RSS

Chronique du jour : CE MONDE QUI BOUGE Ces États sous tutelle internationale Par Hassane Zerrouky

7 décembre 2010

Contributions

L’Afghanistan, où l’Otan sous direction des Etats- Unis a déployé plus de 100 000 soldats lourdement équipés, soutenus par une incroyable logistique aérienne et des moyens technologiques dernier cri. Haïti, qui après le tremblement de terre ayant dévasté l’île, a vu l’armée américaine s’installer, prétextant la disparition des institutions étatiques emportées par le séisme, et prendre le contrôle du pays.


L’Irak, bien sûr, où sans compter l’occupation américaine, le site Wikileaks a révélé que les visas pour les ressortissants iraniens devaient au préalable recevoir l’aval américain, dénotant ainsi les limites de la souveraineté irakienne ! A un degré moins visible, la Côte d’Ivoire, où vient d’avoir lieu une élection présidentielle, est dans le même cas : des troupes françaises installées dans le pays veillent au grain au cas où ! En raison de la situation prévalant au Sahel, le Mali, la Mauritanie, le Niger n’échappent pas à la règle. Français et Mauritaniens sont intervenus militairement en juillet dernier au Nord-Mali contre un groupe de l’Aqmi avec l’aval formel de Bamako. Le Sahel, précisément, risque d’être mis sous tutelle occidentale. C’est ce qu’avait plus ou moins préconisé l’Union européenne (UE), lors d’une rencontre des ministres de l’Intérieur des Etats membres de l’UE en Espagne, il y a de cela quelques mois. Si les pays du Sahel, laissaient-ils entendre, ne parviennent pas à venir à bout de l’Aqmi, il est du devoir des Européens d’aller faire le ménage ! Ce sont là autant d’exemples qui montrent qu’aucun pays, non européen, n’est à l’abri d’une mise sous tutelle par les grandes puissances. Certes, concernant le Sahel, cela reste pour l’heure au stade de velléités, en raison de l’échec de l’intervention US en Irak, intervention à l’origine de l’hostilité d’une grande partie des opinions publiques européennes et occidentales à toutes formes d’intervention à l’étranger. Mais chacun sait que dans des situations qualifiées d’extrême urgence, il est possible pour des gouvernants de convaincre tout ou partie de ces opinions de la nécessaire défense des intérêts supérieurs occidentaux. Ce fut le cas pour le Darfour au Soudan où à l’initiative du ministre des Affaires étrangères français, Bernard Kouchner, l’Europe a déployé au Tchad des forces militaires pour soi-disant assurer la protection des populations noires massacrées par les Janjawid arabophones. En fait, le conflit interethnique qui sévit dans cette région depuis plus d’une dizaine d’années n’est pas sans rapport avec la découverte du pétrole, découverte qui a suscité les convoitises des grandes puissances. Le fait que le président soudanais Omar El Bachir soit sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour crimes de guerre lancé contre lui par la Cour pénale internationale participe de cette mise sous surveillance. Et l’Algérie ? Elle a failli l’être quand tour à tour, l’Union européenne, puis le Parlement européen (soutenus par Washington), avant de passer le relais à l’ONU, avaient envoyé des commissions d’enquête suite aux terribles massacres de civils de l’été et de l’automne de 1997 ! Le peuple algérien est en danger, disaiton ! L’Etat algérien est incapable d’assurer sa protection, assurait- on ! Il faut que la communauté internationale intervienne en faveur «des civils otages des islamistes et des militaires », avançaient d’autres voix intéressées ! Pour aller vite, rappelons qu’à l’époque, le pouvoir politique miné par des dissensions internes et les luttes de clans avait plus ou moins laissé la situation se dégrader dangereusement. Au point que même les islamistes, Abdelkader Hachani, Abbasi Madani en tête, avec le concours de certaines voix locales, ont exigé une intervention internationale ! L’Algérie avait d’ailleurs fini par accepter une commission onusienne dirigée par le Portugais Mario Soares, laquelle avait, au grand dam de ceux qui voulaient dédouaner les islamistes du GIA de leurs crimes, conclu que ces derniers étaient bel et bien les auteurs des massacres de civils, non sans adresser un sérieux avertissement aux autorités concernant la question des disparus ! En raison d’un soutien occidental inconditionnel, il n’y a qu’Israël qui échappe à la règle. C’est le seul pays qui refuse le déploiement d’une force internationale pour protéger la population palestinienne. Et Dieu sait que les Palestiniens en ont bien besoin.
H. Z.

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/12/02/article.php?sid=109417&cid=8

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...