RSS

KIOSQUE ARABE Erdogan, l’ami de tout le monde

7 juin 2010

Contributions


Erdogan ! Il n’y en a que pour lui ces jours-ci dans toutes les chaumières arabes, de l’Atlantique au golfe arabo-persique. Erdogan, c’est le nouveau héros de la cause palestinienne, alibi et exutoire de ce début de siècle comme de la fin du précédent. Pour les Arabes en panne de héros, Erdogan, c’est le nouveau porte-étendard de la libération, qui ne mène pas forcément à la liberté.


Le chef du gouvernement turc rêve de rétablir le califat ottoman qui a opprimé les Arabes, mais il se présente en champion de la Palestine, celle du Hamas bien sûr. Erdogan n’utilise pas l’alphabet arabe, mais il parle, et il agit surtout, comme le voudraient les Arabes : de droite à gauche. Il sera toujours temps plus tard de revenir au procédé d’écriture aboli par Kemal Atatürk, fondateur de la Turquie moderne. Un chroniqueur enthousiaste, emporté par son élan, a même comparé le chef du gouvernement turc à Nasser. Ce qui prouve encore une fois que M. Amr Moussa, le secrétaire général égyptien de la Ligue arabe qui siège toujours en Égypte, n’a aucune chance de ce côté-là. D’ici à ce qu’on parle de transférer ledit siège à Ankara, ou Istanbul, il n’y a qu’un pas que tous les exaltés de la cause ont franchi. C’est un malin, Erdogan, il frappe avec insistance à la porte de l’Europe, de la main droite, tout en tenant fermement serrée dans la gauche la menotte arabe, au cas où. Et les Arabes qui ne savent plus où donner du ventricule sont prêts à s’accrocher à cette main jusqu’à Poitiers. Le Premier ministre turc sait bien qu’il y a un cœur à prendre, et qu’il suffit juste de faire vibrer la bonne corde. Engagé dans une lutte féroce et sans merci, avec l’arrière- garde du «kémalisme», Erdogan a besoin de mobiliser son opinion pour les prochaines batailles contre la laïcité. Alors, il a mis au point ce projet de «flottille de la Liberté», avec un navire amiral turc, instruit de ne pas ramener le pavillon, même sous la menace d’être pris à l’abordage. Comme prévu, les caméras de la chaîne Al-Jazeera n’étaient pas là par hasard, les Israéliens déclenchent leur sanglante opération. Depuis l’attaque contre le Liban, puis sur Ghaza, on sait que les autorités israéliennes ne font pas dans la dentelle quand il s’agit de réaliser leurs objectifs. Les Israéliens savent qu’ils ont les mains libres : l’Europe les tance du bout des lèvres, mais leur accorde toujours plus d’avantages économiques et politiques. Il ne faut pas oublier que l’État sioniste avait été admis officiellement comme membre à part entière de l’OCDE, quelques jours seulement avant son acte de piraterie. Où irait-on si les membres du club des pays riches s’abandonnaient à des querelles intestines pour si peu ? En résumé donc, nous avons des perdants, ceux qui sont morts même ceints de l’auréole des martyrs, et des gagnants : ceux qui ont profité de ce drame pour se refaire une santé. Aux yeux de l’opinion arabe et internationale, comme on dit, le grand vainqueur est incontestablement notre ami Erdogan. Ami des Arabes qui l’autorisent à empiéter sur leurs territoires pour massacrer quelques Kurdes, non encore arabisés, turquisés, ou iranisés. Ami du Hamas palestinien, allié objectif du parti d’Erdogan, l’AKP, qui compte toutefois plus de compétences. Ami des Algériens, aussi et surtout, grâce au Hamas local qui a retrouvé un peu d’ardeur, sur mer, après avoir donné l’impression qu’il avait perdu pied sur la terre ferme. Ce qui est certain, c’est que la coopération maritime algéro-turque, qui a lamentablement échoué en matière de pêche, pour cause de corruption avérée, a pris un nouvel élan. Le leader du Hamas, Soltani dit Abou-djerra, a exploité à fond l’abordage et l’arraisonnement du vaisseau amiral turc, Marmara. Une manière de faire oublier le projet de chalutiers turcs qui a fait naufrage sous la houlette de responsables islamistes du secteur de la pêche. Il a raison Soltani, en quelque sorte, de dire qu’il n’y avait pas de corrompus dans son parti, au cœur du scandale de la Sonatrach. On peut en jurer : pendant que se tramait ce qui se tramait à la Sonatrach, les responsables du Hamas étaient à la pêche, preuves judiciaires à l’appui. Bref, le très haut responsable de «notre» Hamas a eu son regain de popularité à bon compte et a judicieusement géré le filon. Sitôt l’assaut sur le Marmara connu, Soltani a convoqué un «conseil de guerre», pour gérer le problème des passagers arrêtés. Il avait de sérieuses raisons de se démener, il est vrai, puisque sa propre épouse figurait parmi les militants algériens détenus. Ce «conseil de guerre» et ces gesticulations n’ont pas échappé au chroniqueur du quotidien Al- Fadjr, Saad Bouakba. Sur un ton mordant, il suggère que Soltani aurait dû être à bord du Marmara au lieu d’y déléguer son épouse. Mais peut-être l’y a-t-il envoyée avec le secret espoir de s’en débarrasser, souligne le chroniqueur, perfide. Le même quotidien est revenu à la charge samedi dernier en reprenant les déclarations d’Anouar Malek, un expatrié algérien qui accuse Soltani de l’avoir torturé en 2005. Il affirme qu’il a attendu le responsable du Hamas, à Chypre et en Turquie pour le faire arrêter, mais il a préféré envoyer sa femme à sa place. Il accuse encore Soltani d’avoir édicté une fatwa interdisant à sa mère de voyager seule, sans accompagnateur, alors qu’elle est octogénaire. «Mais il ne craint pas de laisser sa femme voyager seule, sans accompagnateur, sur mer et jusqu’en Palestine, avec tous les risques encourus», a-t-il ajouté. Anouar Malek souligne également dans ces déclarations reprises par Al-Fadjr que Soltani veut redorer son blason, en utilisant le problème de Ghaza et en instrumentalisant à son seul profit la cause palestinienne. Il a, enfin, réitéré ses accusations de torture, en précisant qu’il allait déposer de nouvelles plaintes auprès des tribunaux européens. Pour en revenir à Erdogan, il reste enfin, vaille que vaille, l’ami d’Israël, puisqu’ils sont militairement alliés et que la Turquie n’a pas encore rompu ses relations avec l’État sioniste, en dépit des discours vengeurs d’Ankara. Mais pour les Arabes, c’est comme si c’était fait, et j’ai même lu dans un journal arabe que la Turquie avait tendu un traquenard à Israël qui avait foncé dedans tête baissée. Il y a des jours où on se demande si c’est bien Ghaza qui est pris dans la nasse et non pas Israël ! Déjà, les commentateurs s’enflamment à la perspective de voir Erdogan, soi-même, forcer le blocus israélien sur Ghaza. Il faut bien rêver ! Quant à Obama, l’anesthésiste qui a plongé dans un sommeil artificiel toute la Ligue arabe lors d’un seul passage au Caire, il a un excellent alibi : la marée noire. Ne comptez pas sur lui pour s’émouvoir de quelques massacres en Méditerranée, alors que la Louisiane est menacée de pollution. Normalement, les Arabes auraient pu se consoler en sachant que pour la première fois, une jeune fille arabe d’origine libanaise, Sarah Faqih, avait été nommée reine de beauté des États-Unis. Mais rien n’y fait : c’est encore un complot impérialiste, une conjuration contre l’Islam, a-t-on crié sur tous les minarets du World Web. Contre toute attente, l’extrême droite américaine a crié, elle aussi, au complot islamiste. Elle a nommément désigné le Hezbolla libanais comme principal artisan du complot présumé. Je me suis laissé dire que si les islamistes mettaient au point des «complots» comme Sarah, ils me trouveraient résolument à leurs côtés.
Par Ahmed Halli, halliahmed@hotmail.com

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/06/07/article.php?sid=101213&cid=8

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...