RSS

70.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane

13 août 2010

1.Extraits

70.Portrait de famille  La nouvelle de Yasmine Hanane dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Mardi 22 Juin 2010
11606 dans 1.Extraits

Des gens et des faits

Portrait de famille 

La nouvelle de Yasmine Hanane


Par :Yasmine Hanane

Résumé : Dix ans passèrent. Les enfants avaient grandit. Farid naviguait sur des mers lointaines, et Malek venait d’obtenir un diplôme d’ingénieur en électricité. Et devait entamer une belle carrière. Hélas !

70eme partie

Malek envoie plusieurs demandes d’emploi à des entreprises spécialisées dans l’électricité et n’eut aucun mal à se faire recruter. Il prépare sa valise et ses papiers pour rejoindre une institution  qui venait d’ouvrir ses portes et dont le siège se trouvait dans une ville de l’Ouest.
Yasmina l’avait encouragé à partir et à  s’installer dans une ville plus grande dans laquelle il découvrira sûrement d’autres opportunités.
Malek ne se le fera pas répéter. Il avait la bénédiction de sa mère, et ses bonnes notes pour affronter une nouvelle vie.
Hélas, le destin, cette fois encore, faussa les cartes.
La veille de son départ, Malek se sentant fiévreux, ira consulter un médecin, qui diagnostiquera un coup de froid, et lui conseillera de garder le lit pour quelques jours.
Malek est déçu, mais il n’avait pas le choix. Il était malade, et ses forces l’abandonnaient. Tant pis, il va informer ses supérieurs par un télégramme, et gardera le lit, le temps qu’il faudra pour son rétablissement. Une mauvaise toux le taraudait. Il ne sentait plus ses poumons, et la fièvre ne voulait plus le quitter.  Deux jours plus tard, Malek n’était plus de ce monde. En guise de coup de froid, il avait plutôt contractait une mauvaise bronchite !

1945 – 1954 : UNE AUTRE VIE
Après cet énième coup  de l’existence,  Yasmina affronte de nouveau la vie avec abnégation. Farid était venu passer quelques jours dans la famille, et lui avait promis de veiller sur eux. Même de loin, il tentait d’atténuer le chagrin de sa mère et de ses deux jeunes frères. Il écrivait souvent, envoyait des colis et des cadeaux pour tout le monde.
Mohamed et Razika, qui se faisaient vieux, avait supplié Yasmina de revenir vivre avec eux dans l’ancienne maison, qui était bien trop grande pour eux deux.
Ne pouvant plus supporter ces lieux qui lui rappelaient Malek, Yasmina finira par accepter et emménagea une fois pour toutes chez ses parents. Elle reprit son ancienne chambre de jeune fille, et met ses deux jeunes enfants dans une chambre plus spacieuse dont la vue donnait sur une belle mosaïque de la grande bleue. C’était peut-être une erreur de sa part, car deux années plus tard, Mohamed, son fils, manifesta de son côté le souhait de prendre la mer.
Il voulait voyager comme Farid, et passait de longues heures à contempler cette étendue d’eau qui miroitait sous le clair de lune, et qui pouvait réaliser ses rêves d’adolescent. Yasmina avait beau le raisonner. En vain. Mohamed ne voulait pas faire d’autres études supérieures que celles concernant la navigation et la marine.
Prise dans le piège de cette curieuse passion que ses deux enfants avaient développée pour la mer, Yasmina finira par abdiquer et inscrira Mohamed dans une école d’études maritimes.
Trois années plus tard, Mohamed vint la retrouver dans un bel accoutrement de marin. Il venait de décrocher un diplôme de capitaine au long cours, et ses galons brillaient tel de l’or au soleil.
Yasmina était fière, mais avait peur. Va-t-elle perdre encore cet enfant ? Le souvenir de Malek était encore vivace dans son esprit.
Elle versa des larmes amères, mais resta impassible devant ce bel homme au regard autoritaire qui était son propre fils.
Farid venait de rentrer avec une permission de quelques jours de repos. Mohamed en profita pour discuter avec lui de l’éventualité d’un recrutement sur son bateau. Farid l’oriente, et intervient pour lui auprès de son commandant de bord. Mais les diplômes n’avaient besoin ni d’intervention ni de référence. Tout comme son frère aîné, Mohamed avait du sang marin dans les veines

(À suivre)
Y. H.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...