RSS

Le pain béni du terrorisme Par : Saïd Chekri

14 août 2010

Contributions

Le pain béni du terrorisme  Par : Saïd Chekri dans Contributions logo_imp
Edition du Mercredi 12 Mai 2010

Editorial

Le pain béni du terrorisme

 


Par : Saïd Chekri

Il en va du terrorisme comme du trafic de drogue et cela se vérifie autant au Pakistan qu’en Afghanistan, en Colombie ou ailleurs : c’est dans les pays dont les économies sont les plus rongées par la corruption que les deux phénomènes prospèrent le mieux.

L’Algérie l’a appris à ses dépens : on ne manipule pas impunément l’islamisme, car il finit toujours par nous exploser à la figure, et quand on s’y empêtre, on n’en sort jamais sans dégâts. Et pendant qu’on s’essaie, plutôt maladroitement, à “tourner la page” et que l’islamisme se redéploie en douceur mais en profondeur dans la société, l’islamisme armé, lui, a déjà développé de nouveaux procédés de recrutement et d’action. Des procédés qui lui sont devenus accessibles grâce au soutien logistique que lui offre Al-Qaïda depuis quelques années déjà, mais devenus possibles, aussi, par la grâce de facteurs strictement internes au pays, dont la corruption galopante.
Il en va du terrorisme comme du trafic de drogue et cela se vérifie autant au Pakistan qu’en Afghanistan, en Colombie ou ailleurs : c’est dans les pays dont les économies sont les plus rongées par la corruption que les deux phénomènes prospèrent le mieux.
Cela se vérifie de même en Algérie, avec cette affaire de détournement de matériel militaire ultramoderne au profit “détonnant” des terroristes qui voudraient en faire usage dans leurs opérations macabres mais aussi au profit “sonnant et trébuchant” d’agents civils ou militaires et d’importateurs véreux.
La corruption, ce n’est pas seulement un fléau qui menace l’économie d’un pays et qui condamne celui-ci au sous-développement perpétuel et ses populations à la pauvreté éternelle. C’est le pain béni du terrorisme par excellence et, au-delà d’un certain seuil, c’est un péril, aussi vrai qu’imminent, pour la sécurité nationale. L’histoire très récente regorge d’exemples de pays anéantis et d’États tombés en ruine pour n’avoir pas su ou voulu combattre la corruption qui gangrénait leurs entreprises et institutions.
La lutte contre la corruption en prend, par conséquent, des allures d’œuvre de survie nationale. Pour autant, elle peine visiblement à se mettre en branle. L’Algérie devra-t-elle attendre d’en faire l’expérience jusqu’au bout ? Quitte à apprendre, toujours à ses dépens, comme elle le fit face à l’islamisme, que la corruption se combat et qu’elle ne s’apprivoise jamais ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...