RSS

Habib Ayyoub revient avec “Vie et mort d’un citoyen provisoire” Par : Nassira Belloula

13 octobre 2010

LITTERATURE

Habib Ayyoub revient avec “Vie et mort d’un citoyen provisoire”  Par : Nassira Belloula dans LITTERATURE logo_imp 45685 dans LITTERATURE
Edition du Mardi 25 Octobre 2005

Culture

La septième mort d’Omar est l’autre titre du roman qui reflète un peu plus cette écriture métaphorique propre à Ayyoub dont Le gardien reste la parfaite illustration.


Dans ce nouveau roman, Ayyoub peuple ses pages de cauchemars, de rêves inavoués, d’un fatras de maux et d’une multitude de personnages chaotiques qui apparaissent et disparaissent d’entre les pages comme par enchantement. Si le décor est planté dans cette Barbarie septentrionale qui n’est autre que l’Algérie d’aujourd’hui, le personnage principal, Omar, ne manque pas de souffle car il faut en avoir pour le suivre dans les dédales de ce pays soumis à des lois hors la loi et aux règles du Grand-Commandeur. Omar veut partir, quitter ce pays ; le mythe de l’Australie, accrochés à ses girons d’autres âmes peinées, d’autres gueux, ainsi que la cohorte des enfants de la tempête qui partagent les mêmes rêves que lui. Ce livre a une connotation politique ; tous les ingrédients y sont même si la subtilité de l’écriture et sa force — car il ne faut pas perdre une ligne si l’on veut sortir indemne de ce roman — lui donnent aussi une connotation poétique. Le verbe est la force de Ayyoub qui s’en sert ici d’une manière exceptionnelle pour parler de misère, de soif de justice, de corruption, de torture, d’un pays à la dérive, de l’inanité d’une classe dirigeante. Les enfants de la Tempête est une forte symbolique de ce que sont en réalité les gens du pays : perdus, atrophiés culturellement, usurpés de leur identité, “qui ne possèdent ni passé ni présent, encore moins un avenir, qui n’ont pour seul souci que la pitance quotidienne”. Se rendant compte que ce pays n’a jamais été le leur, ils aspirent ainsi à le quitter. Ayyoub signe ici un roman difficile à décrypter et à classer tant par la réflexion qu’il suscite que par le style corrompu par les allégories. Ceci est la force d’Ayyoub qui, rappelons-le, est le détenteur du 1er prix Mohamed-Dib. Vie et mort d’un citoyen provisoire est sorti aux éditions Barzakh durant le Salon international du livre d’Alger. Il mérite une halte.

Nassira Belloula

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...