RSS

L’école aux deux cours de récréation par Farouk Zahi

17 juin 2010

Contributions

Anciennement appelée «Ecole de filles», l’école « Ibn Khaldoun » de Bou Saâda était, en ce vendredi 11 juin 2010, le théâtre d’une liesse infanto-juvénile. L’association « Aissa Bisker » pour la promotion de la culture de l’enfant, y organisait comme à l’accoutumée sa fête annuelle célébrant, conjointement, la journée internationale de l’enfance (1 juin) et la journée de l’enfant africain (16 juin). Massif et imposant, ce sanctuaire du Savoir à deux niveaux accroche le regard par une architecture assez particulière. Ses brise-soleil alvéolaires en brique pleine protègent ses larges fenêtres de l’intense réverbération solaire. Crépie au gros pisé à chaux, elle ne présente aucune arrête angulaire ; tout en souplesse, les arrondis, les poutres en bois saillantes et les colonnes couvertes d’écorce de palmiers, désarçonnent par leur irruption dans l’espace.



Le minaret sur la terrasse n’est pas sans rappeler ces vieilles cités afro-musulmanes de Tombouctou. Elle disposait, à l’époque coloniale, de deux entrées ; celle du préau d’un degré supérieur et celle du bas, généreusement ensoleillée. Elles menaient, chacune, à une cour de récréation, reliées entres elles en dégradé par une étroite coursive. De mémoire d’écolière indigène, ces cours étaient destinées chacune à une communauté bien distincte : la communauté européenne, notamment juive et la communauté dite franco-musulmane.

Dallées de pierre, elles sont entourées de préaux à arceaux couvrant les classes. Cela suppose que l’élève circulait confortablement abrité, été comme hiver. Une grande salle, destinée probablement aux travaux pratiques, pouvait servir de salle d’exposition et de salle de projection.

L’épaisseur des murs renseigne quelque peu sur le souci architectural de l’époque. Celui de réduire les aléas climatiques, par la seule utilisation des matériaux locaux ; tels que la chaux et le bois de genévrier. A l’entrée inférieure, une petite plaque restitue le nom du maître de l’œuvre et l’année de réalisation de l’ouvrage. L’école de filles ouvrait ses portes à la rentrée scolaire 1935/36.

Il est 16h 30, les premiers invités affluent déjà dans la cour supérieure et remplissent, peu à peu, les rangées de chaises. La scène, richement décorée de guirlandes et d’un panneau peint à la main, plantait le décor. Une coulisse, cachée à la vue par des tentures, servira de loges aux petites vedettes du moment. Une musique de fond donnait un avant-goût sur l’événement festif.

La morosité qui a gagné tous les espaces de convivialité, semble peu à peu se dissiper sous l’initiative d’un tissu associatif naissant. Souvent heureuses, ces initiatives tentent, vaille que vaille, de réintroduire le loisir récréatif dans les mœurs.

L’acte culturel, qui ne peut être du seul fait d’une administration qui s’est mêlée les pinceaux, entre la gestion bureaucratique de la création artistique et le suivi des chantiers de construction, est devenu peu ou prou une aspiration, tout autant que le plus prosaïque des besoins végétatifs. Les ancêtres, dont l’instruction en stricto sensu ne pouvait être que parcellaire, n’en cultivaient pas moins, le sens du partage par des regroupements festifs épisodiques appelés « ziara ». C’était des processions à visée maraboutique, où la bonne table couscoussière, les envolées poétiques de chantres bédouins et la complainte nostalgique de la « gasba » faisaient l’essentiel. La période de déroulement correspondait, généralement, au terme d’une féconde moisson où le négoce n’en était pas exclu.

Les alliances maritales se pré-nouaient en ces lieux. Espace privilégié de communication entre de multiples fractions tribales, il en était aussi le lien culturel qui cimentait les structures d’appartenance identitaire. Les temps, bien qu’ayant décidément changé, n’ont entamé en rien ce besoin de convivialité affective et cette joie de se réapproprier les antécédents généalogiques.

A la prise de parole de Djamel Bisker, l’initiateur de la fondation culturelle, la cour était déjà comble. Les hommes ont, maintenant, reculé devant la poussée des jeunes filles et des femmes venues en nombre. D’anciennes élèves, probables aïeules d’une nombreuse descendance, faisaient assurément leur pèlerinage sacerdotal. Des jeunes mères, venues admirer leur progéniture, comédienne ou chanteuse en herbe, devaient ressentir un ineffable bonheur devant les acquis de leurs propres enfants. Elles, qui n’ont certainement pas eu cette chance, doivent en tirer une légitime fierté.

Nourredine Labadi, directeur du centre culturel Aissa Bisker, a quant à lui déroulé le programme pour l’auditoire. Il rappelle, entre autres, que cette édition est dédiée à la mémoire de Mohamed Bouti, plus connu sous le nom de Monsieur Bensaci. Ancien normalien de Bouzarèa et camarade de promotion de Mouloud Féraoun, il lui est reconnu le sens aigu de la pédagogie. Il aura consacré à la petite enfance, une bonne partie de sa vie professionnelle qui a duré de 1935 à 1973. De maître d’école à Maginot (Chellalet El Adhaoura) en 1935 et après plusieurs affectations autour de Bou Saada, il est nommé directeur en 1960 à l’école de Zouaoua (Chéraga) où il encadrait 3 instituteurs d’obédience ultra. Il était le relais de l’organisation politico-administrative (OPA) locale ; le mot de passe convenu en était : « encrier ». Son militantisme pour la cause nationale remonterait à sa prime jeunesse. En dépit de son statut de fonctionnaire devant soumission et obéissance à l’administration coloniale, ceci ne l’empêchait pas de dire son mot.

On rapporte qu’un jour en devisant avec ses collègues français, dans la cour de récréation de l’école Chalon en 1956, il entendit son directeur dire avec jubilation : « A la bonne heure, on vient d’apprendre que l’adjudant a été arrêté ! ». Il faisait allusion à l’arraisonnement de l’avion marocain transportant Ben Bella et ses compagnons vers Tunis. Sans se contrôler, M. Bensaci, le regard par-dessus sa monture de lunettes, lui rétorquait par cette mémorable et cinglante réplique : « Pardon M. le directeur, Hitler n’était-il pas, lui même, caporal ? ».

Il termine sa brillante carrière comme chef d’établissement en 1973 au Climat de France où son école enregistrait les meilleurs résultats scolaires. Il s’éteignait le 12 décembre 2003 à l’âge de 90 ans. Son œuvre s’est particulièrement singularisée par la prise en charge des classes d’initiation, tâche qu’il était difficile d’assumer dans une langue qui plus est, n’était pas la langue maternelle des apprenants. Le portrait du disparu, réalisé par l’artiste peintre-enseignant Toufik Lebcir, laissa les propres enfants du défunt sans voix. La restitution, criante de vérité, laissait ceux qui l’ont côtoyé pantois. L’hommage était aussi rendu par le pinceau, à la défunte Ahlem Bensiradj, ravie aux siens à la fleur de l’âge. Elle eut la lourde charge de mettre sur rail, l’institution Bisker qu’elle dirigea l’espace d’un matin. Bravo, l’artiste ! L’atelier de peinture que dirige le même artiste a, à l’occasion, dressé des chevalets à même la scène. Les jeunes, Maroua et Mohamed, jouèrent du pinceau et de la palette tout au long du spectacle.

Dzib Messaouda faisait ses classes entre 1931 et 1938. Elle dit qu’en dépit de l’obtention de son certificat d’études primaires, elle fut dirigée sur le centre d’enseignement technique, où l’on dispensait l’apprentissage de la cuisine, du tissage et de la… buanderie. Oum Ennoun est cette ancienne élève présente à la cérémonie, dont la copie du certificat d’études primaires était arborée comme un trophée de guerre. Elle l’obtenait à la cession de juin de l’an de grâce 1948. Inimaginable, pour des filles dont l’origine indigène ne faisait aucun doute sur le conservatisme ethnico-religieux prégnant.    Après le cérémonial d’ouverture, la fête pouvait débuter pour calmer le piaffement d’impatience des bambins.

Les fillettes en tenue d’apparat, portant sur leurs joues fardées de petits cœurs rouge-carmin, se pavanaient pour exhiber leurs « toilettes » et leurs chignons torsadés. Younès, en costume trois pièces gris anthracite, imitant inconsciemment Karim Boussalem du JT et sa sœur Mériem ouvraient le bal en enfilant le rôle de maîtres de cérémonie. Agés de 13 à 14 ans à peine, ils auront la lourde charge d’assurer la présentation du programme, l’un en arabe et l’autre en français ou en anglais, qui durera un peu plus de deux heures. La chorale, exclusivement féminine et vêtue des costumes du monde, dont celui de l’Indien peau-rouge, chantera les « Enfants de la terre » où le bilinguisme est savamment instrumentalisé. Cet hymne chante les vertus de la science et rappelle la fameuse sentence « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».       Enchaînant avec « Shams El Atfal » de la diva arabe Fairouz, la chorale accompagnée musicalement par Djamel Chérif, musicien et enseignant d’art lyrique, perlait son tour de chant par : « We need éducation » (Nous avons besoin d’éducation) et « We are the world » (Nous sommes le monde). L’assistance ne pouvait être que saisie, par la maîtrise du verbe et la clarté des voix cristallines. L’intermède musical permit à Naila, Fifi, Ziad et Madani d’exécuter sur clavier électrique des morceaux de musique universelle sur partition.

Le sketch, exécuté en langue française par un duo mixte, ajoutait une note de gaîté par le rire. La chorale revint ensuite avec une opérette intitulée : L’enfant, son environnement et ses droits. Le clou de la soirée fut sans doute « Les femmes savantes » du répertoire théâtral universel. Meftah Bachir, en choisissant cette œuvre de Molière, ne faisait pas dans la facilité. Il venait de prouver, une fois encore, que l’enfant est ce réceptacle, immensément vierge, capable d’assimiler aussi bien la connaissance linguistique, que la maîtrise artistique, par la déclamation et la gestuelle.

L’acte 3 de la scène 3 de cette immense œuvre du quatrième art a fait admettre que des enfants, issus de diverses couches sociales, pouvaient, moyennant une attention particulière, créer l’illusion artistique. Filaminte-Lina, Bélise-Amira, Trissotin-Zahra, Henriette-Ghania et Vadius-Imène, habillées de costumes d’époque chatoyants, ont fait oublier à l’assistance qu’ils ne s’agissait, en fin de compte, que de ses propres enfants. Le leurre était presque surréaliste. Le petit Mansour, pas plus haut que trois pommes, lisait avec brio le poème de Boualem Bensayah, consacré aux « Djamila » de ce pays. Dans le registre du chant religieux, le prodige petit Belkacem, entouré de la chorale, entonna « Khiwani ya khiwani » du terroir, ce qui mit le feu aux poudres.

Les youyous qui fusaient de l’assistance féminine, couvraient par l’intensité les décibels des puissantes baffles de sonorisation. La chorale donnait par « Salma ya Salama », rendez-vous à l’année prochaine. Qui a dit que les enfants et les adolescents ne savaient pas y faire ? Cette oasis de bonheur, plantée en plein désert culturel, n’aurait pas été, sans le don de soi de personnes qui ont fait de l’acte d’instruire, un sacerdoce. Il s’agit de Mmes Boutaiba, Dissi, Mekerkeb et MM. Badri et Brahimi.

Dans la salle d’exposition, des albums photo, déroulant plusieurs générations d’élèves et d’instituteurs et la projection d’un dessin animé, réalisé par Lebcir sur l’environnement, clôturaient l’événement.

A l’instar des bardes antéislamiques de Okkadh, le poète populaire Abdelghafar, juché sur une chaise, déclamait une épître à la gloire de Hadj Kouider Bisker et de sa descendance. Il rappelait, par la rime, les étapes séquentielles de la vie de cet illustre aïeul, notamment son périple vers le Machrek. Accompagné de Hadj M’hamed son cousin, ils rendaient, tous deux, visite à l’Emir dans son exil syrien. Une solide amitié les liait à Abdelkader El Djazairi, bien avant l’occupation coloniale du pays.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...