RSS

Ya ness par El-Guellil

3 décembre 2010

Contributions

Il est des choses qui font rire et qui en même temps font pleu rer. L’Office national des statistiques décide de lancer une enquête pour savoir comment vivent les «nous-autres». 12.150 ménages constitueront l’échantillon devant représenter toute la palette des couches sociales. Il leur sera demandé ce qu’ils dépensent pour entretenir leur santé, ce qu’ils mettent de côté pour leurs vacances et… le budget destiné aux loisirs.



Ness l’ONS, ness mlah. Mais pourquoi poser des questions à des ménages, alors qu’il s’agit juste d’étudier le profil des harragas pour avoir toutes les réponses permettant d’analyser et de savoir comment vivent les «nous-autres». Il suffit de pointer devant un marchand de légumes pour voir comment ne vivent pas les «nous-autres». Il suffit de demander aux différents organismes culturels, qui fréquente les salles de spectacles, pour savoir que ceux sont toujours les mêmes. Les loisirs des nous-autres se limitent à scander «one two tree, viva l’Algérie, quand des milliards sont dépensés ou détournés. Il leur faut juste faire la comptabilité des couffins distribués à l’échelle nationale pendant la période de ramadhan pour découvrire que les «nous-autres» mangent juste pour ne pas mourir». Il suffit de pointer chez le pharmacien pour voir que les «nous-autres» ont toutes les peines du monde à acquérir les médicaments nécessaires à leur guérison. Il suffit de compter les bidonvilles et les logements en ruines qui abritent les «nous autres» pour que ness l’ONS sachent ce qu’ils ne veulent pas savoir. Qu’ils prennent le temps de côtoyer un retraité pour tirer tous les enseignements du «comment vivent les nous autres».

Ceci étant notre approche des choses, nous-autres nous sommes prêt à accueillir ness l’ONS à condition qu’ils nous assurent que les résultats de leur enquête serviront à améliorer le classement de notre pays dans le concert des nations qui vivent bien de leur rente.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...