RSS

12.La nouvelle de Adila Katia Deux décennies de trop

29 octobre 2010

1.Extraits

12.La nouvelle de Adila Katia Deux décennies de trop dans 1.Extraits logo_imp ab8s2f dans 1.Extraits
Edition du Jeudi 14 Avril 2005


RÉSUMÉ : C’est la sonnerie du téléphone qui réveille Djamila. Elle a une brève discussion avec sa sœur. Elle est inquiète pour son mari. Il n’a pas donné signe de vie. Ce n’est pas normal. Jamais cela n’était arrivé auparavant pour s’inquiéter autant…

Djamila ne sait que faire. Elle est partagée entre l’espoir de voir son mari arriver et l’envie d’appeler la police.
- Il va arriver, se dit-elle. Je lui ouvrirai, après qu’il se soit reposé, il m’expliquera ce qui l’a retenu. Il dînera et après, on se mettra au lit.
Djamila l’imagine fatigué. Elle espère qu’il a eu l’idée de s’arrêter pour se reposer. Il a pu s’endormir. La jeune femme refuse de penser au pire. Même si au fond d’elle, elle est morte d’inquiétude, elle s’interdit de penser négativement. Elle savait ce qu’il risquait sur les routes en acceptant de faire de longs trajets.
- Dépêche-toi Omar. Dépêche-toi.
Elle a le sentiment que sa prière a été entendue lorsqu’elle est éblouie par des phares. Une voiture s’arrête en face de chez elle. Ce n’est pas le taxi de son mari. Djamila regarde deux hommes descendre de la voiture puis aller frapper chez ses voisins. Elle soupire de soulagement. L’espace de quelques secondes, elle a cru qu’ils étaient venus pour elle.
Elle s’écarte de la fenêtre et va s’asseoir. Cette émotion l’a vidée d’un coup. Ses jambes tremblent. Elle pose les mains sur les genoux pour arrêter le tremblement. Mais rien ne semble pouvoir les empêcher de trembler. La tête baissée, les yeux fermés, elle écoute les bruits venant de l’extérieur. Une pensée a fait son chemin en elle et elle la terrifie. Elle prie pour que son intuition soit fausse. Son cœur se trompe. Il ne peut pas en être autrement. Lorsque le grincement du portail de la cour grince, elle a l’impression de recevoir un coup de couteau au cœur. Elle se redresse lentement alors qu’on frappe à la porte d’entrée.
- Il y a quelqu’un ?
Djamila, au prix d’un grand effort, se lève et va à la porte d’entrée. Elle n’ouvre pas.
- Qui est-ce ?
- Un ami à votre mari, répond l’inconnu. Je suis aussi chauffeur de taxi.
- Pourquoi êtes-vous ici ? Où est mon mari ?
- Omar, Omar, dit-il après un moment d’hésitation, il est à l’hôpital.
- Que lui est-il arrivé ? quelqu’un l’a-t-il agressé ? demande-t-elle.
- Non, il a eu un accident.
Djamila hésite à ouvrir la porte. Elle voudrait voir le visage de ce monsieur, venu lui apporter la nouvelle. Mais elle trouve étrange que ces deux hommes soient encore dehors alors qu’il est près de minuit.
- Où était-il allé ?
- À Jijel, il y avait emmené un couple et leurs enfants, répond l’inconnu. Il savait que vous ne feriez pas confiance et il m’a dit qu’il a hâte d’être vendredi, pour passer la journée avec les enfants.
Djamila éclate en sanglots. Elle consent enfin à ouvrir et elle voit bien, aux visages tristes des deux inconnus, qu’ils n’ont pas tout dit. Les autres nouvelles ne doivent pas être bonnes.
- Comment est-ce arrivé ? Je connais mon mari et il est très prudent en route, dit-elle. Je ne comprends pas.
- Il descendait de sa voiture quand une fourgonnette l’a percuté.
- Son état est-il grave ?
- Je ne sais pas. Je l’ai vu avant qu’il ne soit emmené au bloc opératoire, lui confie-t-il. À l’heure qu’il est, ils  doivent l’opérer.
Djamila ne sait que faire. Elle a envie de les suivre à l’hôpital mais elle ne peut pas laisser les enfants seuls. Elle décide d’attendre le matin. D’ailleurs elle ne pourra pas le voir puisqu’il est au bloc.
(À suivre)

A. K.
ADILAKATIA@YAHOO.FR

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...