzance ! On n’a jamais vu ça. Des commérages proférés par des diplomates américains sur les dirigeants du monde aux vrais secrets éventés, on trouve de tout dans ce self-service des confidences. Tout ? A la réflexion, rien qu’on ne sache déjà ou que l’on devine. Ou qui n’est pas spécialement intéressant. Ce que pense le troisième secrétaire de l’ambassade américaine de Bordjet- El-Harrira du président Chkounenta qui pose en imperor de la Goulounie septentrionale, on en sourit deux secondes. Après, ça va ! Puis on passe aux choses sérieuses. Je ne sais plus quel commentateur a qualifié la mise en ligne de ces pseudo révélations de 11 septembre de l’information. Faut pas pousser ! On ne voit pas quelles tours se seraient effondrées. En réalité, dans le fatras de ces faux scoops autour desquels on fait tant de tralala, seule une information est réellement digne d’intérêt pour les conséquences qu’elle pourrait engendrer. En laissant passer l’indiscrétion selon laquelle les Iraniens fabriquent des missiles pouvant atteindre Israël, ne prépare- t-on pas l’opinion à une attaque contre Téhéran ? Ça pourrait s’appeler une sombre transparence. «Méfie-toi de la clarté de la lampe : pour juger de la beauté, l’obscurité et le vin sont mauvais conseillers.» (Ovide)
Mardi 30 novembre : Le maestro passe par la petite lucarne !
Mario Monicelli s’est défenestré à l’âge de 95 ans. Une façon de mettre fin à un cancer de la prostate incurable. C’est-qui-celui- là ? Tu sais bien, c’est celui qui a dit que l’ennui, ce n’était pas de mourir mais de ne plus être vivant. Lumineux. Clair. Il est question de clarté ici, ça ne pouvait pas mieux tomber. Accessoirement, c’est l’un des maîtres de la comédie satirique italienne des années 1960-1970. On lui doit notamment Le pigeon (1958), Toto cherche un appartement(Lion d’or au festival de Venise 1959) et… Brancaleone aux croisades, une production italo-algérienne tournée en Algérie. Il n’est pas impossible d’ailleurs qu’il soit venu un jour à la cinémathèque d’Alger. L’ami Boudj Karèche devrait pouvoir nous dire ça ! «L’extrême netteté, la clarté et la certitude ne s’acquièrent qu’au prix d’un immense sacrifice : la perte de la vue d’ensemble.» (Albert Einstein)
Mercredi 1er décembre : Identités !
Privilège de passer une soirée avec Paulette et Lionel Galand, deux grands berbérisants comme on n’en fait plus. Ils allient la rigueur et la passion. I lls ont cette générosité d’avoir cherché toute leur vie de quoi nous apprendre des tas de choses sur nous-mêmes. A l’âge canonique qui est le leur, ils continuent, à leur corps défendant, à être des modèles de curiosité, d’intérêt intellectuel, d’ouverture et de débats. Elle est spécialiste des littératures berbères, lui, de la langue. Merci à nos aînés ! «Nous cherchons instinctivement dans l’univers la clarté et l’exactitude de notre pensée.» (Alexis Carrel)
Jeudi 2 décembre : Cagotes !
Facebook ça sert à tout et même au reste. En Israël par exemple, il sert à débusquer les petites malignes qui escomptent que la mise en avant de leurs convictions religieuses leur permettra de passer entre les gouttes du service militaire. Le service militaire de deux ans pour les femmes est obligatoire pour toute Israélienne âgée de plus de 18 ans. On peut cependant en être exempté si l’on est juif pratiquant. Ce que revendiquent 35% des Israéliennes. L’armée israélienne estime pour sa part que beaucoup d’entre elles ne sont pas de vraies pratiquantes. Sur 1 000 cas enquêtés, on a découvert, grâce à Facebook, que la grande majorité d’entre elles s’avérait avoir menti pour échapper au service militaire. Comment ? Eh bien Facebook révèle leurs habitudes et leur vie sociale en contradiction avec une pratique religieuse. «Dieu est une mèche discrète qui, par toi, sera clarté; car elle attend, sous le verre, le geste de feu qui en fera ta lampe.» (Edmond Jabès)
Vendredi 3 décembre : Fauteuil !
Non, je ne le lâcherai pas ! Il est à moi ce fauteuil, et à 100% ! Mais qui diable s’exprime ainsi ? C’est Laurent Gbagbo, le président sortant de Côte d’Ivoire, celui qui ne sort que pour faire un tour, d’élection par exemple, histoire de s’aérer ! Celui qui veut bien se prêter au simulacre des urnes tant qu’il se sait vainqueur car tout de même, restons sérieux, il n’est aucunement question pour lui de lâcher el koursi. Si bon zig, il consent à jouer au candidat, ce n’est tout de même pas pour être évincé ! Tricher n’est plus jouer, et depuis quand ? Et qui perd gagne, on en fait quoi ? Sinon, ce n’est pas du jeu. Ainsi soit-il ! Parce qu’une commission indépendante a déclaré son rival, Alassane Ouattara, gagnant, Gbagbo, qui tient encore les rênes, a fait dire à un Conseil constitutionnel, dont ce n’est pas du tout le rôle, que : le gagnant, c’est lui ! Na ! Déjà, les couteaux s’affûtent, les bâtons s’ajustent, les combattants se mettent en place pour défendre la part de fauteuil de leur candidat. Ça risque de mal finir, cette histoire. Comme si le continent manquait de guerres civiles ! Y en a qu’ont rien pigé ! «La clarté, c’est une juste répartition d’ombres et de lumières.» (Goethe) A. M.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/12/05/article.php?sid=109563&cid=8

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...