RSS

Trig ramdane par El-Guellil

8 septembre 2010

Contributions

Il n’y a pas que fi ramdane. Quotidiennement, nous croisons dans la  jungle de la ville une faune de tous les âges et de tous les sexes. Nous autres piétons ou chauffeurs modèles, la peur au ventre, nous circulons, regardant à droite, regardant à gauche, avec le risque de recevoir en plein buffet un véhicule de plein fouet qui nous guette à chaque coin de bêtise. Car entre les différents chauffeurs, c’est la guérilla, et les routes se transforment en maquis.



Il y a d’abord l’ancêtre, le chauffeur à la cécité avancée et aux réflexes style doucement le matin et pas trop vite le soir. S’il arrive que vous rouliez derrière son carrosse, votre moteur doit fonctionner au mode patience, prudence et anticipation. Quand il clignote à droite, ce n’est pas rare qu’il tourne à gauche. Pour celui-là, à la limite, on lui conseillerait d’envisager de se retirer de la circulation…

Vient ensuite la chabiba: ce jeunot, dans une carrosserie aux vitres teintées et au moteur gonflé, qui passe d’un feu rouge à l’autre, usant du disque de freins et laissant au démarrage de la gomme de pneu sur l’asphalte. Pour, en définitive, progresser à la même allure que les autres. Véritable objet roulant non identifié, il se faufile d’une voie à l’autre en frôlant les autres voitures. Plus il passe près, plus c’est marrant. Mais quand il rate son coup, c’est papi qui arrangera les choses. Il est pourri d’insouciance, car c’est la frime qui compte le plus. Amala ya chabab qui bousillez vos vies autour d’arbres, muselez vos hormones débordantes…

Lokhrine, les grands souaggas, taxiettes. Du haut de leur arrogance au volant, ils se comportent comme les uniques propriétaires de la voie publique. Tu dois composer avec leurs stops approximatifs, leurs déboîtements soudains, leurs arrêts brusques dès qu’ils aperçoivent un bras qui hèle, et éviter les coups de klaxon si vous voulez éviter leurs coups de gueule. Devant les conducteurs de Karsan, les taxi-heurts paraissent des enfants de choeur. Les karsanneurs se comportent comme des soûlographes. Ce sont les plus détestables, les plus condamnables et les plus meurtriers… Ils sont les responsables, si légèrement punis, de centaines de morts chaque année…

Entre les fous du volant et les fous au volant, je préfère rester piéton.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...