RSS

Pole&mic PAR MUST H Remaniement: Ce n’était pas un «big one»

1 juin 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie


Big one est une expression tirée volontairement du langage sismique géologique. Elle signifie que les choses n’ont pas fondamentalement changées, que la carte conserve ses donnes initiales  et de fait comme de « jure », ce n’est pas «la grande mort de la fin du secondaire ». En extrapolant dans le domaine politique, c’est ce qu’inspirent les derniers changements intervenus dans la composante du gouvernement où, mis à part  le départ attendu de M. Chakib Khelil

«appelé» à d’autres fonctions (apprécions l’euphémisme), la seule curiosité qui persiste est celle entourant la présence de Zerhouni au poste prévu par la Constitution mais aux attributions non encore définies de vice-Premier ministre. Pour reprendre donc une formule aux relents «giscardiens», ce sera donc le «changement dans la continuité». Et pour cause, les personnels à la base des grandes orientations, notamment, de la politique économique, restent en place et le tandem Djoudi–Ouyahia tenants du patriotisme économique, ce nouveau continent, et artisans des décisions qui sont censées  en être la conséquence, continueront sans nul doute à s’inscrire dans les impératifs d’une économie de plus en plus surveillée. Au grand dam des entrepreneurs algériens que le FLN s’est proposés très judicieusement de fédérer, et qui s’inquiètent  de ne pas être consultés par le gouvernement  alors que l’écran de fumée mis au devant de leurs aspirations diminue  une visibilité toujours plus  problématique. Temmar, lui, a été installé dans ses nouvelles fonctions de ministre chargé des statistiques et de la prospective. Curieuse  dénomination d’une superstructure  qui sera condamnée à recueillir, laborieusement,  des données statistiques triturées par des organismes existant déjà, mais qui ne  se sont pas spécialement illustrés par le passé par la fiabilité des informations communiquées, émanant forcément d’un environnement plus que rétif à cette besogne.  Néanmoins, le chantier le plus évident à dénominateur électoral sous-tendu par l’urgence des traitements à administrer  et qui touche aux besoins immédiats des citoyens, c’est celui des collectivités locales  pour lequel M.Daho Ould Kablia  a été appelé. Même si en vérité et sans préjuger de la nature des relations que ce dernier entretenait avec son précédent titulaire en l’occurrence M. Zerhouni, c’est bien le premier nommé qui en avait déjà la charge. Cependant, force est de relever que le secteur des collectivités locales est sinistré .A fortiori lorsque l’on mesure les conséquences drastiques des «affaires»  itératives éventées  et qui risquent de mener à une paralysie de la décision locale. La responsabilité, surtout en l’absence d’un management clairement défini, risquant à l’avenir d’être difficilement prise et assumée par une administration locale et des élus échaudés. C’est que la commune, cette cellule de base de la société, école de la démocratie participative et hybridation parfois monstrueuse née du mariage de l’Etat et de l’élection, est l’enjeu de tous les tiraillements politiciens .Son « contrôle » et par voie de conséquences la mainmise sur les dépenses publiques qu’il permet, représente la clef de la prise de pouvoir ou sa contestation. D’où la nécessite vitale d’arracher à des  forces aux colorations incertaines, versatiles, n’étant pas encore pénétrées par cette haute idée de l’Etat qui gomme l’appartenance politique, l’emprise sur l’orientation des actions publiques. La paix civile ou même sociale est à ce prix …

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...