RSS

UN POETE SANS COEUR

19 juillet 2010

1.POESIE

[Bouillon de culture] Commentaire sur : « Rêves prémonitoires, sentiments de tendresse, efforts désespérés Ricochets ou recueil de textes poétiques de Ameur Ammar »

Lundi 19 juillet 2010 12h25

Auteur     : izarralune (IP: 88.161.60.222 , pas72-1-88-161-60-222.fbx.proxad.net)
E-mail     : raphael.de-izarra@wanadoo.fr
URL        : http://izarralune.unblog.fr


8 – UN POETE SANS COEUR

En vérité je vous le dis, dans l’existence je n’aime véritablement qu’une chose, qu’une étoile, qu’un idéal : la Poésie. Autrement dit le rêve, les humeurs pures et délicates de l’esprit, la lueur bleutée de l’amour spirituel, la beauté gelée de la mort, la beauté glacée des chastes amours, la beauté froide des esthétiques émois, et accessoirement, la laideur des femmes et le charme suranné des bossus.



Ma mie n’est après tout qu’une des réductions terrestres de mes plus pures aspirations célestes. Et, tel un cloaque clos, son hymen certes encore inviolé mais voué aux plus infâmes turpitudes de la chair, ne me rappelle finalement que les bassesses terrestres auxquelles, fondamentalement, je n’aspire pas.

L’amour charnel n’est plus une science ni un art pour moi, mais plutôt un exercice quotidien purement hygiénique, strictement alimentaire, essentiellement animal. Comme le boire et le manger : rien qu’un des plaisirs profanes qu’il nous est donné de connaître en cette vallée de larmes. C’est dire que je me suis assez vite lassé de ces espèces d’ennuyeuses formalités nuptiales… J’ai fait le tour de ma mie, et à présent je n’aspire plus à accéder aux sommets de sa chair flatteuse, mais à ceux de son esprit. Et à travers cette quête assez anecdotique des beautés de son âme, à la Poésie suprême qui siège ici et partout et que l’on nomme communément « Cosmos ».

Je suis une âme presque désincarnée, un feu follet, une pierre de lune, et j’erre déjà dans les hauteurs cosmiques de l’Harmonie suprême. La Poésie m’a éloigné de mon morne chemin terrestre, et m’a davantage rapproché du divin.

J’aime oui. J’aime en égoïste, en esthète et en froideur. Et qu’aimé-je donc si impérieusement et plus chèrement que mes frères humains ?

Rien d’autre que la Lyre.

RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA

Voir tous les commentaires sur cet article:
http://nadorculture.unblog.fr/2010/06/14/reves-premonitoires-sentiments-de-tendresse-efforts-desesperes-ricochets-ou-recueil-de-textes-poetiques-de-ameur-ammar/#comments

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...