RSS

7.La nouvelle de Adila Katia Cœurs brisés

18 octobre 2010

1.Extraits

La nouvelle de Adila Katia

Cœurs brisés

RÉSUMé : Taklit est très dure avec son petit-fils.  Elle l’accable de reproches. Hamid a bien des regrets. Taklit est partie depuis longtemps quand, dans la soirée, Nawel reprend connaissance. Hamid est heureux qu’elle s’en soit sortie. Mais elle a trop de peine pour apprécier sa présence…

Comment peux-tu dire “ma chérie” ? Comme si tu m’aimais encore, murmure-t-elle. Comment pourrais-je te croire après tout ce qui s’est passé ?
- Je sais que tout ce que je pourrais dire ne m’excusera pas, répond Hamid. Je te demande seulement d’être indulgente et de me pardonner. Je t’en prie, Nawel, ne me repousse pas.
- J’ignore si j’en aurai la force, rétorque-t-elle. Je voulais mourir et ce n’est pas arrivé. Pourquoi m’avoir sauvée ? Qui m’a sauvée ?
- Grand-mère. Elle vient de partir. Elle se fait du souci pour toi, lui confie-t-il. Quand elle saura que tu vas mieux, elle sera soulagée et heureuse pour notre fils. À quoi pensais-tu quand tu as tenté de te suicider ? Je croyais que tu aimais notre fils par-dessus tout.
- Tu n’as pas le droit d’être méchant et de me juger, réplique-t-elle. Tout est de ta faute. Depuis des mois, tu m’as exclue de ta vie. Aujourd’hui, tu as tenté de m’exclure de la vie de mon fils. En m’interdisant de travailler, alors que tu sais que mon salaire pourrait te soulager et apporter à notre enfant ce dont il a besoin.
- Ce n’est pas une raison pour te suicider, insiste Hamid.
- Mais toi, quelles raisons avais-tu de me prendre mon enfant ? Pour m’exclure de votre vie ?
Les questions de Nawel restent sans réponse. Elle ne les repose pas. Le médecin de garde est entré avec une infirmière et demandent à Hamid de sortir. Nawel se sent beaucoup mieux. Elle se laisse examiner tout en répondant aux questions du médecin.
- Ça va mieux ?
- Oui…
- Est-ce que vous vous sentez assez forte pour répondre aux questions de la police ? lui demande-t-il. Ils ont déjà interrogé votre grand-mère. Maintenant, ils voudront votre version. Je dois les prévenir de votre rétablissement.
- Pourquoi les déranger, je n’ai rien à leur dire.
- Il le faut.
L’examen ne révèle aucune anomalie. Rassurés quant à son état, ils vont voir d’autres malades après avoir contacté la police. Hamid est revenu auprès de sa femme. Il veut reprendre sa main mais elle la garde fermée. Elle ne croit pas à ce soudain rapprochement. Il pourrait passer la nuit à lui jurer son amour et tout faire pour qu’elle puisse oublier ces deux dernières années. Depuis que sa famille est chez eux, leur mariage en a pris un coup. Il ne tient plus.
Cette conclusion lui arrache de nouvelles larmes.
- Je voudrais me reposer, lui dit-elle. Tu devrais rentrer à la maison, Boualem passe sa première nuit seul…
- Il est entre de bonnes mains, lui affirme-t-il.
Nawel n’insiste pas. Elle tourne la tête et ferme les yeux. Il sait qu’elle ne dort pas et il s’attend certainement à une réaction quand il lui dit : “J’appelle ta famille pour la mettre au courant.”
Nawel ne bouge pas. Au bout de quelques minutes, elle l’entend s’en aller. Elle sait qu’il ne les contactera pas et elle n’y tient pas. Elle connaît la position de sa mère et du reste de sa famille. S’ils apprennent qu’elle a tenté de mettre fin à ses jours, ils voudront qu’elle rentre à la maison. Mais sans son fils, elle ne le supporterait pas. Sa tentative de suicide était de ne plus souffrir. Comment vivre sans son enfant ?
Elle se le demande car elle n’a pas l’intention de rester chez elle. Quant à se séparer de lui une nouvelle fois, c’est impensable. Ce matin, elle a failli à son devoir de mère. Plus que jamais, elle en a conscience et le regrette.
(À suivre)

A. K.
adilakatia@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...