RSS

MON PÈRE Un concentré de tendresse

27 juillet 2010

Non classé

En librairie
MON PÈRE
Un concentré de tendresse

Le concept est simple. Demander à 31 femmes, auteures pour la plupart, de rédiger cinq pages maximum sur leur père. Fil conducteur, dénominateur commun : tous ces papas sont nés en Algérie, en Tunisie ou au Maroc.


Evoquant leur langue, leur exil, leur vécu et leurs blessures, ces femmes racontent dans un court récit, cette aventure complexe, singulière, qui a fait d’elles des femmes du livre, des femmes libres. Chaque texte est accompagné d’une photo du père, en noir et blanc. Ainsi, Alice Cherki, Tassadit Imache, Samira Negrouche, Maïssa Bey, Amina Saïd, Anne Sibran, Dalila Morsly, Leila Sebbar, Wassyla Tamzali, Karima Berger, Christiane Chaulet Achour et d’autres, dévoilent tout un pan de leur vie : leur relation avec leur père. Ainsi, Tassadit Imache écrit pages 151 et 152 : «Ouvrier de quarante ans – le dimanche en pantalon et chemise blanche impeccables – il va gagner notre vie. Il fabrique des pneus, des ponts, des câbles. Il travaille le jour, la nuit. Les enfants, héritiers improbables, voient sur les quais du métro parisien ces énormes pelotes de fils de métal…» Quant à Dalila Morsly, elle évoque le souvenir de son père en ces termes «Djoudi, c’était son prénom. Un prénom peu ordinaire dont il aurait hérité d’un ancêtre, membre de la tribu des Ouled Sidi-Brahim… Il épouse ma mère en 1942. Il l’avait «choisie», disait-il, parce qu’il l’avait «remarquée» sur le chemin de l’école ! Il surprit et choqua toute sa belle-famille lorsque, tout naturellement, il l’interpella par son prénom à l’occasion d’un repas… Du côté des hommes, un silence embarrassé avait, durant une éternité de secondes, bloqué les conversations… » (pages 226 et 227). Ces textes inédits ont été recueillis par Leïla Sebbar.
SabrinaL.
Mon père, éditions Chèvre feuille étoilée, 349 pages,
2 000 DA, librairie Idjtihad

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/07/27/article.php?sid=103603&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...