RSS

Ça n’a pas changé par El-Guellil

27 septembre 2010

Contributions

La technologie avance à pas de géant, et nos habitudes à nous mortels, aussi. Pour celui qui fait attention, un fait remarquable domine notre comportement et nos discussions. On parle de puce et de mobile, comme on parlait, il y a quelque temps, de l’antenne parabolique. C’était «tu sais, la nôtre capte toutes les chaînes». C’est devenu «tu vois, il est petit mais très sensible. Tu ne perds jamais. C’est plein d’options». Et à chacun d’exhiber le sien. Plus il est petit, plus il est prisé. De mon temps, c’était le contraire. Mais bon, à chacun son temps. Elli fatou yamou…



Aujourd’hui, entre le «kirak» formel et le «aïdek mabrouk» insignifiant, il faut ajouter les sonneries personnalisées. Des symphonies de toutes nationalités. Du raï à la déraille, en passant par les classiques, les Chopin et les Beethoven… C’est le show ! Quelques-uns de ceux qui m’ont rendu visite – ils ne sont pas nombreux, car, quand tu es Guellil… –, dès qu’ils mettent leur fessier sur un seddari, ils posent leur bouffeur de neurones sur la table, près du plateau de griouèche, bien en évidence, et le fixent comme pour lui demander de sonner, comme s’ils attendaient un appel urgent pour une affaire primordiale…

Il arrive qu’au beau milieu d’une conversation, ils se jettent sur le téléphone qui sonne pour répondre: «Rani chez el-Guellil… Allô ! Je t’entends mal ! Bougi chouiya…». Et si la communication passe mal entre mes murs, ils quittent au besoin la table pour aller dehors, là où «ça passe bien». Au secours !

Au fait, ces gens ne viennent plus tous seuls mais accompagnés virtuellement de leur famille, de leur bande de copains que je n’ai pas invités, que je ne connaîtrais sans doute jamais, mais dont j’aurais entendu parler. Bessif. Ont-ils conscience de leur comportement ?

Bekri, avant de rendre visite à des proches, quand nous étions enfants, nos parents nous faisaient un remontage de bretelles préventif: «Se tenir sage chez les gens, ne pas raconter de bêtises, ne quitter la table qu’après avoir demandé la permission…». El-youm, quand ils te rendent visite, à l’ère de la puce, les gens semblent avoir le cafard de te rencontrer…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...