RSS

LE PRIX DE LA 5E PLUME D’OR CONSACRE MOHAMED SALAH SEDIK El Djahid de l’Algérie

28 août 2010

Non classé

LE PRIX DE LA 5E PLUME D’OR CONSACRE MOHAMED SALAH SEDIK El Djahid de l’Algérie logodzpr
O. HIND
  - Samedi 28 Août 2010 – Page : 21

P100828-07
M.S.Sedik recevant sa distinction des mains de Abdelaziz Belkhadem, représentant personnel du Présid
R.BOUDINA

Plus qu’une distinction, ce prix vient couronner un esprit, une légende, une vie toute entière consacrée à l’écriture et au dévouement pour son pays.

Après l’écrivain Tahar Ouettar, disparu récemment, distingué en 2005, suivi de Athman Saâdi, Zhour Ounissi et le docteur et romancier Amine Zaoui l’an dernier, le prix la Plume d’or est revenu cette année à l’écrivain et penseur Mohamed Salah Sedik.
Cette soirée dédiée à cet homme surnommé El Djahid d’Algérie, a été rehaussée par la présence du secrétaire général du FLN et représentant personnel du chef de l’Etat, Abdelaziz Belkhadem, de Amine Zaoui, sa femme l’écrivaine Rabia Djalti, l’ex-ministre de l’Information

Lamine Bechichi et des membres de partis politiques et des intellectuels algériens. Aussi, en prélude à cette soirée dédiée à Tahar Ouettar et au colonel Bentobal notamment, qui nous ont quittés depuis peu, c’est par une lecture du Coran que la cérémonie a été inaugurée devant une assistance nombreuse.
Dans un cadre solennel, le président de l’APC de Sidi M’hamed, Mokhtar Bourouina, fera l’éloge dans son allocation d’ouverture, au talentueux Mohamed Salah Sedik engagé dans la lutte pour le verbe et la pensée, amoureux de son pays et attaché qu’il est à sa religion et sa nation. Il rappellera son long et riche parcours doublé de militant invétéré pour l’indépendance de l’Algérie.
«Il est fier de son algérianité et son amazighité, à la foi inébranlable en Dieu tout en étant jaloux pour les constantes de sa nation…» Interrogé suite à cette distinction, Mohamed Salah Sedik nous confie. «Cette reconnaissance, je la considère comme un facteur d’encouragement. Cela veut dire que celui qui est honoré devra doubler d’effort et poursuivre son chemin et moi, en plus du long chemin que j’ai parcouru dans ma vie, cette distinction m’insuffle de l’énergie pour continuer à travailler davantage avec plus d’envie possible afin de poursuivre ma voie dans l’écriture, dans tous les domaines littéraire et scientifique, Inchallah.»
A propos des jeunes, M.Sedik leur conseille trois choses à savoir: «La foi juste, une forte détermination et l’amour de son pays.» «Ils ne doivent compter sur personne. Et travailler sans relâche!» Et l’ex-directeur de la Bibliothèque nationale, Amine Zaoui, de nous faire remarquer: «Tout d’abord toutes mes félicitations pour notre Cheikh Mohamed Salah Sedik pour cette décoration la Plume d’or. Je pense que Mohamed Salah Sedik est une bibliothèque. Il a plus de 110 oeuvres. Il a travaillé sur les intellectuels, mais aussi sur l’histoire de l’Algérie et sa culture. Je pense qu’il a été, en quelque sorte, marginalisé malgré ses activités continues dans la presse algérienne, mais il n’était pas très visible sur le plan intellectuel et médiatique. Je pense que Mohamed Salah Sedik mérite cette distinction. C’est le meilleur cheikh par sa plume en langue arabe. C’est une plume littéraire très pointue. Par ce prix, ce soir nous célébrons la première génération des ouléma en Algérie. Félicitations pour lui, en même temps, je remercie l’APC de Sid M’hamed d’avoir pensé à Mohamed Salah Sedik.»
Sedik Mohamed Salah est né le 19 décembre 1925 à Azazga. Son père était imam. A l’âge de 14 ans il se met à la poésie. De son vrai nom Aït Sedik Mohamed Salah, c’est son professeur Ahmed Ledjridi qui lui suggéra, lors d’un cours de rhétorique, de prendre cette appellation en 1947, alors qu’il étudiait à la Zitouna de Tunis. En effet, après des études à la zaouïa d’El Illouli, il rejoint la prestigieuse université de la Zitouna à Tunis, d’où il en sort diplômé. Sedik y passera cinq ans tout en s’initiant à la presse, en signant régulièrement une chronique intitulée Saout etaleb Ezitouni et en participant activement dans la revue L’Inspiration de la jeunesse.
A 25 ans, un écrivain est né. Il est déjà l’auteur d’un ouvrage de quatre tomes, Les Ecrivains accomplis. Sedik retourne en 1951 en Kabylie où il enseigne à la zaouïa fréquentée par 350 élèves. Il ouvrira une bibliothèque et y donnera des conférences. Au déclenchement de la Révolution, il est sollicité par les chefs de l’insurrection et sera chargé de certaines missions qu’il accomplira clandestinement, tout en continuant à exercer à la zaouïa. Démasqué, il est sous surveillance. Il ira en France en 1956 puis ralliera la Tunisie, puis la Libye où il est commissaire politique. Sedik a été rédacteur à La Résistance, journal du Front animé par Cheriet, Bechichi, El Mili, Malek, Fanon. Il est rédacteur dans la revue de l’Algérie combattante, résistance algérienne.
A l’Indépendance, après un court intermède aux Affaires étrangères, il sera enseignant dans différents lycées d’Alger dont Abane-Ramdane d’El Harrach, au lycée Ibn Khaldoun et au lycée des Frères Hamia à Kouba. Son destin croisera, en 1980, celui de son ami Abderahmane Chibane, promu ministre des Affaires religieuses, qui le nommera chargé du patrimoine et de la restauration des vestiges. En 1997, Sedik se retire du ministère pour se consacrer à l’écriture. Auteur prolifique, Sedik a, à son actif, 104 livres. Emouvante la remise du tableau l’honorant suivie de celle du bournous; c’est sous des youyous nourris que cet homme a été décoré. Plus qu’une distinction, ce prix vient couronner un esprit, une légende, une vie toute entière consacrée à l’écriture et au dévouement pour son pays.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “LE PRIX DE LA 5E PLUME D’OR CONSACRE MOHAMED SALAH SEDIK El Djahid de l’Algérie”

  1. Anonyme Dit :

    Plus qu’une distinction, ce prix vient couronner un esprit, une légende, une vie toute entière consacrée à l’écriture et au dévouement pour son pays. Emouvante la remise du tableau l’honorant suivie de celle du bournous; c’est sous des youyous nourris que cet homme a été décoré. Plus qu’une distinction, ce prix vient couronner un esprit, une légende, une vie toute entière consacrée à l’écriture et au dévouement pour son pays.

  2. karim damrani Dit :

    salut moi je suis karim j’habite a el jadida j’ai 16 ans je suis etude a ibn khaldone au 5eme annés j’aime le maths est francais est anglais est siense est j’aime ibn khaldone beacaup est les métre de ibn khaldon

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...