RSS

Point de vue Par Ahmed Meskine Culture pour tous

29 août 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Comment peut-on mener une politique, une stratégie de promotion des produits culturels si l’on ne dispose pas d’un inventaire complet, exhaustif et aussi descriptif que possible de ces produits? En dehors des grands débats sur cette question où se mêlent maintenant toutes les disciplines à commencer

par l’anthropologie et jusqu’à la dernière  née, l’informatique, il suffit juste de prendre le temps, d’organiser et surtout de former pour parvenir à lister le patrimoine qui a fait les valeurs de notre société, mais qui reste inconnu du grand public. Quels sont à titre d’exemple tous les produits de la poterie et quelles sont leurs particularités régionales, les signes distinctifs, la valeur d’usage et les matières utilisées, l’expression picturale, la période d’apparition et de disparition, ainsi que tous les éléments qui nous permettent une entrée honorable dans cette mondialisation dont nous avons  si peur. Quels sont les autres produits et comment leurs pratiques ont fait leurs apparitions dans une société qui s’est cloisonnée dans une partie du temps, et dont les générations actuelles n’ont retenu que la culture fast-food ayant pourtant besoin de repères pour éviter cette fameuse invasion culturelle si décriée. Juste pour nous déterminer en tant que nation ayant contribué à la formation de l’Universel. Si la culture est un tout, il est grand besoin d’en connaître les détails et renouer avec des métiers et des pratiques sociales allant de plus en plus à reculant.  La faute à qui? A l’Etat? Aux citoyens? Aux deux si l’on considère que le citoyen n’a que l’Etat qu’il mérite. Car comment passer sur la méconnaissance de sa société et des valeurs qui la fondent en allant chercher chez les autres de quoi se déterminer par solution de facilité, par manque d’imagination et d’exigence en se laissant prendre au piège du quotidien. Si la course vers les fortunes faussement acquises ne laisse aucune place à l’inquiétude d’en savoir plus sur son Histoire, il ne faut plus s’étonner de ce manque d’éducation, dont nous avons fait un comportement unique en son genre dans lequel nous nous complaisons. Pourtant, les richesses culturelles de ce pays ont de quoi être fier. Il suffit de les connaître avant de s’attaquer aux grandes manifestations culturelles à gros budgets où nous finissons par présenter tout au plus quelques folkloriques tableaux d’un pays qui place son argent là où il ne faut pas.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...