RSS

L’affaire Hadjadjj vient aggraver l’image déjà déplorable de l’Algérie

19 septembre 2010

Non classé


image

Etonnante coïncidence : Djilali Hadjadj,  président de l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC) et représentant en Algérie de l’ONG anti-corruption Transparency international,  a été libéré de la prison de Serkadji le jour où paraissait le rapport annuel de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, pour l’année 2009.

Le cas de l’Algérie est cité dans le chapitre réservé aux pays de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, et dévoile une tendance à stéréotyper ou calquer les restrictions aux libertés connues dans le monde arabe.  » L’Algérie, qui tenait jusqu’à il y a quelques années à donner une façade de «liberté» aux défenseurs des droits de l’homme, est aujourd’hui entièrement replacée dans le giron des francs agresseurs des libertés », écrit El-Watan.

Relation directe avec l’affaire Hadjadj : le rapport rappelle que  » les lois répressives sur la presse, la dépendance des journaux vis-à-vis des revenus de la publicité du secteur public et d’autres facteurs limitent leur liberté de critiquer le gouvernement, l’armée et l’élite politique et économique. Les lois sur la presse prévoient notamment des peines de prison assorties d’amendes pour diffamation et pour insultes aux représentants du gouvernement et aux institutions de l’Etat». Le rapport rappelle, comme signe de durcissement, l’adoption par l’Assemblée populaire nationale en juin 2009, la loi sur les règles particulières de prévention et de lutte contre les infractions liées aux technologies de l’information et la communication. «Les dispositions très générales de cette loi laissent craindre l’utilisation de cette loi pour surveiller et réprimer des activités de défense des droits de l’homme»

De plus, ajoute le document, les autorités ont interdit la tenue d’un séminaire de formation pour les journalistes portant sur «le rôle du journaliste dans la protection des droits de l’homme». Ce séminaire, organisé par la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH) devait se tenir à Zéralda, à l’ouest d’Alger, les 26, 27 et 28 mai 2009, et rassembler 25 journalistes venant de différentes villes. Ceci et de souligner que la LADDH a reçu une notification écrite non motivée des services de la DRAG lui interdisant de tenir une «Rencontre nationale sur l’abolition de la peine de mort» qui était prévue pour le 10 octobre afin de célébrer la Journée internationale pour l’abolition de la peine de mort. La liberté syndicale est aussi citée comme cible des atteintes.

«En 2009, la liberté syndicale a continué de ne pas être assurée, les personnes qui tentent de former un syndicat étant soumises à de fortes pressions». Et de noter que «plusieurs rassemblements pacifiques organisés par des syndicats ont été dispersés, parfois de façon brutale, par les forces de l’ordre et les manifestants ont fait l’objet de poursuites judiciaires». Les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes ont aussi fait les frais d’une cabale judiciaire sans précédent, indique le rapport. Le document souligne : «Sans surprise, les élections présidentielles en Algérie et en Tunisie ont maintenu en place les présidents sortants, et ce, grâce à des amendements constitutionnels introduits au mépris du principe de l’alternance au pouvoir, lequel constitue l’une des garanties d’un système démocratique. Ces élections ont donné lieu à diverses mesures visant à affaiblir les principales figures de l’opposition à travers l’adoption de mesures répressives et le musellement de toute voix contestataire».

Evoquant le contexte politique algérien, le rapport indique le maintien de l’état d’urgence, comme dans certains régimes arabes, qui soumet les défenseurs des droits de l’homme et toute voix dissidente à une législation d’exception qui porte atteinte aux droits et libertés fondamentales et entrave le droit aux libertés d’association et de rassemblement pacifiques.
Ceci et de rappeler l’interdiction faite d’évoquer les événements de la décennie noire qu’a connue le pays. «Les autorités algériennes refusent ainsi de faire un travail de justice et de mémoire sur les événements de ce conflit», indique le rapport.

Braquant ses projecteurs sur l’atteinte à la liberté d’association, le rapport note que «les autorités algériennes ont continué d’empêcher les organisations de défense des droits de l’homme d’obtenir une reconnaissance légale. Certaines associations se voient ainsi refuser au moment de la notification de la constitution de l’association la délivrance du récépissé réglementaire, sans lequel elles ne peuvent prétendre à la personnalité juridique et ne peuvent par conséquent mener leurs activités.

L.M.

Sce : EW

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...