RSS

Fel goubba par El-Guellil

19 octobre 2010

Contributions

Je suis venu aujourd’hui, ya Sidi el ouali, ya Abdelkader, ya moul el meïda, j’arrive avec des questions plein la tête auxquelles je ne trouve pas de réponse. Je viens msellem mkettef. Mkettef surtout. Ligoté par mon manque de savoir, je veux être éclairé. J’allume donc sept bougies en présence du maître des lieux. Si c’est une maîtresse, je lui demanderai de se remettre à enseigner l’éducation civique… je me perds dans cette goubba khadra, car les vertes et les pas mûres envahissent ce qui me servait comme porte cheveux.



Voilà, je ne vais pas aller par mille chemins. Je veux juste savoir si la multiplication des bennes tasseuses peut régler le problème du ramassage des ordures. Si le renforcement de ce parc par des camions loués chez les ben-ammi est une solution. Je veux juste être éclairé. Est-ce que le recrutement d’un millier d’éboueurs, en plus de ceux qui sont opérationnels, peut mettre un terme à la saleté qui caractérise depuis des ans ma ville? Je ne sais pas si loger les milliers d’habitants de bidonvilles va mettre un terme à ce phénomène qui cerne toutes les cités et les contrées non citées d’Algérie. Est-ce que le ramassage des mendiants, la veille de la visite de la grande personnalité du jour, la nuit, veut pouvoir dire qu’il n’y a plus de mendiants ? Que le badigeonnage des trottoirs rend la ville plus propre ? Une ville où il y a mille rats par habitant. Mille-feuille qui se vend sur des carrosses à l’air libre. Mille magasins de chich-kabab qui empestent l’atmosphère et alimentent les urgences hospitalières. Mille cliniques où il n’y a pas de plateau d’urgence. Mille ambulances qui n’arrivent pas à circuler. Mille jeunes femmes prises tous les jours en « flagrant-du lit » …

Quoi, ya sidi el ouali ? Pour m’éclairer, en plus des sept bougies, je dois payer une ziara ? Quoi, là aussi il faut payer ? mais… ce n’est pas un S12 que je demande… mes papiers ne sont pas périmés…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...