RSS

33.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane

14 août 2010

1.Extraits

33.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Dimanche 02 Mai 2010

Des gens et des faits 8549 dans 1.Extraits

Portrait de famille

La nouvelle de Yasmine Hanane


Par :Yasmine Hanane

Résumé : Dès le lendemain, les deux jeunes gens décidèrent de s’adresser à un charpentier pour l’acquisition d’une carriole. Il sillonnèrent la ville afin que Mohamed découvre des lieux qu’il ne connaît pas encore.

33eme partie

Ils zigzaguèrent un moment à travers les vieux quartiers, puis finirent par s’attabler autour d’un café. La journée était froide, mais radieuse. Un beau soleil planait sur la ville et les rues commerçantes grouillaient de monde.
Mohamed prend la main de son compagnon, et ce dernier lui montre certaines devantures de magasins et des étalages de marchés. Mohamed hochait à chaque fois la tête d’un air entendu, et tentait de repérer les lieux. Après tout il va devenir à son tour un citadin, et connaître la ville et ses secrets devient son cheval de bataille.
- Tu vois ce tournant au bout du chemin Mohamed ?
- Oui.
- Là-bas nous trouverons un charpentier.
- Bien, allons-y alors.
Ils s’apprêtèrent à se diriger vers l’endroit indiqué quand des cris fusèrent. Mohamed se retourne et remarque que trois jeunes gens agressaient un homme, tandis que le quatrième tirait sur son gilet et fouinait dans ses poches.
Son sang ne fait qu’un tour. Il lâche la main d’Ali et s’attaque aux jeunes voyous qu’il maîtrise en un rien de temps. Il donne une sacrée raclée aux premiers, tandis que les deux derniers lâchaient prise et prenaient leurs jambes à leur cou.
Il revint ensuite vers la victime, qui n’avait pas encore reprit tous ses esprits. Mohamed aide l’homme à se relever et à remettre un peu d’ordre dans ces vêtements.
- Mais… mais je te connais.
Mohamed relève la tête et fixe le bonhomme dans les yeux.
- Ah ! C’est donc toi?
- Oui.
- Tu es bien ce commerçant que j’ai rencontré hier dans un café ?
- Oui, mon fils. Et je te dois une fière chandelle. Je suis sain et sauf grâce à ta bravoure mon gars. Regarde donc un peu autour de toi. Aucun homme n’a osé venir à mon secours.
- Ce n’est rien. Aller rentre chez toi pour te changer.
- Non, pas avant de t’avoir offert un bon café.
- Mais je…
- Il n’y a aucun mais qui tienne… J’insiste pour te payer un café mon fils, tu le mérites bien.
- Il y a Ali avec moi…
- Ali ?
- Oui. (Il se retourne vers le jeune garçon.) Ali mon jeune compagnon.
Le bonhomme sourit.
- Ah ce n’est que ça. Je vous invite tous les deux alors.

LE TRAVAIL
Mohamed et Ali suivirent l’homme pour déguster un second café. Le commerçant revenu de ses émotions du matin aborde des sujets plus intéressants.
- Alors jeune homme, qu’as-tu donc fait depuis ton arrivée dans cette grande ville ?
Mohamed sourit. À vrai dire, il avait l’impression d’avoir vécu bien plus longtemps dans la ville que ces trois  derniers jours.
- Oh ! pas grand-chose. À vrai dire, je n’ai pas encore cherché de travail.
- Hum, par les temps qui courent et la misère ambiante, il n’est pas facile de dénicher un travail à plein temps.
- Je n’ai pas encore levé le petit doigt pour ça, vénérable bonhomme.
- Si El Bachir. Appelle-moi Si El Bachir comme tout le monde.
- Moi, c’est Mohamed.
- Bien Mohamed, passons aux choses sérieuses. Comme le hasard a encore décidé d’une seconde rencontre fortuite entre nous, je te repropose encore une fois de travailler avec moi.
- Pour faire quoi au juste ?
- Eh bien vendre et acheter des marchandises. Négocier des marchés, investir dans les affaires commerciales, etc.
- J’aimerais bien me lancer dans le commerce Si l’Bachir, mais je n’ai aucune expérience dans ce domaine.
- Bah ! ce n’est rien. Tu seras mon bras droit. Tu veilleras sur mes biens et tu sauras toujours t’en sortir, je le sens. Tu es quelqu’un de sage et de bien éduqué. Les gens et les commerçants, en particulier, préfèrent avoir auprès d’eux des jeunes gens de ta trempe.
- Et comment cela se passera-t-il ?
- Tu veux dire comment je vais te payer et sur quelle base ?

Y. H.
(À suivre)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...