RSS

Publication Festin de mensonges de l’écrivain Amine Zaoui / Un hymne aux passions

17 juillet 2010

Non classé

Zaoui sait faire des merveilles par le truchement de ses mots profonds et captivants. C’est ce qui fait de lui un grand auteur.

Festin de mensonges est un roman qui raconte l’histoire d’un homme. Un homme dont  l’arbre généalogique de sa famille, calligraphié sur une peau de gazelle, remonte au prophète Mohammed (QSSSL). Et qu’Allah avait créé son village avant le reste du monde.

De son origine prophétique, le jeune Koussaïla conserve une nostalgie troublée. Il est né gaucher. Il mange avec la main impure dont, dit-on, les infidèles se serviront pour ouvrir les portes de l’Enfer au jour du jugement dernier. On lui a aussi dit, que son pays venait de renouer avec la liberté. Une liberté qui conserve au village un inexorable goût de banalité. C’est dans ce monde confiné, brûlant de liaisons cachées, d’amours incestueuses, que le jeune garçon se prépare à sa vie d’adulte. Bâti en spirale, et écrit dans un style incantatoire, Festin de mensonges, le roman d’Amine Zaoui est un récit d’apprentissage trouble et déroutant. Il raconte la gageure de grandir pour un adolescent d’un village du fin fond de l’Algérie, un adolescent qui lit Les fleurs du mal en cachette mais connaît le Coran par cœur, un adolescent qui découvre l’amour des femmes, avec une sorte de piété, réservée d’ordinaire à Dieu, un adolescent enfin qui affronte la vérité du monde à la veille du 19 juin 1965 et des bouleversements du Proche-Orient. L’écriture ici, est plus qu’un exutoire, elle sert à dénoncer les apparences mensongères du monde, pour mieux nous faire pénétrer dans un univers tout en jouissances et réjouissances. Un hymne à l’amour, aux passions et à la littérature. «Ce soir, ma langue refuse de s’endormir. Terre sourde, géographie tout en obscurité et en mensonges, je l’ai traversée. Sucrée et amère, je l’ai dégustée, avalée : tfouh… tfouh… tfouh… Je crache sept fois sur ma poitrine et sur la terre rouge que foulent mes pieds nus et je dis : Louanges à Allah le Beau et le Miséricordieux ! Cette vie, comme un grain de sel coincé dans la gorge, je la transporte, je la supporte. Elle a le goût d’un mauvais vin. Mal de tête. J’avance dans l’écume des jours. Depuis cette enfance-là, diabolique, morveuse et empestant, ma vie m’a toujours fatigué. Elle m’a toujours abattu : je l’ai portée, et je la porte toujours sur mes épaules comme un fardeau. Je l’ai traînée et je la traîne inlassablement derrière moi comme un cadavre décomposé. Cette vie-là ne m’appartient pas. Je lui appartenais. Je plonge dans la boue de ma mémoire tatouée par des visages de femmes et je vous raconte ma vie mal brûlée. Pièce par pièce je la démonte ; pièce après pièce je la remonte. Je la retourne, je la détourne, qu’importe. Et je mens. Louange à Dieu le Parfait des Parfaits !», peut-on lire dans ce roman.  Né en 1956, AMIN ZAOUI est romancier et essayiste bilingue. Il a été professeur de littérature à l’Université d’Oran, puis directeur du Palais de la Culture d’Oran. Il a aussi été directeur de la Bibliothèque Nationale d’Alger. Il est l’auteur de nombreux romans traduits dans une dizaine de langues. Parmi ses publications : Les gens du parfum, roman (Le Serpent à Plumes, Paris, 2003) ; La culture du sang, essai (Le Serpent à Plumes, Paris, 2002) ; Haras de femmes, roman (Le Serpent à Plumes, Paris, 2001) (éd. Barzakh, Alger, 2003), et Journal d’un Insurgé (éd. ACL, Lyon, 2005).


À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...