RSS

16.La nouvelle de Adila Katia “L’autre”

14 octobre 2010

1.Extraits

  16.La nouvelle de Adila Katia “L’autre” dans 1.Extraits logo_imp 45763 dans 1.Extraits
Edition du Mercredi 26 Octobre 2005

 

résumé : Samir ment à sa mère pour avoir la paix. D’ailleurs, ils ne mettent personne au courant de leur retour. Samir a engagé une femme pour s’occuper de la maison. Mouna reconnaît avoir de la chance d’avoir un mari aussi attentionné et aussi prévenant… 

  

Samir appelle la gynécologue que leur a recommandée le professeur D. de la clinique. Il obtient un rendez-vous pour l’après-midi. Quand ils s’y rendent, Mouna trouve la salle d’attente pleine de femmes enceintes. À la vue de leur ventre rond, elle sourit. Dans quelques mois, elle aussi, sa grossesse sera apparente.
- Madame, vous devez boire de l’eau. Vous êtes bien venue passer une échographie ? Vous avez rendez-vous à seize heures ?
- Oui.
Mouna saisit la bouteille d’eau et se met à boire lentement. Quand elle a presque fini la bouteille, elle le dit à l’infirmière.
- Dès qu’elle en aura fini avec la patiente, je vous appellerai.
Mouna trouve le temps long et elle soupire quand vient son tour. La gynécologue lui pose des questions. Lorsque Mouna lui apprend qu’elle vient de la part du professeur D., son visage est éclairé par la surprise.
- Il y a longtemps que je ne l’ai pas vu. Mais il travaille en Belgique maintenant. Vous venez de là-bas ?
- Non, mais c’est lui qui me suit depuis quatre mois. Il travaille dans une clinique à Annaba. Je suis enceinte grâce à lui et son équipe. Ils ont utilisé la fécondation in vitro pour y parvenir.
- C’est magnifique ! s’écrie la gynécologue. Ce bébé vous l’attendiez depuis quand ?
- Dix-huit ans…
- Montez sur la table ; avec l’échographie, on saura s’il se développe normalement.
Sur le petit écran, la tête est visible. Mouna est émue jusqu’aux larmes.
- Il a une taille normale pour son âge, dit la spécialiste. Vous n’avez pas de souci à vous faire.
- Est-ce que votre infirmière peut appeler mon mari ? Je voudrais qu’il le voie. Il est resté dehors. Il n’y avait pas de place dans la salle d’attente.
- Bien sûr.
L’infirmière va vite l’appeler. Samir échange quelques mots de politesse quand il se retrouve avec la gynécologue avant de lui demander :
- Tout va bien ?
- Oui. Votre femme voulait que vous le voyez. La spécialiste reprend place devant l’échographe. Quand la petite forme apparaît sur l’écran, il ne peut s’empêcher de prendre la main de
sa femme.
- Vous n’avez pas à vous inquiéter, leur dit-elle. Il va bien. Mais si vous n’avez pas eu de complément en vitamines et en fer, je peux vous prescrire ce qu’il vous faut.
- Non ; j’ai déjà tout ce qu’il faut, répond Mouna. Mais je reviendrai pour m’assurer qu’il pousse bien.
- Vous êtes les bienvenus ! Prenez bien soin de vous.
Mouna a envie de crier sa joie lorsqu’elle se retrouve dans la rue. Samir la prend par le bras.
- Hé doucement… Tu ne veux tout de même pas courir ?
- J’ai envie de crier au monde entier qu’il est là, qu’il va bien, lui dit-elle. Je suis si heureuse que j’en ai peur. J’ai l’impression de rêver. Et je ne
veux pas me réveiller.
- Je suis là pour veiller sur ton sommeil, la rassure Samir. je voudrais inviter tes parents et les miens, qu’est-ce que tu en penses ?
- Qu’il faudrait attendre encore un peu, répond-elle alors qu’ils se dirigent vers leur voiture. Mais qui est-ce ? Elle tente de reconnaître qui attend près de leur voiture. Comme ils sont encore loin et que le couple se tient le dos tourné, ils ne reconnaissent pas tout de suite ses parents. Quand Mouna et sa belle-mère se retrouvent face à face, aucune d’elles ne saute de joie. Samir ne sait que faire…
(À suivre)

A. K.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...