RSS

Pour un wali élu par Ahmed Saifi Benziane

3 décembre 2010

Contributions

On l’appelle «mouvement dans le corps des walis», opération qui consiste à déplacer certains d’entre eux d’un chef-lieu à un autre, à promouvoir des secrétaires généraux à une fonction plus importante, de mettre à la retraite les atteints par l’âge, à faire appeler certains à d’autres tâches ou à mettre fin aux fonctions des derniers. Dans ce mouvement certains ne bougent pas pour des considérations dépendant des programmes qu’ils doivent finir. Une sorte de mouvement inamovible pour ceux-là.

Un wali comme tout le monde le sait, est un personnage incontournable qui préside à la destinée d’un territoire géographiquement délimité par des frontières, occupé par une population catégorisable selon le nombre, la pyramide des âges, le mode de vie, les facteurs culturels et historiques, le degré ainsi que les formes de contestation. Un wali dispose des moyens que l’Etat central met à sa disposition pour mettre en œuvre sa politique. Wilaya pouvant se traduire par Etat, le wali serait par déduction un chef d’Etat. Un petit chef d’Etat modèle réduit vu d’en haut.

Vu d’en bas à travers son pouvoir local il est sollicité à des cérémonies, courtisé pour les portes qu’il peut ouvrir, craint en l’absence d’un code communal sérieux, aimé ou honni selon l’usage qu’il fait du populisme, de son style vestimentaire et le ton de sa voix. Le ton de la voix est très important à ce poste. Le wali fonctionne dans la légalité mais pas dans la légitimité. Dans la légalité il répartit les ressources allouées sous formes de budgets à des projets de développement selon des priorités, ou alors il met sous le coude certains autres, il veille au maintien de l’ordre ou crée le désordre. C’est ainsi que certains walis laissent de bons souvenirs aux populations ou de mauvais après leurs passages dans cette fonction. Il se crée ainsi une bourse des walis. Ceux dont la nomination annonce l’espoir et ceux qui ne sont pas les bienvenus compte tenu des catastrophes qu’ils laissent après leurs départs ailleurs. C’est ce qui explique cette rotation tant attendue appelée « mouvement dans le corps des walis », qui s’étend actuellement à d’autres corps comme la justice, les chefs de daïras, et les directions de l’exécutif. La gouvernance trouve ainsi un nouveau souffle en faisant tourner des fonctionnaires comme dans un manège. Mais la question qui reste en suspens consiste à savoir comment on devient wali. Si l’on considère cette question du point de vue de la formation de base, on sait que l’ENA fournit des promotions qui sont appelées à occuper les rouages de l’Etat, dans sa dynamique de gestion des deniers publics, en rapport avec les attentes des populations. Il est évident que tous les énarques ne sont pas walis, l’accession à ce poste étant l’aboutissement de longues années d’expérience dans l’administration. Certains énarques sont dirigés vers la diplomatie, d’autres vers le fisc et d’autres encore moins chanceux, vers les collectivités locales ou autres services publics. Ce n’est donc pas le fait de l’ENA qui permet cette ascension vers les cimes de ce petit Etat qu’est la wilaya. Ce n’est pas aussi la longue présence dans les services publics qui le permet. Par ailleurs, on sait que tous les walis ont un rapprochement familial, d’alliance conjugale ou tribale avec « quelqu’un là-haut » parmi ceux qui ont l’influence suffisante pour les « aider » dans cette promotion. D’ailleurs ne dit-on pas que tel wali a derrière lui untel ou un tel autre ? Ce fait n’est pas étonnant si l’on considère que toutes les nominations aux postes supérieurs de l’Etat passent par un chemin où la compétence et le diplôme ne sont pas les seuls critères. Le critère déterminant est bien celui de la famille au sens large et parfois sicilien. Et s’il y a une réforme à faire c’est bien celle qui repositionne le sens de ce poste dont le synonyme veut dire en langage populaire « Saint homme ». Le choix de la dénomination n’est pas fortuit et la confusion doit être évitée. Un wali au sens populaire ne dispose ni d’appareil répressif, ni de moyens démesurés et encore moins des moyens de l’Etat. Il gère la communauté avec sa seule autorité morale puisée dans sa bonne connaissance des préceptes religieux et sa conduite exemplaire. Il gère par une légitimité qui lui doit de se faire appeler sidi. Le wali de l’administration tel que défini par les textes législatifs gère par le pouvoir de sa seule signature. S’il y a une autre réforme à faire c’est aussi celle qui prédétermine la gouvernance d’une région par la légitimité. Pourquoi, en effet, un wali ne serait pas élu ? Certains pourront y voir le début d’une sorte de fédéralisme, mot qui convient très peu aux unionistes qui veulent conserver un pays grand comme plusieurs fois certains pays d’Europe dans un mode de gestion inamovible et centralisé. La peur d’effriter un pays l’emporte sur une nouvelle vision plus adaptée et plus efficace des réalités nationales. Le seul fait d’en parler pourrait entraîner les foudres de ceux qui trouvent leurs comptes dans cette gestion « passes à l’autre » qui a fait tellement de dégâts. On pourrait appeler cela la régionalisation qui a donné ses fruits ailleurs, mais le fond reste le même. Le problème avec le mode actuel de gestion c’est qu’il n’y a aucun contrôle possible quant à la gestion d’un wali et ce ne sont pas les hémicycles locaux qui vont émettre des contestations ou réclamer des comptes se rendant par cela complices d’abus. Un wali élu sur la base d’un programme peut nommer à son tour un gouvernement local contrôlé par une assemblée locale. Cela se fait ailleurs et ce n’est point en opérant de la sorte que des pays se sont effrités. Au contraire. C’est même dans ce mode de gouvernance qu’ils sont devenus plus forts encore. Il est vrai que l’Etat central y perd ses plumes et son pouvoir de nuisance. Mais puisque nous avons tout essayé, le socialisme, le libéralisme, essayons autre chose tant que l’argent est disponible.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...