RSS

74.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane

13 août 2010

1.Extraits

74.Portrait de famille  La nouvelle de Yasmine Hanane dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Mercredi 23 Juin 2010
11657 dans 1.Extraits

Des gens et des faits

Portrait de famille 

La nouvelle de Yasmine Hanane


Par :Yasmine Hanane

Résumé : Après le décès de Malek, Yasmina s’installe dans l’ancienne maison de ses parents. Deux années plus tard, Mohamed manifesta le souhait de prendre la mer. Malgré ses réticences, Yasmina céda et son fils devint marin…

71eme partie

Ils prirent donc le même bateau, qui devait accoster à Marseille pour un déchargement de blé. L’apprenant, Yasmina leur remettra la clef de son appartement en leur recommandant de ne rien déplacer, car elle avait l’intention de s’y rendre elle-même un de ces jours et aimerait retrouver les lieux tel qu’elle les avait laissés.
Fier et curieux de pouvoir enfin retrouver le lieu de son enfance, Farid embrasse sa mère sur le front  et lui promet de ne pas toucher à quoi que ce soit.
- Un de ces matins, je te prendrai avec moi sur mon bateau. Et nous ferons la traversée ensemble.
- Inch’allah mon fils, lui répondit Yasmina sans trop de conviction.
Mohamed serre sa mère dans ses bras au moment de la quitter et versa même quelques larmes.
Cette maman exemplaire avait tant souffert et  tant lutté pour faire d’eux ces hommes cultivés et fiers qu’ils étaient devenus.
Mohamed goûta à la joie de naviguer sur un bateau de marchandises dont il était le capitaine. L’élève était devenu maître. En un laps de temps très court, il sut gagner l’estime et le respect de tout l’équipage. À l’instar de Farid, il était un homme bon et juste. Son grand cœur, sa bravoure et son sérieux finiront par le propulser à plus haute échelle. Quelques mois plus tard, il décroche le même grade que son frère, qui avait pourtant mis des années pour y arriver.
Dès leur arrivée à Marseille, une seule idée taraudait leur esprit : visiter l’appartement de leurs parents.
Farid s’était remémoré quelques souvenirs enfantins. Mohamed, qui n’avait encore jamais vu ni Marseille ni rien d’autre, est tout remué devant les souvenirs de son frère. Il repense aux récits de sa mère et à la justesse de ses descriptions. Les lieux, bien qu’empoussiérés et livrés aux toiles d’araignées, étaient restés tel qu’on les lui avait décrits.
Il ouvrit les portes des chambres, se rendit dans la petite cuisine, où traînaient encore un tablier de sa mère et même une tasse de café toute noircie. Son père avait dû se verser un café avant d’embarquer pour le retour au bled et avait laissé cette tasse à moitié vide sur le potager depuis plus d’une vingtaine d’années.
Farid demeure un long moment devant la grande bibliothèque qui contenait tant d’ouvrages. Il se rappelle que sa mère passait de longues heures à lire dans ce même salon et qu’elle l’avait elle-même encouragé à en faire autant. C’est peut-être dans ces mêmes livres d’histoire et de géographie  que son amour pour la mer et les voyages avait pris racine .
Il prend un ouvrage et se met à le feuilleter.
- Notre jeune frère sera heureux d’avoir cette bibliothèque à sa disposition, n’est-ce pas Mohamed ?
Mohamed sourit.
- Tel que je le connais, il ne sortira pas de ce salon, avant d’avoir tout lu. Cela lui aurait pris des mois, mais il ne se serait même pas rendu compte.
Farid se met à rire.
- Heureusement qu’il a hérité de cette passion. Si notre jeune frère décroche les meilleures notes de son école, c’est en grande partie grâce à ses nombreuses lectures.
- Oui, tu peux le dire. C’est un véritable rat de bibliothèque.
Il tournèrent encore un moment dans l’appartement, puis ressortirent pour prendre un peu d’air.
Ils flânèrent dans la ville phocéenne qui grandissait à vue d’œil depuis la fin de la guerre et Farid entraîne Mohamed dans un dédale de quartiers anciens qui n’en finissait pas.
- Tu vas humer cette odeur perceptible à l’entrée de ces escaliers en pierres taillées. Tu ne remarques donc rien Mohamed ?
Le jeune homme sourit.
- Cela me rappelle un peu notre quartier au bled.
- C’est ça. Sauf qu’ici, ce quartier est plutôt l’apanage de quelques familles italiennes.

(À suivre)
Y. H.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...