RSS

Jean Sénac, de Montpellier à Djelfa

13 juin 2010

LITTERATURE

L’université Paul-Valéry Montpellier III a organisé les 3 et 4 juin 2005 une rencontre autour de la poésie algérienne de langue française. L’originalité d’une telle manifestation est triple : outre un hommage appuyé à Jean Sénac (1926-1973) et à ses amis les poètes Tahar Djaout et Youcef Sebti ou l’éditeur Edmond Charlot, des poètes révélés par Sénac ont eu à présenter d’autres jeunes poètes dont les textes ont été lus par un comédien.

C’est ainsi que Hamid Tibouchi a introduit le jeune El-Mehdi Acherchour, Madjid Kaouah le «beur» Djamel Benmerad, Abdelhamid Kaouah l’aîné, Chakib Hammada et Hamid Nacer-Khodja le prolifique Youcef Merahi. Les poétesses ne sont pas oubliées puisque Habib Tengour a présenté Samira Negrouche, encore étudiante en médecine, et Fouzia Lamrani la nouvelliste Rénia Aouadene révélée par la revue «Algéroe-Littérature-Action». Quant à l’Américain d’origine tunisienne Hédi Abdel-Jaoud, venu de New York, il a célébré la magnifiance de Mohamed Schaba. Enfin, Hamid Nacer-Khodja, qui a publié de nombreux ouvrages sur Jean Sénac, a soutenu la première thèse sur cet auteur portant sur «Un itinéraire personnel : Jean Sénac critique». Nous l’avons rencontré les 20 et 21 juillet 2005 à la Maison de culture de Djelfa, à l’occasion du cinquième colloque sur la création littéraire et artistique. Cette rencontre a vu la consécration de deux personnalités culturelles nationales, Amin Zaoui et Mohamed Benguettaf, lesquels se sont vu attribués le burnous littéraire et le burnous artistique.

Pourquoi Jean Sénac critique ?
Sénac est connu en tant que poète et a fait l’objet de quelques études, y compris de type universitaire qui sont au nombre de treize. Par contre, Sénac critique a été totalement occulté, sinon ignoré. Le champ d’investigation était donc vierge pour aborder un aspect de son œuvre qui est non seulement considérable, mais présente aussi plusieurs aspects. A côté d’une critique littéraire et artistique entamée dès 1946 par la publication d’articles et d’ouvrages, existe une production radiophonique aussi bien en Algérie coloniale (1964-1965- 1967-1971) qu’en Algérie indépendante (1964- 1965-1967-1972). Sénac a même réalisé pour la RTA (Radiodiffusion télévision algérienne) trois films de télévision, l’un portant sur «Une insurrection de l’esprit : la littérature algérienne de 1830 à 1964» (1964), les deux autres sur les peintres en relation avec les poètes algériens (1968).
Quels sont les traits dominants de cette critique si diversifiée tant en genre qu’au niveau des supports médiatiques ?

En dehors de quelques auteurs admirés (Paul Verlaine, René Char), la critique de Sénac a concerné un seul espace d’expression et d’énonciation, l’Algérie littéraire et artistique de 1946 à 1973. Durant cette longue période, Sénac n’a cessé de plaider pour la connaissance de la littérature et de l’art (principalement la peinture) en Algérie, d’Algérie, algérien. Après avoir été l’avocat des auteurs algérianistes (Robert Randau, Edmond Brua) et de l’Ecole d’Alger (Albert Camus, Emmanuel Roblès, Jules Roy, etc.), il s’est intéressé tôt aux premiers écrivains et artistes algériens en participant à leur révélation à partir de 1950, date charnière de leur apparition. C’est ainsi que Sénac est pionnier en parlant et publiant les premiers textes de Mohamed Dib, Mouloud Feraoun, Kateb Yacine dans les revues qu’il dirigea, «Soleil» (1950- 1952) et «Terrasses» (1953). Il a été également le premier à écrire, organiser des expositions et reproduire dans sa revue «Soleil» les travaux picturaux de Baya Bachir Yellès, Abdelkader Guermaz. Pendant la guerre d’Algérie, il a multiplié actions, critiques et essais idéologiques pour la reconnaissance du «fait national algérien». A l’Indépendance, il a été un authentique «Soleil fraternel» (selon son expression qui est aussi sa signature) pour l’aide apportée aux jeunes poètes et peintres algériens, allant jusqu’à les regrouper autour d’expressions qui vont connaître une grande fortune, les premiers étant des poètes de «graphie française», les seconds des peintres de «l’Ecole du Signe». En outre, le discours critique de Sénac se singularise puisqu’il s’assimile avec sa vie, d’autant que lui-même a déclaré à maintes reprises ne pas faire disparaître l’homme au profit de l’œuvre. Il fallait donc placer l’auteur dans son être – y compris intime – en relation avec une situation d’écriture où la psychologie, les amitiés, les rencontres, nourrissent, expliquent ou justifient le processus de création et de réception des articles, ouvrages, émissions et films de Sénac. Enfin, il convient de souligner que les textes critiques se déplacent d’un genre à l’autre, passant de la littérature à la peinture ou la radio et inversement. Ils se prêtent donc volontiers à des lectures comparatistes ou intertextuelles que j’ai entrepris pour dégager les éventuels écarts et leurs enjeux.
Où se situe l’apport de Sénac dans la critique littéraire ou d’art d’Algérie ?

Sénac a été en permanence un homme d’union littéraire, artistique, spirituelle, sensuelle et même linguistique puisqu’il intégra dans son vocabulaire critique et sa poétique des mots et expressions arabes alors qu’il ne connaissait pas cette langue. Cette soif d’union a induit une démarche novatrice de l’auteur qui a entrepris de rassembler, quelles que soient leurs communautés d’origine, les écrivains et peintres pour un «Front culturel de la pensée algérienne». A ce titre, il joua dans l’histoire littéraire un rôle aussi important que Gabriel Audisio et Emmanuel Roblès. Par ailleurs, Sénac a créé des mots nouveaux qui, mieux que tout, expriment la réconciliation – terme très important pour lui – des contraires. Parmi les néologismes, j’ai particulièrement insisté sur les concepts de «poépeintrie » et de «corpoème» que l’auteur a plus ou moins théorisé en tant que critique et poète.
Pourriez-vous définir brièvement ces principaux termes de l’esthétique de Sénac ?

Inventer des mots, c’est créer un mieux-voir ou un mieux-être qui n’existait pas auparavant. «Pour Sénac, dont l’univers a été constamment littéraire et visuel (pictural, photographique, cinématographique), la poépeintrie revêt deux principaux aspects. Elle est d’abord une alliance entre les poètes et les peintres regroupés soit dans la revue «Soleil» où les œuvres des seconds s’accordent formellement aux textes des premiers, soit dans ses propres recueils poétiques où les peintres (Abdallah Benanteur, Mohamed Kadda, Louis Nallard) transposent ou reconstituent en rythmes graphiques son univers mental. La poépeintrie est ensuite une série de réflexions sur les relations textes/iconotextes où les références littéraires et picturales sont définies pour une esthétique double : la peinture a tantôt une signification purement plastique pour tout œil subjectif, tantôt un rôle populaire avec la certitude d’une nation à naître. Quant au corpoème, c’est-à-dire le corps dégagé de toute spiritualité se conjuguant au poème, il représente la somme des expériences poétiques et érotiques de Sénac qui se voulait poète plus qu’homme en tentant de définir les multiples états du corps désirant ou amoureux.
Où peut-on lire votre thèse ?
Le jury a autorisé sa diffusion dans les bibliothèques universitaires. En attendant une éventuelle publication souhaitée par les uns et les autres, elle sera disponible à partir de septembre 2005 sur le site «www.limag.com» dirigé par le professeur Charles Bonn. Je remercie vivement ce dernier, notre maître à tous après le regretté Jean Déjeux, ainsi que mon merveilleux directeur de thèse, le professeur Guy Dugas, pour cette action qui m’honore.
Propos recueillis par Hafnaoui Ghoul

  Lundi 08 Aout 2005

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2005/08/08/article.php?sid=26587&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...