RSS

Il vaut mieux se taire Noir et blanc Par : Mustapha Mohammedi

20 septembre 2010

Contributions

Il vaut mieux se taire Noir et blanc  Par : Mustapha Mohammedi dans Contributions logo_imp
Edition du Lundi 20 Septembre 2010

L’Algérie profonde

Il vaut mieux se taire

Noir et blanc


Par : Mustapha Mohammedi

Il y a quelque chose de décalé dans cette ville, de creux qui sonne comme une coquille vide et qui me gêne. J’ai l’impression parfois qu’il manque une case à cette cité, que sa locomotive n’a pas été placée devant la bonne ligne et que ses rails ne bordent pas les mêmes quais. J’ai l’impression qu’elle évolue dans une bulle tellement disparate qu’il est difficile,

voire impossible en l’état actuel des choses de faire la part entre la pagaille des citoyens et le cynisme des mêmes citoyens. Oran – c’est d’elle qu’il s’agit – est une “baladia” moderne qui affiche résolument cette prétention. Mais en a-t-elle vraiment les moyens, c’est-à-dire la capacité d’assumer une telle charge ? J’en doute parce que la réalité est autrement plus têtue, autrement plus complexe sur le terrain. Des trémies, des bretelles, des périph’, des palais pour les conférences, des hôtels luxueux et des ronds-points fleuris et abondamment arrosés, il en faut bien sûr si l’on veut que cette perle du littoral retrouve ses couleurs comme toutes les agglomérations de la Méditerranée qui sont aujourd’hui courues et enviées.
Le temps est venu de passer à un cran supérieur, de laisser tomber le vernis et de s’attaquer de manière pragmatique aux vrais problèmes.
C’est dans la ville profonde que le bât blesse. C’est dans le centre du tissu urbain qu’il faut opérer, dans ses banlieues, dans ses bidonvilles, partout où la vie est insalubre, où le citoyen a soif. Les quartiers de Sid El-Houari et de Victor-Hugo sont des dépotoirs à ciel ouvert à l’exception de quelques îlots épargnés par le rouleau compresseur d’une gourbisation qui avance à grands pas. Je ne parle pas des misérables quartiers de Petit Lac et d’El-Hamri, des quintaux  de déchets qui traînent sur les trottoirs, des ordures enlevées n’importe comment, à la hâte, du bitume cabossé, de l’asphalte défoncé, des marches pourries où tout le monde partage dans la gadoue et les eaux usées.
Je ne parle pas…  Mais à quoi bon ? Il vaut mieux se taire.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...