RSS

Une saga, une histoire “IZURAN II, LES ENFANTS D’AYYE”, DE FATÉMA BAKHAÏ

8 juin 2010

Non classé

Une saga, une histoire “IZURAN II, LES ENFANTS D’AYYE”, DE FATÉMA BAKHAÏ logo_imp10773
Edition du Mardi 08 Juin 2010

Fidèle à sa démarche qui consiste à retracer le quotidien d’une population et ce, à travers un itinéraire chronologique, en remontant le cours de l’histoire, l’auteure, dans ce roman, continue à creuser en profondeur.

Izuran II, les enfants d’Ayye est le deuxième volet de la trilogie que l’auteure Fatéma Bakhaï a entamé. Ce roman s’inscrit, lui aussi, dans la même lignée que le précédent, Izuran, au pays des hommes libres. Fidèle à sa démarche, qui consiste à retracer le quotidien d’une population et ce, à travers un itinéraire chronologique, en remontant le cours de l’histoire, l’auteure, dans ce roman, continue à creuser en profondeur.   “L’histoire de mes ancêtres n’intéresse sans doute que moi. Les autres descendants ne veulent pas la connaître. Cette histoire les gêne. Elle les oblige à se regarder sous un autre angle”, lit-on en page 5. Le second volume n’est qu’une suite logique du premier.
Les évènements de cette deuxième partie ont pour décor  Icosium (actuellement Alger) à l’époque des conquêtes musulmanes, et pour personnages, une famille déchirée : la vieille mère Doria avec  la Muette, une fille nomade qu’elle a recueillie chez elle et son fils qui a préféré quitter le domaine familial. Si la mère est restée attachée aux traditions et aux croyances ancestrales, son fils – il a une école —, en revanche, s’est converti à l’islam, au plus grand dam de sa mère qui ne comprend pas comment on peut se détourner aussi facilement de ce que pratiquaient les ancêtres.
Ce sont des coups répétitifs qu’elle reçoit. Le dernier est celui du choix du prénom de son petit-fils. Elle qui se faisait une fête de cette naissance qui allait la réconcilier avec son fils. “Hassan ! répéta-t-elle, et le mot trébucha entre ses lèvres sèches. Ce n’est pas un nom de chez nous ! C’est le nom du petit-fils du Prophète ! (…)” (page 12) De guerre lasse, Doria se retire petit à petit.
Elle se consume à petit feu. Le chagrin finit par l’emporter. C’est à ce moment-là que les évènements se précipitent. En remontant le cours de l’histoire, l’auteure, tout en romançant les évènements, dévoilent des personnages, les met à nu. À travers les neuf chapitres qui composent ce roman, le lecteur suivra les péripéties de cette famille dont l’un de ses membres quitta sa ville natale pour se rendre à Cordoue, en Andalousie.
Une ville réputée pour ses enseignants, ses enseignements, son architecture… Une ville qui attire les jeunes qui voulaient s’y rendre pour se faire une situation. Les personnages, qui servent au lecteur de guide et ce, à travers leurs yeux.
Tout au long de ce livre, la mémoire est toujours là. Les personnages la perpétuent, en donnant à leur progéniture le prénom de l’ancêtre. “Doria ! jubilait Yazid. Il avait perçu la contrariété de Djohara, mais comment lui expliquer tout ce que ce prénom représentait pour lui ? (…) L’essentiel à présent gigotait dans son petit berceau. Yazid venait de renouer avec son passé, son pays, ses ancêtres. Ils étaient toujours là et Doria les portait en elle.” (page 68). Même s’il y a eu départ de la terre natale, le retour était incontestable. Même si ce ne sont pas ceux qui l’ont quittée, mais leur descendance.
Une quête du passé, des origines. Au fur et à mesure que l’histoire évolue, des repères historiques viennent se greffer. Ils jalonnent la trame. Un va-et- vient dans le temps, le passé et le vécu du quotidien. Ce qui nous permet de comprendre notre histoire, celle construite par nos ancêtres.  Izuran II, les enfants d’Ayye est un roman où le détail est très présent, le lecteur voyage, rêve grâce à une écriture alliant fluidité du style et simplicité des mots.
Nonobstant le côté historique, c’est la nature humaine avec tout ce qu’elle véhicule comme sentiment et état qui est dévoilée. Des noms qui ont marqué l’histoire, mais qui étaient avant tout des êtres humains avec leur force et leur faiblesse.

Amine IDJER

Izuran II, les enfants d’Ayye, de Fatéma Bakhaï, éditions Alpha, roman, Alger 2010, 197 pages.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...