RSS

Arrêt par El-Guellil

16 septembre 2010

Contributions

Ramdane kmel. L’Aïd n’est plus de la fête. C’est la rentrée sociale. Tous affûtent leurs armes. Grève sur grève, et que le peuple crève ! On ne m’a pas donné le salaire que je veux, je fais grève. On ne m’a pas octroyé un logement, je fais grève. Le patron nommé par la tutelle ne me plaît pas, je fais grève. On a injustement licencié un salarié spécialisé en congés de maladie, je fais grève. On veut liquider l’entreprise qui nous a nourris pendant des années et qu’on a coulée, j’fais la grève. Les autres font la grève pour les soutenir, je fais la grève. Les autres refusent de faire grève, je ferai grève pour les obliger à faire grève.



Pendant ma grève, des grévistes sont interpellés par les services d’ordre qui ne sont pas autorisés à faire grève : je pousserai la grève à fond. Je suis discipliné moi : dès que mon syndicat appelle à la grève, je réponds absent au boulot et j’fais la grève.

La grève, ce n’est pas du repos, croyez-moi. La grève, c’est un engagement politique contre une pratique intolérable. C’est fatigant une grève parce qu’on sait toujours quand elle commence, mais jamais quand elle finit.

Quelle chance ! Pouvoir faire la grève, c’est souligner son statut de salarié. Il n’est pas donné à tout le monde de faire la grève. Un chômeur, par exemple, ne peut pas faire grève pour revendiquer un salaire. Ni il peut faire grève, ni il peut occuper les lieux de son chômage pour obliger sa tutelle à plus d’attention. Un chômeur, c’est moins qu’un mendiant.

Le mendiant, lui, s’il fait grève, tzaguette. Les moumnine, en sortant de la mosquée, ne pourront plus exhiber leur imène en offrant la pièce à ce gueux qui tend la main. Et le salarié qui fait la grève ne pourra jamais dire à celui qui lui demande une pièce : « Va te trouver un travail, tu es plus fort qu’un ferd !». C’est vous dire que la grève des mendiants, c’est pas rien. C’est pour cela qu’on entretient plus les mendiants que le travailleur. Le travailleur, lui, il faut lui donner juste de quoi l’empêcher de tendre la main.

Au fait, combien il y a de travailleurs en Algérie, et combien de salariés ? On le saura quand nos amis des statistiques décideront de se remettre au travail.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...