RSS

Obsession : ce temps ramadhanesque Souffles… Par : Amine Zaoui

12 août 2010

Contributions

Obsession : ce temps ramadhanesque Souffles…  Par : Amine Zaoui dans Contributions logo_imp
Edition du Jeudi 12 Août 2010

Culture

Obsession : ce temps ramadhanesque

Souffles…


Par : Amine Zaoui

Entre sacré et profane, le Ramadhan débarque. Comme à chaque année, la philosophie du “temps” ramadhanesque demeurera la chose la plus obsessionnelle chez le jeûneur musulman. Dans la langue discursive ou gestuelle comme dans le comportement général. Entre une sieste continue et un travail ensommeillé,  le citoyen musulman, du Golfe jusqu’à  l’Atlantique, écoule paisiblement ou avec agacement son temps ramadhanesque.

Du Manama à Nouakchott, les trente jours et trente nuits se ressemblent. Les traits des gens se ressemblent. Les discours se concordent. Rien ne change. Rien n’a changé. Commençons par “le temps” consacré à la télévision. De partout, des feuilletons et des feuilletons nous harcèlent. Si, en ce ramadhan 2010, sur notre chaîne nationale, nous serons libérés de cette culture égyptienne, nous nous trouvons entre un feuilleton syrien et un autre de la Syrie ! Condamnée à cette culture visuelle aveugle, la télévision est devenue  le seul “animal” qui nous parle pendant les nuits ramadhanesques. La télévision, par et avec sa culture d’image, remplace la grande ambiance que, jadis, créait “al Gawal” (le griot) sur les places publiques et dans les marchés quotidiens ou hebdomadaires. Dans les villes, les villages et les dchour. La magie du conte. Le sens, l’encense et l’essence de la joie ont changé. L’espace de la joie a changé. Le sang de la joie a changé. L’œil a bouleversé l’oreille en tant que moyen de réception du plaisir. Puis le temps de la consommation : les discours fleuves sur les bouffes. Des discours masculins et féminins sur les caractéristiques de la maïda sucrée  ou salée. Sur la cigarette qui manque. Sur la zelabiya de Boufarik. Rien ne change. Rien n’a changé. Puis “le temps” des discours sur la météo. Les longues journées estivales. Il fait très chaud ! Insupportable ! Infernal ! Géhenne ! Entre le discours sur le ciel et le discours du ciel, le citoyen ne cesse de s’inquiéter sur son salaire qui n’arrive pas. Qui tarde. Qui ne suffit pas. Puis il y a “le temps” des mosquées. Dans les mosquées, des nouveaux prieurs saisonniers débarquent en ce mois sacré ! Les marchands de la religion se multiplient. Ceux qui se préparent pour des élections prochaines prient dans les premières rangées réservées aux prieurs de marque. La visibilité oblige ! Et, comme à chaque Ramadhan, il y a une nouvelle vague de jeunes filles voilées. Toutes sortes de voiles : hidjab, nikab, (al bourkoue), la burka ou je ne sais pas quoi. Celles qui sont à la recherche d’un mari. Un mâle ou un mal ! Plus de deux millions de vieilles jeunes filles en Algérie. Le Ramadhan, c’est aussi un mois de commerce. Un autre commerce. La traite contemporaine ! Quatre semaines pour “vendre” des filles enveloppées dans des nouveaux “vêtements  musulmans” ! L’emballage humain ! Une culture de l’hypocrisie religieuse domine, de plus en plus, ce mois sacré. Puis, dans ce mois sacré, il y a le temps de ces stars prêcheuses. Des stars qui émettent des fetwas payantes. Enfilées dans des costumes traditionnels ou modernes, les stars religieuses, par leurs discours populistes ou kamikaziens, fascinent les milliers de jeunes.

Et les gouvernements se réunissent pour parler des prix, des fraudes et des drogues ! Pour discuter les nouveaux horaires d’ouverture et de fermeture des mosquées. Jadis, la mosquée fut “La Maison d’Allah” de tolérance. En ce temps confus, quelques mosquées font peur, par  les discours prononcés par leurs imams ou leurs prêcheurs, à l’image de ceux qui ont refusé de se lever en respect à l’hymne national. Kassamane ! Dans ce paysage dont les grandes valeurs sont déséquilibrées, la présence de la culture se résume dans “l’activisme immobile” dénommé “musique”.
Encore et toujours des “plateaux froids” composés des soirées musicales andalouses. La répétition répétée.

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...