RSS

5.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane

18 août 2010

1.Extraits

5.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Mardi 23 Mars 2010

Des gens et des faits 6294 dans 1.Extraits

Portrait de famille

La nouvelle de Yasmine Hanane


Par :Yasmine Hanane

Résumé : Mohamed a décidé de quitter son village pour se rendre dans la grande ville. Il se confie à sa mère. Cette dernière, qui n’avait plus personne sur qui compter, veut l’accompagner. Elle est vieille et à moitié aveugle.

5eme partie

La vieille dame insiste : – Eh bien mon fils, je serai avec toi.
- Mais tes jambes te supportent à peine mère et tu n’as plus ni ta santé ni ta vue pour me suivre.
- Je marcherai autant que je le pourrai, et le jour où je ne pourrai plus ni voir ni marcher, tu m’abandonneras aux loups.
Mohamed secoue sa tête.
- Tu es têtue mère. Tu ne connais pas encore les dangers de la route.
- Et toi, tu les connais ? Si ma mémoire est bonne, je crois que tu aies quitté ce village du vivant de ton père qu’à peine une dizaine de fois pour te rendre dans les souk des villages environnants ou dans la forêt, pour chasser le gibier. Mais la grande ville…
- Je sais mère. Mais, qui ne tente rien n’a rien. Je verrai tout d’abord comment les choses vont se présenter, et ensuite, je reviendrai te chercher.
La vieille dame se lève et agite sa canne.
- Mohamed, mon fils, que la bénédiction de Dieu te suive, que tes pas soient protégés et que ta vie soit un fleuve tranquille. Ne m’abandonne pas. Je ne te laisserais pas partir sans moi…
Connaissant sa mère et sa persévérance, Mohamed n’avait d’autres choix que celui de s’incliner. Il était décidé à partir. Et il partira dès ce soir.

1890 – LE PÉRIPLE
Prenant son burnous et le fusil légué par son grand-père, ainsi que quelques victuailles qu’il noua dans un balluchon, il se dirige vers le grand portail de la maison. Sa mère l’attendait déjà en tâtant les murs.
Et ce fut le grand départ.
Mohamed marchait devant et sa mère le suivait. Mais il comprit vite qu’à ce rythme, il n’ira pas loin. Alors, il la prend sur son dos et se met à marcher d’un pas sûr et rapide. Ils s’arrêtèrent à la tombée de la nuit, mangèrent quelques olives sèches et de la galette, puis s’endormirent sous un arbre centenaire. Mohamed, son fusil serré contre lui, veillait au grain. Il guettait le moindre bruit. Quelques animaux vinrent rôder autour de lui, mais il sut les garder à distance. Il connaissait si bien la forêt et ses secrets qu’il ne craignait plus rien.
Au petit matin, il reprit la route, sa mère toujours sur son dos. Il marchait vite, et ils eurent tôt fait d’arriver au premier village.
La vieille femme avait mal aux articulations. La nuit dans la forêt n’était pas pour arranger ses douleurs rhumatismales. Mohamed savait que malgré son silence, sa mère souffrait le martyre. Il regrettait déjà d’avoir cédé à un moment de faiblesse et de l’avoir prise avec lui.
Tant pis. Au point où il en est, il ferait mieux de continuer.
Une première halte dans le village leur fera du bien à tous les deux. Mohamed se dirigera tout bonnement vers la grande placette où se réunissaient les notables et les sages. À sa vue, il se levèrent et lui souhaitèrent la bienvenue. La générosité légendaire des paysans, n’étant plus à démontrer, ils lui proposèrent le gîte et le couvert et prirent en charge sa vieille mère qu’ils laissèrent aux soins de quelques femmes avant de revenir vers Mohamed. Bien sûr, ce dernier paraissait jeune, mais avait un air intelligent qui ne trompait pas. Ainsi donc, et après un bon dîner autour du feu, un des sages lui demande d’où il venait et pourquoi transportait-il sa mère tel un fardeau sur son dos.
Mohamed ne se fait pas prier pour leur raconter son histoire. Il s’abstint cependant d’avouer qu’il avait de l’argent et de l’or sur lui. Sait-on jamais ? Les habitués de la “djemaâ” le prirent en sympathie. Chacun, à sa manière, tenta de le réconforter, et certains iront même jusqu’à lui proposer de travailler pour eux.
Mais c’était ça que ce jeune homme justement ne voulait pas : travailler pour autrui, alors qu’il devrait plutôt être maître chez lui.   

(À suivre)
Y. H.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...