RSS

Liens de sang, liens de cœur La nouvelle de Adila Katia -17eme partie

25 juillet 2010

1.Extraits

Liens de sang, liens de cœur La nouvelle de Adila Katia -17eme partie dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Samedi 17 Juillet 2010

Des gens et des faits 12982 dans 1.Extraits

Liens de sang, liens de cœur

La nouvelle de Adila Katia


Par : Adila Katia

Résumé : Yamina sympathise avec Nora, la mère de Ghania. En discutant avec elle, elle est surprise de découvrir certains faits coïncidant avec les siens…

17eme partie

Farès ne tient plus en place. Il est surexcité. Mille pensées courent en lui. Il ne sait plus. Doit-il croire son cœur, cette force en lui qui le pousse à réfléchir encore et encore pour découvrir la vérité ?
- Tout coïncide, dit-il en se tournant vers les autres, sa femme, Ghania et ses parents. Pourquoi ? Serait-il possible ?
Farès ne termine pas la phrase mais, en lui, une conclusion vient de se faire. Elle est d’une évidence qui le fait frémir. Il se pourrait bien qu’il y ait eu une erreur à la maternité. Ghania et Magda étaient nées la même nuit, dans une même maternité. Ce n’était qu’au matin que les mères avaient pu voir leurs filles. Personne ne les avait vues avant elles. L’infirmière ou la sage-femme avait pu s’être trompée en les leur remettant.
- Oui. Ça explique tout, soupire Farès. Ghania est notre fille. C’est pourquoi elle nous ressemble tant. Mon Dieu !
Yamina manque de s’évanouir quand elle comprend ce qui s’est passé. Les parents de Ghania sont aussi bouleversés qu’eux. Ghania croit faire un mauvais rêve.
- Vous voulez dire que vous êtes mes vrais parents ?
- Oui.
La sonnette de la porte d’entrée jette un silence sur eux. Personne ne bouge. Sans l’insistance du visiteur, personne n’aurait été lui ouvrir. Nora, encore sous le choc, pleure en découvrant sa fille Mounira.
- Qu’est-ce qui se passe maman ? Pourquoi pleures-tu ?
- C’est que…
Yamina est aussi en larmes. Lorsqu’elle voit Mounira, l’amie de sa fille Magda, elle va la serrer dans ses bras.
- Comment va Magda ?
- Bien. Elle viendra ce week-end. Mais qu’est-ce qui se passe ici ? demande-t-elle à nouveau. Quelqu’un va enfin m’expliquer pourquoi vous êtes aussi bouleversés ?
Nora le fait. Mounira est bouche bée. Pendant un moment, elle ne souffle pas un mot. Yamina ne peut s’empêcher de dire certaines remarques. Elle comprenait mieux maintenant.
- Ta ressemblance avec Magda était frappante. Tous vous prenaient pour des sœurs. Vous vous entendiez si bien.
- C’est vrai, reconnaît la jeune fille. Même à l’université, tous croient qu’on est sœurs.
-Tu parles de ton amie. Celle qui a toujours refusé de venir chez nous ? lui demande sa mère. Magda ?
- Oui.
Nora ne l’avait jamais vue auparavant. Lorsque Mounira va chercher son album de photos pour la lui montrer, elle pleure de nouveau.
- Elle est le portrait même de ta tante. Si j’avais eu l’occasion de la voir, j’aurais moi-même eu des doutes. C’est certain. Il y a bien eu une erreur à la maternité. Au lieu de me remettre ma fille, on m’en a donné une autre. Mon Dieu. Dire qu’on avait failli déménager à deux reprises pour s’installer au bled.
- Le destin nous a retenus ici ! lui assure son mari. Uniquement pour ne pas rater ce jour précisément. Notre fille s’appelle donc Magda. Dire qu’on entendait parler d’elle depuis des années. Comment va-t-elle réagir quand elle saura ?
- Ça ne changera pas grand-chose pour moi, dit Mounira. Depuis toujours, je la considérais comme ma sœur. Elle sera contente en apprenant ses vraies origines.
Yamina et Farès s’inquiètent, pensant tous deux que Magda n’avait pas été heureuse et qu’ils l’avaient ignoré pendant tout ce temps.
- Elle pardonnera plus facilement à Nabil sa méchanceté gratuite. On y réfléchissant bien, il a été le seul à avoir deviné qu’elle n’était pas de la famille, poursuit Mounira. Au fait, on met quand Magda au courant ?
Si Yamina et Farès veulent bien attendre sa prochaine visite, Nora n’est pas du même avis. Elle veut voir sa fille, celle qu’elle a eu et dont elle a été séparée. Elle a tant de choses à rattraper.

à suivre
A. K.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...