RSS

Enrico Macias Portrait… Par : Hamid Grine

7 août 2010

Contributions

Enrico Macias Portrait…  Par : Hamid Grine dans Contributions logo_imp
Edition du Dimanche 01 Août 2010

Culture

Enrico Macias

Portrait…


Par : Hamid Grine

J’aime les chansons d’Enrico Macias. Je corrige : j’aimais. On s’étonne ? Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer. Oui, je les adorais. Il n’y a rien de bien original. Que celui qui n’a pas aimé à 15 ans Ah ! Quelles sont jolies les filles de mon pays lève la main. Soit il n’aime pas les filles, soit il n’aime pas son pays, n’est-ce pas ? Ici et là, on lève haut les mains. Messieurs, vous n’avez rien compris à la vie. Je vous plains d’avoir été vieux alors que


vous étiez jeunes. Futile le Macias, dites-vous ? Vous le laissiez aux ados énamourés qui aimaient se parfumer à l’eau de rose ? Bien. On encaisse le trait. Pour les énamourés que nous étions, chanter Macias à cet âge doré est une marque d’équilibre. Enfin, presque. Cela veut tout simplement dire qu’on a l’insouciance et la légèreté de cet âge. On ne naît pas vieux. Même si, ici et là, quelques spécimens prouvent le contraire. La maturité venant si on reste à Macias, les amoureux de Ferré et Brel ricaneront, ceux de Ferrat et de Brassens s’esclafferont. C’est là, où les uns et les autres, ceux qui se moquent de lui et ceux qui l’adorent, se rejoignent. Voilà Macias à “la Boule rouge”, sa cantine de Montmartre, fréquentée à l’occasion par Nicolas Sarkozy et le gratin politico-médiatique. C’est que la chair est bonne et typiquement maghrébine. On me présente le chanteur. L’homme est conservé mieux que ses chansons. Son regard noir “khôl” me rappelle celui de nos grands-mères qui portaient le haïk. Drôle de comparaison ? Je le concède. De ces femmes, Macias n’a que le noir des yeux et leur tristesse. Je m’attendais à une posture de star, je retrouve un septuagénaire qui gronde : “Pourquoi je ne peux pas rentrer en Algérie ? Pourquoi je ne peux pas aimer à la fois l’Algérie et Israël ? Pourquoi accueille-t-on à bras ouverts mon cousin Alexandre Arcady alors que moi, je suis persona non grata ! Le comble c’est qu’Arcady a même un pied-à-terre en Israël alors que moi, pas.” C’est clair : ces questions s’adressent à moi. Ai-je l’air d’un ambassadeur de la République algérienne ? Je ne suis ni en costume trois-pièces ni fumant le cigare, Havane de préférence. Je n’ai même pas de gourmette ni de dents en or. Pas ou peu de ventre. Aucun attribut d’un diplomate. Encore moins le salaire. Le sourire peut-être. Même pas. Mon sourire est niais, celui d’un diplomate est futé. Pourquoi, alors, suis-je soumis à la question ? Allez savoir ce qui se niche dans la tête d’un chanteur qui a célébré l’État sioniste dans ses chansons et ses marches. Je ne lui ai pas dit cela. Il n’aurait pas compris la différence qu’il y a entre un Juif et un Sioniste. Pour lui, c’est Enrico Macias, Macias Enrico. Aux nombreux pourquoi, je répondais par un timide : “Beaucoup d’Algériens aiment vos chansons !” Il a l’air surpris. Adouci, il sourit : “Je peux faire la promotion de l’image de l’Algérie. Je peux faire beaucoup, vous savez… Mais d’abord il faut que je rentre avec les honneurs. Pas en cachette comme un malpropre.” Entendez-vous Chérif Abbès gronder ? L’orage peut-être. À la place de Macias, j’exigerais la Garde républicaine, résidence d’État et voiture officielle. Et pour qu’il ne manque rien, on ramènera des majorettes. Impossible, elles n’existent pas en Algérie. On les ramènera d’Israël. Les trompettistes seront palestiniens. Bref, un beau carnaval. Je disais que j’aimais les chansons de Macias. Depuis,
j’adore cet homme qui ne craint pas de se mesurer à un pays. Folie des grandeurs ? Allons, allons, ne soyons pas excessifs. Il est chanteur. Après tout.  Et d’un chanteur de variétés, il ne faut pas exiger la logique cartésienne d’un philosophe. Ni les paroles de Prévert. J’ai pris congé du chanteur sans attendre le dessert. J’aurais bien aimé l’écouter me chanter Malheur à celui qui blesse un enfant. “Mon ami qui m’a présenté l’artiste me murmure : Il est bien, Enrico,
hein ?” Je réponds : “Bien quand il chante.” Et j’ajoute in petto : “Il est même formidable. À condition qu’il ne parle pas.”

H. G.
hagrine@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...