RSS

64.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane

13 août 2010

1.Extraits

64.Portrait de famille La nouvelle de Yasmine Hanane dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Lundi 14 Juin 2010

Des gens et des faits

Portrait de famille

La nouvelle de Yasmine Hanane


Par :Yasmine Hanane

11115 dans 1.Extraits

Résumé : Mouhoub et Yasmina formaient une famille heureuse. Quatre enfants sont venus combler leur vie, et cela n’était pas pour leur déplaire. Ils n’ont que des garçons, alors que  la jeune femme avait espéré la venue d’une fille…  

64eme partie

Mais Yasmina avait décidé de mettre un frein définitif à toutes ses ambitions. Elle était une bonne mère et une excellente épouse, et suscitait le respect de tout son entourage. Elle sortait souvent, emmenait ses enfants à l’école, ou au jardin, lisait, faisait le ménage et préparait à manger. Ces tâches l’occupaient pleinement, et malgré ses multiples devoirs, elle se sentait  heureuse. Mouhoub était un homme bon et l’aidait de son mieux à gérer leur ménage. Il s’occupait lui-même des deux aînés et les initiait  sans trop de mal au monde de l’instruction.
Vifs et intelligents, Malek et Farid assimilaient rapidement leurs leçons et obtenaient d’excellentes notes à l’école. Sid Ali et Mustapha, les deux derniers, semblent vouloir marcher sur les traces de leurs grands frères et dès l’âge de l’école, ils s’adaptèrent rapidement et sans aucune difficulté à leur vie d’écoliers.
Les années passent. Le bonheur semblait au rendez-vous tous les matins dans la petite famille de Mouhoub. Mais il était écrit quelque part que ce bonheur ne devrait pas durer.
La crise économique menaçait l’univers. La politique du nouveau monde n’était pas pour arranger les choses. Quelque part, une guerre affûtait ses armes. La famine sévissait. Des familles entières sortaient tous les matins pour mendier ou chercher du travail. Les plus chanceux pouvaient travailler, soit dans des mines de charbon, soit dans des ateliers de couture. Femmes et hommes luttaient contre la faim et la misère.
Les premiers fondateurs de l’imprimerie où travaillait Mouhoub moururent l’un derrière l’autre, et les héritiers n’ayant aucun sens de la gestion administrative, louèrent les services de quelques administrateurs qui, en un clin d’œil, anéantirent tous les espoirs.
L’imprimerie fermera ses portes et mettra son personnel en congé forcé tout en assurant à ses cadres que ce n’était qu’une question de temps. Il fallait mettre un peu d’ordre dans la maison, et pour cela, on avait fait appel à des experts.
Mouhoub, qui savait que l’imprimerie jouissait d’une bonne santé financière, ne s’alarma point. Il prit le bon côté de la chose, en proposant à Yasmina des vacances au bled, afin que les enfants fassent plus ample connaissance avec leur famille.
Yasmina, ignorant la triste réalité, accepte avec joie ce voyage qui lui permettra de revoir son ancien quartier, ses parents, sa famille et ses amis.
Elle prépare donc minutieusement le départ et apprit aux garçons qu’ils devraient prendre le bateau dans quelques jours pour se rendre au pays, où les attendaient leurs grands-parents et leurs cousins.
Le voyage se déroula sans incident. Yasmina, Mouhoub et leurs quatre enfants sont reçus à bras ouverts par les leurs. On embrasse les enfants et on s’extasie sur leur beauté, puis on revient à Yasmina et à Mouhoub, qu’on n’avait pas revus depuis une dizaine d’années.
Mohamed et Razika sont heureux de recevoir tout ce beau monde chez eux, malgré l’insistance de Malika qui voulait que son neveu et sa famille emménagent chez elle.
Yasmina proposa de circoncire ses deux benjamins dans la spacieuse maison de ses parents, à la grande joie de ces derniers.
On égorgea des moutons et on donna une grande fête. Les deux grands garçons de Mouhoub allaient de découverte en découverte. Ils étaient curieux de tout et ne cessaient de poser mille et une questions.
Les vacances touchaient à leur fin. Mouhoub commençait à s’inquiéter. L’imprimerie n’avait donné aucun signe. Est-ce que deux mois n’étaient pas suffisants pour remettre les pendules à l’heure ? Il en parla en fin de compte à sa femme, et Yasmina le rassura en lui certifiant que, parfois, les opérations comptables et administratives pouvaient prendre des mois.
Mouhoub attendit encore quelque temps, et un matin, un télégramme lui parvint et lui apprit qu’il était convoqué à la direction de l’imprimerie. Sans plus tarder, le jeune cadre prit le bateau pour Marseille dès le lendemain matin. Il avait préféré partir seul, car Yasmina, qui ne s’attendait pas à un départ aussi hâtif, n’était pas prête pour le voyage, et ne devrait le rejoindre avec les enfants qu’une semaine plus tard.
Mouhoub se présenta au siège de l’imprimerie dès son arrivée dans la ville phocéenne. On le reçut à bras ouverts et on lui proposa un café, avant de lui annoncer la nouvelle : l’imprimerie était en faillite.

(À suivre)
Y. H.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...