RSS

Editorial Lacunes Par : Mustapha Mohammedi M. M.

24 octobre 2010

M. MOHAMMEDI

Editorial Lacunes  Par : Mustapha Mohammedi M. M. dans M. MOHAMMEDI logo_imp
Edition du Mercredi 01 Août 2007

Editorial

Lacunes

 


Par : Mustapha Mohammedi M. M.

Alors que les lampions de Boumerdès viennent à peine de s’éteindre, voilà qu’un autre feuilleton, de magouilles agricoles cette fois-ci, éclabousse de plein fouet la GCA et braque ses projecteurs sur la wilaya de Djelfa et dans laquelle apparemment d’anciens responsables seraient impliqués.

Le verdict du procès de Boumerdès est tombé et, avec lui, le rideau d’une affaire qui, comme beaucoup d’autres, laisse une foule de questions sans réponse et des poches d’ombre que les lumières des prétoires n’ont pas percées. Ou à peine. Des pans entiers de ce drame ont été occultés, et la justice a quand même tranché. Elle a été rendue hier au nom du peuple. Certes, les magistrats ont fait leur travail en fonction des dossiers qu’ils avaient entre les mains et de ces seuls dossiers uniquement. Ils n’avaient pas un document de plus pour aller plus loin. Ils ne pouvaient dès lors que juger sur pièces. Et comme il fallait s’y attendre, ce sont les lampistes de service qui ont payé en fait de leur box, des techniciens, des fonctionnaires et des ingénieurs pour la plupart. Pas un seul entrepreneur n’a été inquiété et sérieusement malmené à la barre. Pas un seul n’a été condamné ; à croire que les immeubles et les blocs qu’ils ont construits et que le séisme a détruits n’ont jamais eu de promoteurs. Alors qui a soumissionné par appels d’offres ? Ces ensembles n’ont pas poussé tout seuls tout de même ? Comment cela a-t-il été possible ?
Il y a franchement dans cette sentence quelque chose qui met mal à l’aise. Elle est parfaitement souveraine, tout le monde en convient et personne ne peut la contester. Alors que les lampions de Boumerdès viennent à peine de s’éteindre, voilà qu’un autre feuilleton, de magouilles agricoles cette fois-ci, éclabousse de plein fouet la GCA et braque ses projecteurs sur la wilaya de Djelfa et dans laquelle apparemment d’anciens responsables seraient impliqués. Les prévenus n’ayant pas répondu à la convocation, le tribunal décide de reporter à septembre un mégaprocès qui promet bien des surprises. Avec tous les scandales qui se profileront à l’horizon et qui risquent d’embouteiller les salles d’audience, la justice n’a d’autre choix que de s’armer de patience. Encore faudrait-il qu’elle puisse appliquer librement et sans interférence la rigueur de la loi qui, elle, doit être la même pour tous.

M. M.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...