RSS

Profession: Autoserveur par El-Houari Dilmi

21 juillet 2010

Contributions

L’histoire est aussi vieille que le temps : racontée la nuit pour éviter aux enfants de naître chauves, l’histoire dévoile la nouvelle science (infuse) découverte par un maire qui l’appela lui-même la théorie du triple mandat. Mettant à l’épreuve sa géniale théorie, le maire, sorti enturbanné du ventre de sa mère, passera son premier mandat à la tête de la commune de Sidi Balak à se remplir les poches à tire-larigot, cachant l’oseille à l’intérieur de son ventre, dans les parois de son estomac, par devant son pantalon, par derrière sa gandoura. De la thune malodorante, il en mettra même dans les tirelires grandeur nature de ses enfants, dans ses savates, sur le toit, dans la cave, à l’intérieur de la buanderie et même dans l’écurie où il élevait des animaux bipèdes.



Devenu le premier satrape du douar, le maire «empoché» mettra tous ses sujets dans sa grande poche sans fonds. Ainsi, le premier mandat fut entièrement consacré à moi et à ma petite famille écrira-t-il pour la postérité dans son journal intime, caché sous son oreiller en osier. A son deuxième mandat, le maire de Sidi Balak fut pris d’un élan philanthropique si irrépressible qu’il distribua généreusement du blé sonnant et trébuchant aux nombreux membres de sa grande famille. Du plus petit jusqu’au plus vieux, la grande famille du maire devint si riche qu’elle fut élevée au rang de Chourafas de tout le douar, avec l’empreinte de l’ange Gabriel sur le front. Des postes d’emploi, des villas, des terres les plus généreuses, des voitures cossues, la grande famille du maire de Sidi Balak ne manqua de rien, jusqu’au jour où le maire fut prié de se présenter à un troisième mandat. Ainsi, le deuxième mandat fut entièrement consacré à ma grande famille écrira le maire dans son journal intime toujours caché sous son oreiller en osier.

A son troisième mandat, le maire de Sidi Balak convoqua les grands du douar pour leur annoncer avec pompe et fracas le programme qu’il compte mettre en œuvre au service

exclusif de ses chers concitoyens du douar. Il eut un discours correspondant à une syllabe près à ceci : «Mes chers concitoyens, après avoir cravaché dur au service de ma petite famille, puis me trouer les poches pour verser par pelletées entières dans les poches engrossées de ma grande famille, j’ai décidé de consacrer le restant de ma carrière semi-publique à mes compatriotes du douar oublié des hommes haut juchés. Ainsi, j’ai découvert que la propension de tout humain à se servir avant de servir son prochain est finalement un gène mutant avec lequel naît la race (en voie d’inquiétante prolifération) des autoserveurs. Apprenez, donc, à croire que nul ne peut servir ses convives si la table étalée à ses pieds ne suffit pas à rassasier sa propre appétence…»

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...