RSS

4.La nouvelle de Adila Katia L’inavouable

29 octobre 2010

1.Extraits

4.La nouvelle de Adila Katia L’inavouable dans 1.Extraits logo_imp9ezght dans 1.Extraits
Edition du Dimanche 06 Mars 2005

La nouvelle de Adila Katia

L’inavouable

 

Latéfa, arrêtes de faire cette tête ! Tu verras, tout se passera bien. Wahiba serre sa fille contre son cœur, une dernière fois. Leur séparation est pénible. Les tantes et les cousines présentes ne peuvent retenir leurs larmes. Wahiba se marie pour la seconde fois.

Elle se séparera, pour la première fois, de sa fille Latéfa. Celle-ci n’a que dix ans, mais elle sait déjà que plus rien ne sera comme avant. Elles ne se verront qu’aux fêtes. Boualem, le nouveau mari, a été très clair sur ce point. Il ne veut pas d’elle, chez-lui, sauf durant les fêtes. Et comme elles se comptent sur les doigts d’une main, l’enfant ne se fait pas d’illusions.
- Tu ne m’oublieras pas, n’est-ce pas ?
- Ma petite fille adorée…
Mais Wahiba ne peut en dire plus, étouffée par l’émotion. Elle n’a pas le choix. Cela fait huit ans qu’elle a été répudiée et la vie qu’elle a menée, depuis, n’a pas été rose. Pour se faire pardonner d’être revenue à la maison avec son bébé, elle a dû se plier aux caprices de ses frères et de ses belles-sœurs. Le destin leur avait donné une bonne à tout faire et comment ne pas en profiter ? Toutes les tâches ingrates lui étaient destinées. Ses parents étaient trop vieux et trop faibles pour pouvoir les prendre à partie. Ils avaient laissé faire jusqu’au jour où un cousin leur a parlé d’un probable mariage. Un villageois avait perdu sa femme et voulait se remarier.  Le jour même de la demande, ses frères ont tout fait pour que le prétendant soit refusé, prétextant qu’il était trop vieux, pour leur sœur et que la ribambelle d’enfants qu’elle aurait à sa charge la tuerait. D’après eux, elle pouvait attendre mieux de la vie, même si elle n’a pas encore été généreuse avec elle.
Pour les vieux, il était évident qu’ils ne veulent pas se défaire d’elle pour d’autres raisons que les prétextes évoqués. C’est aussi pourquoi ils ont accepté la demande en mariage et aussi que la fête soit célébrée rapidement. Moins de trois semaines ont passé, depuis, et voilà le jour tant attendu. Un petit cortège, silencieux, attend dehors.
Dans quelques minutes, elle allait partir.  Rien qu’en pensant qu’elle n’aurait pas sa fille auprès d’elle et qu’elle allait vivre loin d’elle, de nouvelles larmes mouillent ses yeux.
- Je sais que c’est injuste, dit-elle à sa fille. La vie ne me laisse pas le choix.
- Qu’est-ce que je vais devenir ?
- Pour l’instant, tu resteras avec tes grands-parents, mais si ton père cherche après toi, tu iras vivre avec lui et sa femme. Ce ne pourra pas être pire qu’ici.
- Quand est-ce qu’on sera de nouveau ensemble ? veut savoir Latéfa.
- Maman, tu vas me manquer.
- Tu me manques déjà.
- Wahiba, essuies tes larmes, Boualem va entrer, lui dit une tante, alors que sa mère arrive avec un burnous qu’elle lui ajuste sur les épaules.
Hadja Nouara pousse sa petite fille et essuie les larmes de sa fille, avant de rabattre la longue capuche sur son visage.
Peu de temps après, Boualem fait son entrée. Il ne tardera pas à prendre sa future femme par le bras et la guider, à travers les invités, jusqu’à la sortie, puis à la voiture. Il n’y a eu ni musique ni cris de joie. La famille de Boualem portait encore le deuil.
Latéfa pleure, s’agrippant au bras de sa grand-mère. Cette dernière a le regard triste,  mais elle est heureuse et soulagée. Maintenant que Wahiba allait fonder un nouveau foyer, elle pourra mourir tranquille. Quant à Latéfa, elle allait vite s’habituer à son absence. Ce n’est qu’une enfant et sa peine allait tout de même passer.
(À suivre)

A. K.
ADILAKATIA@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...