RSS

Mohamed Salah Mentouri Souffles… Par : Hamid Grine

12 septembre 2010

Contributions

 Mohamed Salah Mentouri Souffles…  Par : Hamid Grine dans Contributions logo_imp
Edition du Dimanche 12 Septembre 2010

Culture

Mohamed Salah Mentouri

Souffles…


Par : Hamid Grine

Dans un livre fameux, Le courage en politique, J. F. Kennedy, qui n’était alors qu’un jeune espoir du parti démocrate,

dresse le portrait d’un certain nombre d’hommes politiques américains qui ont suscité son admiration. Ils avaient tous en commun le courage de dire tout haut ce qu’ils pensaient être la vérité même contre leur propre famille politique. Cette vertu du courage, la plus rare peut-être et la plus inconstante – on peut être courageux à midi et lâche à minuit – a un autre nom : liberté. Oui, liberté d’être au-dessus des calculs politiciens et des compromissions pour ne servir qu’un idéal : le bien commun.
Si l’Algérie occupée a eu ses martyrs de la liberté, paradoxalement, l’Algérie indépendante a été avare de ce genre d’hommes qui ne craignent pas de dire non à l’autorité quand les principes pour lesquels ils se sont battus sont foulés. Avare ? Oui, mais pas stérile cette Algérie, la nôtre, qui a eu tout de même quelques hommes-phares qui disent que tout n’est pas pourri. Et qu’on peut sauver son âme en essayant de sauver l’Algérie. L’un de ces hommes me semble être Mohamed Salah Mentouri. Les plus hautes charges ne l’ont pas corrompu. Ni tourné la tête.
Un homme se définit par ce qu’il refuse et réfute et non par ses compromis et ses compromissions. Tel est le destin de Mohamed Salah Mentouri qui démissionnera de son poste de président du Conseil national économique et social quand il verra que son champ d’action a été réduit. Sous sa présidence, le Cnes a acquis ses lettres de noblesse. Il a été à la fois un outil d’analyse critique et de réflexion, un vigile et un garde-fou. C’était lui la voix forte qui mettait en garde l’exécutif contre les choix économiques et sociaux qui lui paraissait inopportuns pour le pays. Pour parler crûment, le Cnes était un empêcheur de tourner en rond. Avec lui, on avait affaire à un autre son de cloche au milieu de l’unanimisme triomphant. C’était une force de proposition alors qu’on attendait de lui qu’il soit une chambre d’enregistrement. Miroir, mon beau miroir, qui est la plus belle ? Et le CNES répondait : “T’as vu la méchante verrue que tu as sur la joue gauche et l’autre sur le pif et l’autre…” À défaut de changer, on cassa le miroir. C’est plus simple.
Un jour que je lui demandais en fonction de quels critères, il choisissait ses collaborateurs, je m’attendais à ce qu’il me cite en premier la fidélité, l’intelligence et la compétence. Il me répondit de sa voix grave de basse : “Je ne supporte pas un défaut : le laxisme. On peut recruter le plus fidèle, le plus intelligent et le plus gentil. S’il est laxiste on ne peut pas compter sur lui, on ne peut rien construire avec lui. Je mets l’engagement et la détermination au-dessus de tout sans négliger, bien entendu, les autres qualités.” On croirait qu’il fait le portrait des hommes du 1er novembre 54.  Mais aussi du sien. Il y a quelque temps, on s’est retrouvé à l’inhumation du père de Kader Berdja. Il semblait en pleine forme. On parlait de l’avenir de l’Algérie. Il nous répondit : “Il faut croire en son avenir. Toujours croire. Elle est éternelle. Si vous ne croyez pas en elle vous ses fils, qui croira ?” Je n’avais pas compris que c’était son testament. Le testament d’un homme bien qui nous donnait l’espoir de croire en cette Algérie qu’il entrevoyait et qu’on avait du mal à percevoir.

H. G.
hagrine@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...