RSS

L’AIR DES POETES

19 juillet 2010

1.POESIE

[Bouillon de culture] Commentaire sur : « Rêves prémonitoires, sentiments de tendresse, efforts désespérés Ricochets ou recueil de textes poétiques de Ameur Ammar »

Lundi 19 juillet 2010 12h25

Auteur     : izarralune (IP: 88.161.60.222 , pas72-1-88-161-60-222.fbx.proxad.net)
E-mail     : raphael.de-izarra@wanadoo.fr
URL        : http://izarralune.unblog.fr/

2 – L’AIR DES POETES

Poète du dimanche, garde ta lyre pour faire peur aux oiseaux. Et va jardiner. Versificateur à la noix, accroche ton luth au cerisier. Faiseur de rimes à la gomme, tes vers ne valent pas ceux des pêcheurs à la ligne. Poète sans souffle, tu parles de l’amour avec ennui. Tu dis que le ciel est bleu, tu chantes la vie, la mort, l’amitié… Et puis quoi encore ? Personne ne t’écoute. Tu radotes, te répètes, nous casses les oreilles. Tu nous fatigues, nous assommes, nous crèves. Que valent tes mots ? Poète je t’assure, si tu es grand, c’est parce que tu mesures au moins deux mètres de haut. Et si tu brilles, c’est parce que tu es lisse.



Tu nous beugles sur tous les tons que l’amour c’est de l’or éternel, que tes larmes de poète sont des diamants, que les vagues de la mer chantent en choeur, que les étoiles sont inaccessibles… Sot que tu es ! Et tu te prétends poète ? Va, retourne plutôt à ton jardinage. Va vider ton coeur ailleurs. Va nettoyer tes latrines au lieu de te répandre en bave et postillons qui nous importunent !

Poète sans levain, laisse tomber la plume et apprends à faire du pain : l’oeuvre de ton four vaudra toujours mieux que les confidences de tes muses. Tu ne vois donc pas qu’elles se moquent de toi ? Tes inspirations profondes les font rire… Cruelles sont les muses. Tu t’imaginais donc que des fées inoffensives siégeaient dans l’Olympe ? Des chouettes les hantent ! Et toi tu es leur jouet, poète naïf.

La Poésie est plus féroce que les légumes de ton potager lyrique ! Ta guitare est un panier plein de navets. Que valent tes carottes que j’écrase ? Un jus en sort. Tu prends ça pour du sang. Moi je te dis que c’est du lait. Ca te navre, poète larvé. A nous chanter Homère, tu nous barbes !

A débiter tes salades, tu ne fais que ruminer. A nous asticoter avec tes vers, on te prend pour une pomme. A déclamer tes perles, on t’élit roi des poires. William, mais sans Shakespeare.

Rimailleur épris d’absolu, ivre d’idéal, ne confonds pas le souffle et le vent. En vérité je te le dis, à vouloir faire sonner des mots creux, le poète ressemble vite à une cloche.

RAPHAËL ZACHARIE DE IZARRA

Voir tous les commentaires sur cet article:
http://nadorculture.unblog.fr/2010/06/14/reves-premonitoires-sentiments-de-tendresse-efforts-desesperes-ricochets-ou-recueil-de-textes-poetiques-de-ameur-ammar/#comments

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...