RSS

Chronique du jour : ICI MIEUX QUE LA-BAS Calés, décalés, recalés… Par Arezki Metref

7 décembre 2010

Contributions

arezkimetref@free.fr
Dimanche 21 novembre : Il a perdu un Toulon !
Calés. Pôvres auteurs qui ne passent pas à la télé ! Personne ne les calcule, ils sont donc mauvais. C’est la cruelle expérience vécue par votre serviteur et beaucoup d’autres auteurs à l’excellent Salon du livre de Toulon. Nous étions tranquilles et presque trop peinards lorsque, devant notre stand, a commencé à se former une chaîne confinant à l’émeute.


Renseignements pris, c’étaient les frères Bogdanov qui alunissaient dans notre galaxie. Sachant qu’il leur fallait de l’espace, le libraire avait viré quelques auteurs avant même leur arrivée. Résultat : plus personne ! Ou si, un ! Un certain Pascal qui attira, lui aussi, les foules en délire. Il présentait un livre tandis que l’objectif des téléphones portables le mitraillait. Pascal est l’un des acteurs du feuilleton «Plus belle la vie». En une heure de temps, les Bogdanov et Pascal ont vendu plus que la trentaine d’auteurs réunis en trois jours. Moralité : mieux vaut un people faiseur de livres qu’un écrivain qui enfante douloureusement d’une œuvre. De celle-ci comme de la douleur, tout le monde se fout. Le comble, c’est que ces gens vendent un livre qu’ils n’ont pas écrit à des gens qui ne le liront pas.
Lundi 22 novembre : Ça chauffe au cinoche !
Y a que les nôtres pour prétendre censurer des films qu’ils ne financent pas ! Les projets en matière de cinéma présentés devant l’APN sont dignes de la Corée du Nord ! Même en URSS dernière période, on avait décentralisé la censure. Et là, ils veulent que ce soit le gouvernement himself qui donne son accord pour qu’un film puisse se faire. Et quoi encore ? Ce qui est amusant, c’est l’effort titanesque que font d’anciens démocrates pour justifier des mesures qui ont plutôt à voir avec le totalitarisme. Vis et tu verras, disaient les anciens ! C’est tout vu, mon vieux !
Mardi 23 novembre : Le coup de ballet !
Recalés. Nous voilà revenus au temps de la guerre froide. Guerre ? Tu te souviens de ces danseurs du Bolchoï, volatilisés à l’Ouest plutôt que de retourner dans le glacis soviétique. Et les sportifs, musiciens, roumains, bulgares, russes, est-allemands, hongrois, qui préférèrent vendre leur âme au diable capitaliste plutôt que de se prélasser dans les paradis socialistes ! A l’époque, compte tenu du péril, derrière chaque sportif ou musicien, il y avait un flic. Parfois, le flic et celui qu’il surveillait ne faisaient qu’un ! Le filé et le fileur défilaient au pas. On pensait cette période révolue avec la chute du mur de Berlin. Et voilà que, comme à l’accoutumée, le renouveau vient de chez nous ! Nous sommes inépuisables en rénovation. L’évanouissement du Ballet national au Canada est un événement décalé. On a l’impression que la défection n’arrive ici que quand partout ailleurs elle est le signe d’une époque révolue. Honte à ceux qui ont poussé le ballet à se tirer ! Mercredi 24 novembre : Riyad à Agadir ! Calés. Comment se débarrasser des malades qui nous gouvernent ? En les envoyant se faire soigner ailleurs ! Les dignitaires saoudiens se font soigner, eux, non pas au Val de Grâce, mais à Agadir au Maroc ! C’est, désormais, là qu’ils reçoivent leurs visiteurs. Le roi Abdallah fait exception. Il soigne son hernie discale aux Etats- Unis. Le prince héritier se bat, lui, contre un cancer, le vice-prince héritier est aussi malade, tous à Agadir. Plus personne au Palais à Ryad. Le royaume est gouverné à partir du Maroc. Ce qui fait loin des provinces nourrissant des velléités d’autonomie. Jeudi 25 novembre : La jupe ! Décalées. Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Une association française «Ni putes ni soumises» a ajouté au générique : «Journée de la jupe». Elle a appelé les filles à se mettre en jupe pour marquer une féminité assumée. La jupe, dit-elle, c’est l’anti-burqua ! Petit rappel : une femme sur trois dans le monde subit des violences. Et une en meurt tous les quatre jours. Comme dirait Jacques Higelin, ce que les hommes ont de commun avec les femmes, plus que tout, c’est qu’on vient tous du ventre d’une femme ! Vendredi 26 novembre : Kabylie mon beau pays ! Décalés. Rapts, incendies sans doute criminels en été, manque total d’hygiène, délinquance galopante, terrorisme… Il ne fait plus bon vivre en Kabylie. Le paradis tourne au cauchemar. La Kabylie, qui était il y a quinze ans la Suisse de l’Algérie, en est devenue le Soudan ou le Tchad. Pour que ça empire à ce point quelqu’un appuie sur un bouton. Pas possible autrement ! C’est à croire qu’un cerveau démentiel a programmé les étapes pour neutraliser cette région qui a été jusqu’au Printemps noir la seule dire non chaque fois que nécessaire. Bouteflika lui-même en a fait l’amère expérience. Je ne sais pas qui sont ces gens qui veulent pourrir encore davantage le climat en Kabylie et pousser à bout ses habitants, mais ils sont en passe de réussir. Faut garder le calme, les potes ! Ce qu’ils veulent, c’est aller plus loin dans la destruction de la Kabylie. Faut pas prêter le flanc. Il y a quelques années, Meziane Ourad, commentant la situation politique, disait que toutes ces escarmouches dramatiques n’étaient que des éliminatoires. La finale serait entre le pouvoir et la Kabylie. On ne pensait pas que la réalité allait si tôt lui donner raison.
A. M.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/11/28/article.php?sid=109208&cid=8

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Chronique du jour : ICI MIEUX QUE LA-BAS Calés, décalés, recalés… Par Arezki Metref”

  1. nadorculture.unblog.fr Dit :

    Chronique du jour ici mieux que la bas cales decales recales par arezki metref.. OMG! :)

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...