RSS

Mohamed Benelhadj, dg de l’office national du tourisme : «La chance du tourisme Algérien est double »

27 septembre 2010

Mohamed Benelhadj


Interview réalisée par Said ZAHRAOUI

 

À un mois du prochain SITEV (Salon international du Tourisme et des Voyages) qui se tiendra à Alger du 1er au 3 décembre prochain, M. Mohamed Benelhadj, Directeur général de l’ONT (Office national du tourisme), a bien voulu nous entretenir de la nouvelle stratégie du développement du secteur mise en oeuvre par le gouvernement depuis deux ans et, surtout, des premiers résultats enregistrés à ce niveau et indices attestant la pertinence de cette démarche, ainsi que des nouvelles missions confiées à son entreprise dans ce cadre.

 

Lakoom-info : Le prochain Salon international du Tourisme et des Voyages se tiendra à Alger du 1er au 3 décembre prochain. Comment l’ONT s’y prépare-t-il, et quels bénéfices en attendez-vous pour votre entreprise ?

Mohamed Benelhadj : Nous avons introduit de la rigueur dans l’exécution de notre mission. En choisissant « nos sorties » de manière à coller à l’amélioration constante de nos produits, nous évitons la dispersion qui nous conduirait à tromper la clientèle sur leur qualité. Le désenchante­ment serait ruineux. La mise en tourisme de l’Algérie a commencé à la suite de nos As­sises de février 2007. Nous avions alors procédé à un recensement rigoureux de toute la gamme du tourisme national. Ces états gé­néraux, à l’image de ce que vous faites lors de vos réunions rue de Grenelle à Paris, ont été notre « Grenelle du tourisme ». Nous y avons tout mis à plat. Et la mis­sion de communiquer la desti­nation devait accompagner les processus de mise à niveau. En toutes choses. Un produit est-il immédiate­ment consommable et présente-t-il pour le consommateur une garantie de fiabilité, on le met sur nos étals. Nous espérons ainsi être au diapason de notre schéma directeur d’aménagement touris­tique (SDAT 2025), initié par le gouvernement. Il faut situer le Salon Interna­tional du Tourisme et des Voya­ges (Sitev) dans cette continuité et dans cette logique. Du reste, la coloration saha­rienne de ce salon en est une par­faite illustration. Nous disposons de ce que les amoureux de l’aven­ture considèrent comme le plus ­­beau désert du monde. Nous pouvons y recevoir nos hôtes dans les meilleures conditions qui soient. Le réceptif spécialisé dans ce produit, qui est notre produit d’appel, sera massivement présent et la concurrence s’annonce redoutable. Qu’on nous sache gré d’une approche intelligente de notre mission, tel sera l’unique bénéfice escompté par l’O.N.T !

 

Lakoom-info : Une nouvelle stratégie concernant le tourisme est mise en œuvre par les pouvoirs publics dans le but d’amorcer durablement le développement de ce secteur. 10 ans, c’est l’échéance fixée pour que toutes les conditions devant assurer une dynamique irréversible à ce développement soient mises en place. Depuis deux ans que cette démarche a été définie et les premières actions lancées, comment voyez-vous les choses se passer concrètement sur le terrain ?… Y a-t-il quelques premiers résultats ou indices encourageants, et lesquels ?

Mohamed Benelhadj : Sur le terrain comme vous dites, nous avons identifié sept Pôles Touristiques d’Excellence (Nord/Est, Nord/Centre, Nord/Ouest, Sud/Est Oasien, Sud/Ouest Touat, Gourara et enfin deux pôles grand sud (Tassili N’Ajjer et l’Ahaggar). Pour chacun d’entre eux ont été recensés les gisements et les vocations et déterminés les objectifs en ter­mes de projets en cours ou existants. Il est attendu quelques 2,5 millions de touristes étrangers à l’horizon 2015. Il a été program­mé une capacité supplémentaire de 75.000 lits d’excellence pour répondre à cette demande ainsi qu’à celle de la clientèle nationale et internationale exigeant des produits haut de gamme. Depuis plus d’une année, nous avons commencé un cycle de réception de ces réalisations. Nous sommes en rythme soutenu sur une vitesse de croisière qui augure d’un respect scrupuleux des charges pour la partie réalisation. Cela si­gnifie que la destination capte de l’investissement, national aussi bien qu’étranger. Les mesures édictées dans la Loi de finances complémentaire de 2009 pour la partie tourisme étant naturel­lement susceptibles d’accélérer le mouvement par les mesures d’accompagnement et d’encoura­gement qu’elle introduit. Nous observons une augmenta­tion du flux sur le balnéaire mais ce n’est pas la ruée. En ce domaine, la coïncidence du Ramadan avec la saison estivale biaise un peu les statistiques, et il en ira ainsi durant les années qui vien­nent, jusqu’en 2015 au moins. Sur les autres aspects, nous cons­tatons effectivement une forte pression. Mais, vous savez, la chance du tourisme Algérien est dou­ble. Primo, le ministre qui en a la charge, M. Chérif Rahmani, est en même temps ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, cela permet une vision d’ensemble qui struc­ture et harmonise la transversa­lité des projets et leur intégration  dans une globalité cohérente. Et secundo, en tant que « nouvel en­trant » dans le tourisme mondial, nous nous inscrivons d’emblée dans ce que nous appellerons « le nouveau tourisme », c’est-à-dire, précisément, dans un tourisme respectueux de la nature et des cultures locales. La territorialisation et la valori­sation de la destination à travers nos atouts propres et par rapport aux attentes et aux tendances émergentes procèdent de cette exigence. Le marché touristique est vo­latile par définition. Nous nous devons par conséquent de diver­sifier les destinations (Sud et lit­toral), les produits, les partenai­res et les promoteurs, afin de ne pas mettre tous nos oeufs dans le même panier, en quelque sorte. Nous éviterons ainsi d’être les otages d’un seul produit. Nous disposons d’aménagements na­turels que nous avons obligation de préserver. Nos casbahs et nos ksours, notre patrimoine bâti néo soudanais, nos parcs sahariens, nos offres itinérance, attestent bien de ce tourisme écologique. Bien évidemment, notre côte vierge est promise à une inté­gration, dans nos pôles d’excel­lence, par des aménagements sans concession quant au res­pect de ce paradigme écologique.

 

Lakoom-info : Votre entreprise s’est-elle vue confier de nouvelles missions et de nouveaux moyens dans le cadre de cet­te nouvelle stratégie ? Si oui, lesquels ?

Mohamed Benelhadj : L’ONT est sous statut d’entreprise publique à carac­tère administratif (Epa). C’est un peu comme si vous disposiez d’un véhicule avec une carros­serie Ferrari et un moteur de 4 chevaux pour courir les grands prix ! Aussi, en vue de cette mission de redéploiement de l’ensemble de nos activités marketing et communication, les services du ministère du Tourisme ont tra­vaillé sur un changement de sta­tuts. ous deviendrions une entre­prise publique à caractère indus­triel et commercial (Epic). Nous définirions, à ce moment, les ins­truments nécessaires à une poli­tique audacieuse. Nos moyens à venir seront à la mesure de nos ambitions.

 

Lakoom-info : Vous avez été nommé Directeur général de l’ONT il y a seulement quelques mois ?  Avez-vous été amené à mettre en œuvre des actions inédites ou des réaménagements particu­liers dans l’organisation et le fonctionnement de l’en­treprise pour accroître son efficacité ?

Mohamed Benelhadj: J’ai introduit de la flui­dité dans les relations entre nos cadres et la famille du tourisme. J’ai décloisonné et instauré un travail d’équipe. Nous travaillons, pour ce qui concerne la communi­cation proprement dite, en brain storming permanent. J’associe à nos travaux périodiquement non seulement les différents agents du réceptif mais aussi des universi­taires, des associations, des artis­tes, des commerçants du quartier. Nos locaux sont situés aux por­tes de la Casbah d’Alger, lieu my­thique s’il en est. Ses habitants ont peut-être une idée de ce qu’il con­vient de faire, n’est-ce pas ?


http://www.lakoom-info.com/interview/interview_id044.php
S.Z.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...