RSS

KIOSQUE ARABE La lanterne rouge du 5-Juillet

23 août 2010

Contributions

Pauvre stade du 5-Juillet ! Une défaite dans un match amical contre les Gabonais, et voilà le fleuron de nos installations sportives mis en quarantaine. La pelouse tant de fois décriée, torturée, est à nouveau reléguée,

comme peut l’être la malheureuse lanterne rouge de notre dérisoire championnat. Il y a quelques semaines encore, on lançait, avec l’emphase nouvelle, des «oukssimou» (je jure) solennels sur l’irréversibilité de l’option «5-Juillet».
Deux petits buts gabonais plus tard, et toujours par serment étiré, on nous promet que ce sera mieux au stade Tchaker de Blida. Saâdane n’aime pas sortir sous les huées du public en colère ? C’est son droit, vite débarrassons Saâdane des spectateurs chahuteurs ! On ne gagne pas au 5- Juillet ? Alors, retournons à ce terrain de Blida, moins guignard et plus convivial, espère-t-on. Du coup, il faudra peut-être songer à rappeler Saïfi, pour distribuer quelques soufflets aux journalistes trop critiques. À défaut d’un stade plus conforme, on retourne au terrain mascotte, là où la poussée du public peut faire marquer des buts. On va nous promettre encore que le canon va tonner, face à la Tanzanie, au stade Tchaker, même sans canonnier. Et si vous vous hasardez à demander sur quels critères s’est opéré ce choix du stade Tchaker, on vous dira qu’il n’y a aucune superstition là-dedans. On a opté pour ce stade sur la base d’une étude technique rigoureuse, c’est ainsi que s’expriment les entraîneurs qui n’ont plus rien à dire. Après avoir changé de stade, il faudra sans doute songer à revoir la composition de l’équipe nationale, faire appel à du sang neuf, et moins chaud surtout. Il semblerait, en effet, que certains de nos joueurs soient sujets à des hausses d’adrénaline fréquentes, hors des terrains. Accueillis comme des héros, congratulés, adulés, il y a encore quelques semaines, nos joueurs sont à nouveau sous les feux de la critique. Quelques jours avant la Coupe du monde, un quotidien national leur avait reproché d’avoir chanté et dansé lors d’une réception en leur honneur en Allemagne. Cette fois-ci, les accusations sont plus précises et visent certains joueurs en particulier, comme le gardien de but M’bolhi, elles n’épargnent pas non plus d’autres coéquipiers comme Ziani. Mine de rien, le quotidien Al- Naharentonne les trompettes de la vertu outragée et publie des photos de joueurs en galante compagnie. Le titre de la «Une»(1) du journal est dans l’air du temps : «Guerre pharaonique contre les stars de l’équipe nationale». Une grande photo de joueurs algériens, prise lors d’une soirée dansante, illustre le propos. Al-Nahar dénonce la démarche égyptienne qui consiste à espionner les joueurs dans leur vie privée et dans leurs déplacements, photos d’origine inconnue à l’appui. Sous prétexte de mettre en garde contre l’exploitation de ces documents par les «ennemis du pays»(2), le quotidien en rajoute. Il affirme détenir des photos encore plus «compromettantes», mais qu’il ne les publie pas, pour ne pas saper le moral des joueurs à la veille de la rencontre avec la Tanzanie. M’bolhi, le gardien prodige de mère algérienne et de père congolais, est principalement visé par cette campagne, où il est montré, du moins dans l’édition électronique, en tendre tête-à-tête avec une jolie créature. Ces photographies semblent renvoyer encore à la fameuse réception en Allemagne, lors du match de préparation contre l’équipe des Émirats. À ce moment-là, certains médias avaient reproché au staff technique la sélection de M’ Bolhi, au prétexte qu’il aurait été élevé dans le judaïsme. Jusqu’où peut aller l’ignominie. On voit aussi une photo (montage?) d’un joueur affalé sur le sol, avec deux bouteilles, au contenu certain, près de sa tête. Ce qui suggère que certains joueurs passent allègrement des femmes à l’alcool et vice-versa. La cause étant entendue, le journal fait place aux témoignages de personnalités du football qui donnent leurs avis. C’est ainsi que Ménad et Ifticène, deux entraîneurs qui ne sont jamais allés à la pêche, condamnent sans équivoque, tels des parangons de vertu. Je me suis arrêté sur les propos de Ménad, qui se pose ici en ombrageux défenseur de la morale et des traditions islamiques. L’ancien international met en cause le staff technique et enchaîne : «Que devons-nous attendre de joueurs qui ont été élevés dans une patrie qui n’est pas la leur, et qui ont appris des coutumes occidentales qui ne ressemblent pas aux nôtres et qui sont étrangères à notre religion musulmane.» Le message est clair, même s’il s’empresse d’ajouter qu’il doit y avoir des éléments vertueux dans cette équipe qui «aiment ce qu’aiment les Algériens et rejettent ce qu’ils rejettent». Comme les femmes et l’alcool, par exemple, M. Ménad ? Toutefois, Kermali a trouvé ces photos tout à fait ordinaires. Il estime qu’il n’y a «aucun mal à ce que de jeunes joueurs prennent un moment pour se détendre». «Je considère que c’est là une question personnelle, même si ça se répercute de façon négative sur l’image du joueur, auprès d’une opinion, en majorité, conservatrice.» Quant à Belloumi, il abonde dans le même sens en affirmant qu’il ne faut pas donner au problème plus d’importance qu’il n’en a. «D’autant plus, dit-il, que ça concerne certains joueurs qui sont nés et ont grandi en France, dans ce milieu culturel européen ouvert où de tels comportements sont ordinaires. » «Les veillées nocturnes et les soirées dansantes sont une routine, au niveau des championnats européens, surtout après une victoire.» «Le comportement de ces joueurs relève en l’occurrence de leur liberté personnelle, ajoute Belloumi, et il n’appartient à personne de les juger.» Brave Belloumi ! Et dire que je l’avais mal jugé, en prenant au pied de la lettre certaines de ses déclarations d’avant «Omra». Voilà une star du football qui applique à la lettre la réplique de Jésus-Aïssa à ceux qui voulaient lapider Marie-Madeleine : «Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. » Et les lapidateurs, ce n’est pas ce qui manque dans nos jardins, et surtout dans l’entourage de l’équipe nationale. Ils seront là pour exiger que nos joueurs soient des surhommes, marquant des buts et n’observant jamais le «repos du guerrier». Pauvre Saâdane, qui va être encore sur la sellette pour avoir confondu, aux yeux de nos moralistes sourcilleux, défense et défonce. Si jamais il n’obtient pas un résultat dans dix jours, au stade Tchaker, il faudra qu’il se cherche un autre terrain, plus hospitalier. Cela fait, il lui restera à solliciter la providence divine pour qu’elle lui permette de sélectionner quelques anges sachant marquer des buts et surtout un ange gardien de buts, au cas où M’Bolhi… Voilà que je commence à m’apitoyer sur le sort de Saâdane, maintenant !
A. H.
1) Al-Nahar-al-Djadid, édition du 18 août 2010
2) C’est quand même extraordinaire que par la vertu d’un coup franc et d’un but, à Oum-Dorman, les relations entre l’Algérie et l’Égypte aient basculé dans le tragicomique, voire dans le surréalisme.
Dernière en date de cette guerre sans nom, l’interdiction faite aux éditeurs égyptiens de participer au Salon international du livre d’Alger. En retour, les Égyptiens vont faire de même, jusqu’à épuisement des munitions, et autres prétextes. Othmane Saâdi va encore crier au «complot francophone », alors que les journaux de son camp font de l’égyptophobie débridée.

Par Ahmed Halli halliahmed@hotmail.com

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/08/23/article.php?sid=104917&cid=8

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...