RSS

NOIR ET BLANC MUSTAPHA MOHAMMEDI

27 septembre 2010

M. MOHAMMEDI

NOIR ET BLANC

MUSTAPHA MOHAMMEDI
Liberté : 21 – 08 – 2009

C’est connu, le chacal ne prend jamais de risque, il est trop malin et ne s’expose jamais en plein jour.
Sauf quand sa proie est sans défense, une brebis isolée du reste du troupeau par exemple, une poule échappée de sa basse-cour ou un agneau étourdi qui s’aventure hors de son enclos.


L’attaque est foudroyante.
Le prédateur ne fait en général qu’une bouchée de sa victime.
Il l’étouffe, la dépèce et se repaît de ses restes.
Puis détale. À toute vitesse.
Et recommence l’opération à chaque fois qu’elle est nécessaire et que son ventre crie famine. Il tue pour survivre et chasse pour se nourrir.
C’est la dure loi de la nature. “Hout yakoul hout.”
Mais à l’évidence, cette chaîne alimentaire risque de se rompre dans nos campagnes. Le couac du chacal de Mezraourou le laisse clairement penser. Et d’abord qui est Mezraourou et d’où vient ce chacal ?
Mezraourou est un village rural de 2 000 habitants, à 40 km de Sidi Bel-Abbès. Des maisons modestes, une artère centrale tout aussi modeste et des fellahs aux revenus encore plus modestes, bref “rien qui ne casse les briques”, dans ce hameau quasiment désert en ce mois d’août. Il y a une semaine, un chacal des douars voisins, visiblement crevant de faim, faisait une incroyable incursion dans le bourg, à midi, en plein centre, et attaquait deux paisibles citoyens près de la mairie. Sans raison.
Ils ne devront leur salut qu’à l’intervention énergique des clients d’un café mitoyen qui l’abattront à coups de pierres et de gourdins.
Il s’en était fallu de peu.
Mais au-delà d’un incident qui déborde de la colonne des faits divers, une question mérite quand même d’être posée. Nos plaines et nos vallées sont-elles si asséchées en charognes et autres carcasses quelles poussent des bêtes sauvages à chercher leur pitance dans des agglomérations urbaines ?
Si c’est le cas, rien n’interdit aux sangliers demain d’envahir nos places pour se ruer sur les foules.
Et quand le plus grand prédateur devient à son tour gibier, c’est que, quelque part, sur la chaîne, quelque chose a sauté…
M. M.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

4 Réponses à “NOIR ET BLANC MUSTAPHA MOHAMMEDI”

  1. essebane Dit :

    je suis la fille de ammar ameur

  2. essebane Dit :

    il mort

  3. sonia Dit :

    je veux savoir s’il sagit bien de mustapha mohammedi de guerrara (ghardia)

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    bien le bonjour à vous ,tout en vous remerciant de votre visite. Monsieur Mohammedi Mustapha est natif de sougueur et réside actuellement Oran .Encore une fois merci de votre visite

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...