RSS

Bon sens par El-Guellil

20 juillet 2010

Contributions

C’est l’histoire d’un jeune homme qui a acheté sa première voiture. Bien sûr, il se voyait obligé d’assurer les déplacements de sa petite famille, comme accompagner les enfants à l’école. Sa mère et son épouse commençaient, depuis l’acquisition du véhicule, à découvrir que la famille était nombreuse et qu’au moindre petit pépin de l’un ou de l’autre, il fallait marquer sa présence.



«Iloumouna, mon fils. Iloumouna. Ils nous en voudraient. Avant, on avait la sebba, le because. Dire que nos déplacements n’étaient pas simples. Que ma santé ne me permettait pas de prendre un bus. Et que ton épouse était obligée de rester avec moi. Mais maintenant, l’automobile nous a supprimé toutes ces échappatoires».

Donc, pour un oui ou pour un non, il fallait prendre sa mère et son épouse pour une ziara. C’est la tradition. Il ne peut pas en faire l’impasse : c’est donc sa mère qui s’installait près du chauffeur et son épouse sur le siège arrière. La tradition voulait que la maman arrive la première sur tous les lieux. Donc s’installer au devant répondait à ce besoin culturel. La mère devant, l’épouse derrière.

L’épouse derrière, la mère devant : c’est comme ça qu’ils ont fait les vingt kilomètres qui les séparaient du hammam. Il les a attendues. La bagnole garée pile, face au bain maure.

Dans le hammam, son épouse a été travaillée au corps-à-corps. Des vérités nues. «S’il te met toujours derrière, c’est que tu n’as aucune considération». «C’est toi qui devrait t’imposer, c’est toi la mère de ses enfants». J’en passe et des meilleures. Fin de bain.

Sortie du hammam : sa femme se précipite sur la portière avant et prend place à ses côtés. Elle est enfin devant. Il la regarde sans mot dire. Sa mère s’installe derrière, sans maudire. Problème, grand problème !

Les vingt kilomètres du retour, il le pressentait, allaient se transformer en enfer. Que faire ? Comme tout Algérien ressemblant à ses dirigeants, il décide de faire les 20 kilomètres du retour en «marche arrière». Ainsi, tout le monde est content, sauf le bon sens. Dormons donc tranquilles !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...