RSS

9.Liens de sang, liens de cœur La nouvelle de Adila Katia

13 août 2010

1.Extraits

9.Liens de sang, liens de cœur La nouvelle de Adila Katia dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Lundi 05 Juillet 2010

Des gens et des faits 12341 dans 1.Extraits

Liens de sang, liens de cœur

La nouvelle de Adila Katia


Par : Adila Katia

Résumé : La vieille du quartier avait découvert certains faits, et pour avoir la conscience tranquille, elle était venue la mettre au courant. Farès avait une fille dans le quartier voisin, fruit d’une aventure ou d’un mariage qu’il lui aurait caché…

9eme partie

-J e ne te suis pas Yamina. Oùveux-tu en venir ?
Farès ne comprend pas pourquoi elle est dans tous ses états et surtout ce qu’elle a bien pu trouver à lui reprocher. Depuis toujours, ils se confient l’un à l’autre. Il avait beau réfléchir, il n’avait pas de réponse à sa question. Pourquoi lui a-t-elle parlé de trahison ? Où voulait-elle en venir ?
- Cesse de tourner en rond, la prie-t-il. Tu me donnes le vertige ! On ne peut pas discuter de cette façon Yamina. Assieds-toi et vide ton cœur une bonne fois pour toutes !
- Le vider ? Tu me donnes envie de vomir, lâche sa femme. Pendant des années tu m’as dupée. Quels sentiments voudrais-tu que je puisse avoir maintenant que je sais tout.
- Que tu sais quoi ?
- Que tu étais avec quelqu’un avant… avant qu’on ne se marie. Avec qui tu as eu une fille, dit-elle à travers des sanglots. Comment croyais-tu que j’allais réagir quand je l’apprendrai ?
- Yamina, tu es folle ? Jamais je n’ai eu de relation avant toi. Tu es l’unique femme de ma vie. Pourquoi en doutes-tu aujourd’hui ? Cela fait presque trente ans depuis qu’on est mariés. De quelle fille me parles-tu ?
- Mais de la tienne ! rétorque-t-elle. Celle que tu as eue avec ta première femme ! Tu les as mis aux oubliettes ces souvenirs ? Comment as-tu pu vivre avec ça ! C’est moche. Tu sais. Tu me dégoûtes.
- Je te jure Yamina que ce sont des mensonges ! lui crie-t-il. As-tu une seule preuve de ce que tu m’accuses ?
- On dit que ta fille vit dans le quartier voisin. C’est bizarre que tu l’aies aussi oubliée ! Elle a l’âge de Magda. Tu es sûr de ne pas avoir eu d’aventure au début des années soixante-dix ? Tu en es sûr Farès ?
- Je te répète que ce sont des mensonges. Si tu mets ma parole en doute, lui dit-il, je te propose d’aller la trouver. Ainsi, tu verras de tes yeux que tu te trompes.
- Je voudrais bien te croire, soupire Yamina en essuyant ses larmes, l’espoir revenant en elle en sachant qu’il voulait la voir pour éclaircir le problème. Tu veux vraiment que je contacte la vieille pour qu’elle nous mène à cette fille ?
- Oui, allons-nous coucher. Il est si tard.
La nuit a beau être très avancée, Yamina et Farès ne dorment pas. Ils ne le peuvent pas. Chacun rumine ses pensées de son côté. Farès se demande comment un pareil problème a pu lui tomber sur la tête. Jamais il n’avait trompé sa femme. Jamais il n’en avait connue avant de la connaître. Et voilà qu’une fille tombait dans sa vie, d’un coup. Si ce n’était pas la peur de voir son mariage partir à l’eau, il ne chercherait pas à prouver à sa femme qu’il n’en est rien, que ce sont réellement des mensonges. Yamina, elle, de son côté, s’attend au pire. Elle ne peut s’empêcher de dramatiser. Elle imagine sans peine Farès se rétracter. Qui sait si au petit matin, il ne partira pas en prétextant voir un travail urgent ou un rendez-vous. Uniquement pour qu’il ne soit pas confronté à la vérité. Pourtant, au petit matin, Farès se lève le premier et prépare le petit déjeuner. Ce dernier prêt, Farès va la réveiller. Il lui demande de se presser.
- Tu vas trouver la vieille. Qui sait ? Elle pourrait avoir affaire dehors.
- Je lui dis de nous accompagner ce matin ? demande Yamina.
Farès hoche la tête. Pourquoi reporter à plus tard ? Pour lui, il vaut mieux résoudre ce problème avant qu’il ne creuse un fossé entre lui et sa famille. C’était tout ce qu’il avait et il ne voulait pas prendre le risque de les perdre pour rien.

(À suivre)
A. K.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...