RSS

“La conteuse chauve et le gourbi” Rencontre avec Nora Aceval Par : SAMIR BENMALEK

22 septembre 2010

1.Contes, Nora Aceval

“La conteuse chauve et le gourbi” Rencontre avec Nora Aceval  Par : SAMIR BENMALEK dans 1.Contes logo_imp
Edition du Samedi 18 Février 2006

Culture


Au risque de devenir chauve, Nora Aceval, avait bien voulu raconter, lors de la rencontre de mardi dernier à la librairie Chihab d’Alger, l’un des nombreux contes qu’elle collecte depuis des années. Car, et comme le veut la croyance en vogue à Tiaret, sa région natale,

lorsque l’on raconte un conte la journée, les cheveux, un à un, disparaissent. La calvitie guette les conteuses diurnes. Et c’est dans son village qu’elle a trouvé, auprès de sa tante, une source intarissable de ces histoires dans lesquelles les animaux sont doués de raison, et les humains pas toujours futés. Née en 1950 et établie en France depuis 1977, c’est dans le gourbi de cette tante que Nora Aceval enregistrera les contes qui donneront naissance aux ouvrages intitulés La Science des Femmes (contes grivois du Maghreb), paru aux éditions Maisonneuve, Larose, contes du Djebel Amour, chez Seuil Jeunesse, et Contes et traditions d’Algérie, dans la collection Aux origines du monde, des éditions Flies-France. Mais il se trouve qu’à l’occasion de l’un de ses séjours en Algérie, la parente en question avait troqué “son gourbi contre une villa. Mais moi j’aurais voulu qu’elle garde son gourbi”. Voilà donc, la morale de l’histoire, exactement comme dans les contes qui “véhiculent des valeurs”, s’était plu à répéter la conteuse. Une chaumière, faite de paille et de bouse est donc bien mieux indiquée qu’une villa spacieuse et construite en dur. Car il faut bien que le décor soit de circonstance. Pour les uns, un gourbi pour demeurer dans l’oralité ; et pour les autres, médiathèques, bibliothèques et salons du livre… pour accéder au monde civilisé. Mais encore cette précision de la part de l’ex-infirmière, en parlant de ce gourbi qui semble tant lui manquer : “Il y a des poux, des scorpions, on y attrape la  gale…” C’est donc en prenant le risque d’attraper bien des maladies, en plus de la calvitie, que Nora Aceval s’est attelée à transcrire et à transmettre les paroles de ses grands-parents.

SAMIR BENMALEK

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...