RSS

Pole&mic Par B.Nadir Ils ont oublié l’OAS !

26 mai 2010

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Le lundi, la chaîne française «La Cinquième» a consacré une émission spéciale sur la polémique provoquée par le  film de Bouchareb de «Hors la loi» dans l’émission «C dans  l’air, Algérie: palme d’or des tabous» avec des invités de marque comme l’historien Benjamin Stora et le sociologue Jean Viard.

Le débat était relevé même s’il faudrait reconnaître que l’on ne pouvait pas parler de tout et d’expliquer tout. Le débat a montré et mis en exergue le mal qui ronge la France d’aujourd’hui. Du débat, il ressort que la France de 1962 traîne derrière elle des boulets de canon. On comprend mieux la déception des Français. Les pieds noirs ont plus parlé de leur mauvais traitement par la France lors de leur retour au bercail que par celui du FLN ou de l’Algérie indépendante au lendemain et/ou à la veille du cessez-le-feu. Ceux, qui ont critiqué l’œuvre artistique de Bouchareb, ont tenté de focaliser leur discours sur les prétendus massacres des Français sur les mains du FLN. Or, rien n’a été prouvé même les quelques actes barbares commis contre les Harkis. D’ailleurs ces derniers ont été laissés par les Français. Si la France ne voudrait pas se réhabiliter avec son passé, l’Algérie le fait et parfois avec un peu de «violence» verbale. Le denier livre du Docteur Sâadi ne cesse de susciter la polémique et le débat. L’Algérie d’aujourd’hui assume son passé contrairement à la France qui a abandonné les Harkis et les pieds noirs. La France des années cinquante et soixante a déçu ses jeunes. Ce qui explique une certaine frustration et honte envers ses jeunes, car elle n’a jamais dévoilé ses crimes envers l’humanité en Algérie et au Vietnam. Ce qui a manqué au débat du lundi, c’est d’avouer que les accords d’Evian protégeaient les droits des Français algériens ou pieds noirs, qui n’avaient pas les mains souillées de sang des Algériens, mais l’OAS a tout «capoté». C’est l’organisation terroriste de l’OAS qui a déclenché tout un processus de violence après le cessez-le-feu et ce qui a engendré la peur des Français d’éventuelles représailles. L’Algérie a été toujours hospitalière envers les Européens qui sont restés. A Oran comme ailleurs, ils ont bien vécu et aucun n’a osé les approcher. Tous ceux qui sont nés après l’indépendance se souviennent des commerces des Français à Oran et Alger. La réconciliation entre la France et l’Algérie ou tout simplement entre les deux peuples ne peut voir le jour tant que l’on se dise pas la vérité en assumant pleinement ses fautes.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...