RSS

Les Arabes unis, pour faire quoi ? par Ahmed Saifi Benziane

26 août 2010

Contributions

Le deuxième Sommet arabe de l’économie se tiendra en janvier prochain en Egypte, comme prévu à la clôture du premier sommet à Koweït en 2009.



Sur fonds de divergences concernant la question Palestinienne essentiellement et de déchirements politiques hypocritement cachés entre certains de ses membres, la Ligue Arabe , dont le fonctionnement est de plus en plus contesté, parait jouer les apaisements d’apparence pour sauver les meubles en conservant à Egypte l’image de la grande sœur, qui peut parler au nom de tous. Qui peut parler aux Israéliens en promettant l’amorce de dialogues de sourds avec les Palestiniens et aux Palestiniens officiels ou non, pour les convaincre d’aller aux abattoirs avec le sourire, un rameau d’olivier brandi en signe de capitulation.

Elle peut parler aux européens pour promettre la réussite de cette Union Méditerranéenne chère à Sarkozy en contrepartie de flux touristiques qui rapportent de quoi tenir le pouvoir sous perfusion et barrer la route à toute liberté localement revendiquée. Elle peut parler aux américains pour promettre que les aides à Ghaza ne comportent pas d’armes menaçantes pour Israël, en contrepartie d’une mendicité gracieusement appelée aide. L’Egypte sait placer ses intérêts devant elle et les arabes dans un rétroviseur embué, pour mieux les conduire entre deux feuilletons où les Palestiniens s’évaporent dans chaque scénario. L’idée d’un ensemble économique arabe à l’instar de ce que les européens ont réussi avec l’UE soulève quelques préalables.

D’abord comment est vécue l’arabité aujourd’hui en dehors des liens religieux et de l’Histoire commune où l’Islam a constitué un ciment pour lever des armées, frapper monnaie et encourager les sciences d’où qu’elles venaient ? Où l’Islam signifiait progrès et prospérité, le temps d’une civilisation parmi tant d’autres.

Ensuite il parait difficile de construire une Union avec le seul sentiment de l’arabité ou même de l’islamité de nos jours. Il s’agit là de thèses défendues par les courants nationalistes à un moment où l’Histoire récente offrait encore de quoi mobiliser les masses, les intellectuels et les mouvements politiques. Du temps où la confiance régnait entre gouvernants et gouvernés. Du temps où ce que l’on a appelé par la suite l’ « Islam politique » n’avait pas encore intégré, puis dominé les sphères des pouvoirs. Mais en économie il est question d’intérêts pas d’affection. L’affection facilite les intérêts sans forcément les construire. En plus, à l’ère du tout libéral les faibles ne sont pas épargnés. Leur PIB et leurs monnaies ne suffisent pas à en faire des nations développées. Alors quel est le sens d’un Sommet Arabe de l’économie lorsque les pays arabes dépendent pour la majorité de leurs besoins des autres ensembles régionaux ? L’Amérique allié naturel et inconditionnel d’Israël y figure en première place, puis l’Europe, autre allié naturel et inconditionnel de l’ennemi par excellence des pays arabes. Ennemi du moins en apparence. Rappelons-nous que la moitié du temps du sommet de Koweït a été consacrée à la réconciliation entre les « frères » gouvernants et l’autre moitié à la rédaction de recommandations hâtives effleurant à peine la situation des ghazaouis. La suite n’est qu’une succession d’accolades et de tapes sur le dos pour vérifier si l’âge n’a pas encore ébranlé la santé de l’autre. Entre vieillards ce jeu provoque parfois des accidents mortels. Sur le terrain des réalités chacun a réussi à s’intégrer au marché mondial, en y vendant et surtout en y achetant de quoi riposter par les armes en cas de menaces fratricides d’abord. Israël a le mérite d’être un ennemi clairement identifié.

Mais c’est un ennemi des peuples, ce qui le met à l’abri de toute menace sérieuse, bien que présentant tous les signes d’une disparition dans les oubliettes de l’Histoire. Il suffit juste de l’y pousser en créant une véritable union économique intégrant l’ensemble des ressources disponibles dans les pays arabes. Le plus difficile c’est d’y arriver après avoir restitué la liberté toute la liberté aux peuples. Et c’est précisément là que les choses vont mal. Les questions économiques ne peuvent être débattues en dehors des Droits de l’Homme, des libertés fondamentales et de la redéfinition des pouvoirs en termes d’alternance. Pour le moment les gouvernants arabes usent de toutes les astuces bédouines pour mourir sur leurs trônes en généralisant la corruption en comptant sur les oligarchies militaires et leurs clients/fournisseurs qui n’ont aucun intérêt à les voir s’unir pour un grand projet économique. Il y va de leur survie et de celle du seul mode de gouvernance qu’ils ont été capables de créer. Ils confondent pouvoir et autorité et finissent par n’en assumer aucun des deux. Le pouvoir est évaluable par le nombre de décisions qui servent l’intérêt général et non celui de quelques familles ou tribus. L’autorité est une reconnaissance sociale du bien-être commun et individuel sans avoir besoin d’appareils répressifs. On parle bien d’autorité morale ou scientifique de personnes qui ont fait leurs preuves dans un domaine de la vie. Que reste-t-il alors à faire pour parvenir à une Union arabe de l’économie ? Pour le moment il faut juste attendre que les actuels gouvernants disparaissent puisqu’ils ont été incapables d’y parvenir. Ensuite tout se clarifiera ou alors il ne faudra plus y penser et regarder chacun vers la direction qui le mène à ses buts comprenant enfin qu’une Union n’a rien de racial ni de religieux. D’ailleurs à chaque fois que les arabes s’unissent, la Palestine s’éloigne de la carte.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...