RSS

Une mère en colère “PUISQUE MON CŒUR EST MORT”, DE MAÏSSA BEY

27 juillet 2010

Non classé

Une mère en colère “PUISQUE MON CŒUR EST MORT”, DE MAÏSSA BEY logo_imp
Edition du Mardi 27 Juillet 2010

Une mère en colère

“PUISQUE MON CŒUR EST MORT”, DE MAÏSSA BEY


Par : Sara Kharfi

Une mère qui perd son enfant. Une intellectuelle confrontée à la mort de l’être le plus cher qu’elle a au monde.

Un meurtre commis par erreur. Une réalité sociale chaotique et une âme ravagée par le doute, le regret et le ressentiment. Ce sont-là les grandes idées qui traversent le roman Puisque mon cœur est mort de l’auteure Maïssa Bey qui, après avoir puisé ses fictions de la guerre de Libération, s’intéresse de plus en plus au passé proche, et précisément à la décennie noire. Dans ce nouveau roman, elle relate l’histoire d’Aïda, une femme de 48 ans, divorcée, mère et professeur d’anglais. Elle vit seule avec son fils Nadir. Un beau jour, son fils est assassiné. Sa douleur est incommensurable, sa culpabilité immense et son chagrin indescriptible. Elle passe par plusieurs sentiments négatifs et se résout à se venger. Elle entame une enquête et cherche les raisons qui ont poussé le tueur à commettre un tel acte. Même si Aïda est bien résolue à se venger, elle ne parvient pas à trouver la paix  puisqu’elle ne récupérera pas son fils. Comme substitution, elle se lie d’amitié avec certains amis de son fils et tient un journal, un cahier d’écolier sur lequel elle couche ses profondes pensées, communiquant ainsi avec son fils.
Du déni à la colère, en passant par le marchandage et la dépression, mais ne parvenant toujours pas à accepter la mort de son fils, Aïda passe par quatre des cinq stades d’acceptation de la mort. Elle refuse que Nadir la quitte même si elle a conscience qu’elle ne le retrouvera jamais.
Elle ne vit pas dans l’illusion mais plutôt dans la révolte : elle en veut au monde entier. Avec une construction en fragments et une plume lucide, Maïssa Bey propose une écriture de l’intime avec des descriptions qui passent généralement par les perceptions et autres sensations du personnage principal. On retrouve le style de l’auteure à la fois recherché et lyrique, ce qui fait du roman une œuvre difficile à appréhender. Le ton est grave, la plume alerte et la sensibilité à fleur de peau.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...